Actualités :: Armée/Forces de sécurité : Ensemble contre l’insécurité

La hiérarchie militaire a placé la célébration du 44e anniversaire de la création des Forces armées nationales (FAN) sous le thème de : "La coopération entre forces de sécurité et de défense pour le renforcement de l’Etat de droit". Et le ministre de la Défense, à cette occasion, a appelé " à une symbiose entre forces de sécurité et de défense".

A l’heure où des bandits de grands chemins tourmentent les populations des villes et des campagnes du Burkina , c’est rassurant et apaisant de savoir que l’Armée nationale et les forces de maintien de l’ordre sont résolues à travailler main dans la main. La mise à contribution de l’Armée nationale dans la lutte contre l’insécurité pourrait permettre d’apporter plus de sûreté entre autres sur nos routes nationales, où les voyageurs ont constamment les cheveux dressés. L’armée peut jouer un rôle majeur dans la sécurité quotidienne des populations.

Si l’imagination des hors-la-loi est débordante quand il s’agit pour eux de trouver les voies et moyens de déjouer les mécanismes mis en place pour les neutraliser, la nation doit aussi mobiliser tous les moyens dont elle dispose pour sauvegarder ses intérêts. En optant de cheminer avec les forces de sécurité, les militaires quittent le strict cadre de la défense de l’intégrité du territoire national pour s’adapter aux réalités de l’heure. De plus, cela les occupe en temps de paix. Ce qui nous change d’une armée qui s’ennuierait. Elle se rapproche également des autres citoyens qui ressentiront dès lors, l’impact de son action dans leur vie de tous les jours.

Dans une situation d’urgence, le civil négocie généralement avec un gendarme ou un policier dans l’exercice de ses fonctions. Mais très rares sont ceux qui entreprennent de telles négociations avec un militaire dans ces mêmes circonstances. Trop de blocages psychologiques empêchent de telles démarches. La méfiance, voire la peur vis-à-vis du militaire, considéré à tort ou à raison comme une personne imprévisible, à l’humeur très changeante, qui agit avant de réfléchir, doit se transformer en attitude de respect.

L’implication des FAN dans les actions de sécurisation de nos contrées créerait une solidarité entre les deux grandes institutions que sont l’Armée nationale et les Forces de sécurité. Chacune vivrait les réalités de l’autre. Et comme l’a dit le ministre de la Défense lui-même, c’est au prix d’une compréhension mutuelle et renforcée, d’une complémentarité plus poussée que des "victoires encore plus éclatantes" seront remportées. Il appartiendra aux uns et aux autres de savoir se distinguer sans se séparer, s’unir sans se confondre et s’entendre sur les missions essentielles, afin de servir efficacement la nation.

Les descentes de militaires dans les commissariats de police par exemple naissent souvent du sentiment de toute-puissance et de mépris que ceux-ci éprouvent vis-à-vis des policiers. De nos jours, l’insécurité a atteint un niveau tel qu’il faut élaborer des stratégies communes de lutte pour combattre ce mal.

Dans le respect des spécificités de chacun, les deux corps doivent cheminer ensemble, surtout quand les citoyens se sentent menacés dans leur vie et dans leurs biens.
Cette collaboration doit se faire dans un cadre républicain. Cela passe entre autres, par la formation des militaires aux tâches de maintien de l’ordre. Cette expertise leur permettrait d’intervenir en cas de besoin sans qu’il y ait de dérapages. Les risques de dérapages doivent être minimisés le maximum possible.

Tout comme elle a gagné le respect des populations dans un domaine comme celui de la santé, où ses prestations profitent aux populations, la cote de l’institution militaire remonterait davantage si elle se rendait plus visible sur le terrain de la lutte contre l’insécurité.
Toutes les combinaisons doivent être essayées pour ramener la quiétude dans nos villes et campagnes. Et les possibilités dans un Etat de droit sont infinies, à condition de respecter la loi. C’est dans ce cadre que la volonté de l’autorité politique et de la hiérarchie militaire de mettre à contribution l’armée pour soutenir les forces traditionnelles de sécurité, est à saluer.

Le Pays

Burkina : Boukari Conombo demande que Paul-Henri Damiba (...)
Burkina/Pouvoir du MPSR : Les militaires recadrent « (...)
Coup d’Etat du 30 septembre : « Il faut que l’on mette en (...)
Coup d’Etat du 30 septembre : Augustin Dapougdi Pallo, (...)
Burkina Faso : Un groupe de militaires renverse le LCL (...)
Coup d’État au Burkina : La CEDEAO demande le maintien du (...)
Situation confuse à Ouagadougou : « Libérez Zoungrana ! » (...)
Politique au Burkina : Le front patriotique mobilisé (...)
Confusion au Burkina Faso : Le LCL Damiba invite au (...)
Burkina Faso. : Situation toujours confuse à Ouagadougou (...)
Burkina Faso : Situation confuse à Ouagadougou ce 30 (...)
Burkina/ MPP : Roch Kaboré et Simon Compaoré instruisent (...)
Burkina : L’Unité d’action syndicale échange avec le (...)
Université Jean Moulin de Lyon : Blaise Compaoré risque (...)
77e AG des Nations unies : Le président Damