Actualités :: Situation nationale : "Briser les chaines de la fatalité"

L’Union pour la renaissance/Mouvement sankariste (UNIR/MS) porte ici un regard critique sur la situation nationale et propose des solutions alternatives.

Le sommet de la Francophonie vient de s’achever par un satisfecit du gouvernement burkinabè. Le thème "espace solidaire pour un développement durable" était d’intérêt évident pour notre peuple classé parmi les pauvres des pauvres de la planète.

Ce sommet a été aussi l’occasion pour la communauté francophone de réaffirmer les grands principales et de prendre une fois de plus des résolutions comme celles sur la crise ivoirienne, la liberté de la presse, la prévention des conflits... Il a été aussi l’occasion d’un diplomatie souterraine, de grandes rencontres et de congratulations, le tout enrobé dans une ambiance de fête, même si l’arrivée de Monsieur Koffi Annan a donné quelques sueurs froides à Blaise Compaoré, plusieurs fois épinglé par l’ONU.

Cependant, à côté de cette grand-messe, le peuple est resté confiné dans sa misère qui vient d’ailleurs d’être aggravée par l’augmentation vertigineuse des prix des hydrocarbures, de l’électricité, des transports, etc.

Malheureusement, c’est au paroxysme de ce marasme social qu’endure notre vaillant peuple que Blaise Compaoré choisit d’affirmer que "lorsque nous avons un libéralisme qui n’a pas de régulation, de discipline, de moyens de moraliser le marché, il est certain que cela entrain ce que nous vivons aujourd’hui" (cf sidwaya hors édition série novembre 2004, P5).

Camardes militantes,
Camarades militants,
Peuple du Burkina Faso !

L’UNIR/MS prend acte de l’aveu d’incapacité et de forfaiture fait par le président Blaise Compaoré. En effet, ce que le peuple burkinabè vit aujourd’hui est de sa faute. C’est le résultat de plus de 17 années de son pouvoir acquis par le sang et entretenu par la terreur et par l’achat des consciences et la corruption.

"Auto ajustement sankariste"

Ce que le Burkina Faso vit aujourd’hui et le Président Compaoré éprouve à la fois de la honte et de la peur à nommer, c’est la pauvreté endémique et grandissante, le chômage, la précarité de l’emploi, les privatisations et les licenciements massifs, le blocage des salaires, l’insécurité et le grand banditisme... Bref, la misère pour le peuple et l’opulence pour les caciques du pouvoir et leurs alliés. Mais, cela ne gène nullement les hommes du pouvoir de la 4e république qui conçoivent le développement en termes de profit et de prestige personnels.

C’est pourquoi l’UNIR/MS, convaincu de la pertinence du projet de société du président Thomas Sankara a conçu un programme alternatif sankariste, car pour nous , seul l’auto ajustement sankariste et le développement participatif peuvent amener notre peuple à refuser la fatalité et l’instrumentalisation pour s’imposer en intrépide défenseur d’une démocratie réelle et vitale qui lui offre le progrès véritable dans la paix, le bonheur et la justice sociale en relevant les défis posés. L’UNIR/MS veut ainsi démontrer par ce programme alternatif , qu’on réussir là ou ont échoué les politiques économiques pensées et conçues ailleurs.

A l’UNIR/MS pas un pas sans le peuple et l’UNIR/MS ne fera jamais un pas sans le peuple qui est la clef de voûte de toute victoire. Proclamant ainsi donc le 15 octobre 2000 sur la tombe de Thomas Sankara, sa fidélité aux idéaux du Président Thomas Sankara, l’UNIR/MS lançait un appel pressant à tous ceux qui partagent les valeurs qui fondent le sankarisme à une unité combattante pour la renaissance de cet idéal.

Aussi notre ambition à l’UNIR/MS est de briser les chaînes de la fatalité qui paralysent notre peuple en lui donnant la chance d’une alternance démocratique.

"Sankara et Zongo ont payé de leur vie..."

Comme nous l’affirmions dans notre précédente déclaration du 1er novembre à l’occasion du 4ème anniversaire du Parti, notre appartenance aux différents regroupements politiques se fait uniquement sur la base de la défense stricte des intérêts de notre peuple. De même, le 4 août passé, nous proclamions à Bobo que Blaise Compaoré trouvera le peuple avec l’UNIR/MS sur son chemin car il est écrit dans notre programme alternatif que "la mission historique du mouvement sankariste est de rendre justice à Thomas Sankara en rendant justice au peuple burkinabè, le réhabiliter en lui restituant son intégrité, en démontrant à la face du monde que la politique que Thomas Sankara prônait est la seule voie de progrès dont disposent à l’heure actuelle les peuples opprimés d’Afrique et d’ailleurs pour sortir du sous développement et de la misère.

Camardes militantes,
Camarades militants,
Peuple du Burkina Faso !

Tous ceux qui partagent cet idéal d’un devenir et d’un destin commun mènent naturellement le même combat ; certains dans l’anonymat, d’autres au péril de leur vie, est de ce dernier cas le journaliste Norbert Zongo, également tué le 13 décembre 1998 comme ce fut le cas de Thomas Sankara le 15 octobre 1987. Les assassins cependant de ces crimes crapuleux contre la vraie démocratie et contre notre peuple courent toujours.

C’est pourquoi l’UNIR/MS est fortement attachée à la lutte contre l’impunité et prône la justice sociale et la bonne gouvernance en tant que conditions indispensables pour répondre aux attentes du millénaire.
Cet objectif noble qui ne peut que conduire au bonheur de notre peuple, n’est aujourd’hui réalisable que par l’unité combattante du mouvement citoyen et démocratique qui s’est déclenchée depuis le 13 décembre 1998.

Cette unité étant impérieuse pour l’aboutissement d’une alternance démocratique ;, l’UNIR/MS invite tout le peuple burkinabè à se mobiliser pour commémorer dans le recueillement et l’introspection le 13 décembre, mais aussi , prendre ses responsabilités en s’engageant avec farouche détermination dans toutes les luttes qui lui offrent son ultime salut.
L’UNIR/MS appelle en revanche tous les militants du pays réel et tous les sankaristes sincères à mener ce combat pour lequel Thomas Sankara et Norbert Zongo ont payé de leur vie.

Avec le peuple, Victoire !

Pour l’UNIR/MS
Le président

Conseil économique et social : Bonaventure D. Ouédraogo (...)
Mise en place des démembrements de la CENI : Bien (...)
Démissions au CDP : « Le MPP et ses partis satellites (...)
Fusion de partis sankaristes : "Avec le MPP, notre (...)
Burkina / CDP : Les langues se délient pour expliquer (...)
Congrès pour la démocratie et le Progrès : Six mois de (...)
Commune de Banfora/CDP : Plus de 150 militants rendent (...)
Procès Sankara et compagnons : La jeunesse sankariste (...)
Abdoul Karim Sango, président du PAREN : « Un pays, on le (...)
Burkina/Élections municipales 2022 : Les acteurs au (...)
Forces armées nationales burkinabè : Qui sont les (...)
Burkina/politique : Alassane Bala Sakandé a officiellement
Engagement politique des jeunes au Burkina : Les (...)
Burkina-Procès Sankara : Le Comité international appelle (...)
Politique : Le Groupe parlementaire MPP tient ses (...)
Burkina : C’est parti pour le "mois de justice et (...)
Bobo-Dioulasso : Etat et secteur privé échangent sur les (...)
Burkina-Assemblée nationale : « La défiance grandissante (...)
Burkina/vie politique : Congrès de fusion UNIR/PS-MPS, (...)
Burkina/Rentrée scolaire 2021-2022 : Le MPP exhorte les (...)
Burkina Faso : Des députés veulent apporter leur pierre à (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11256



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés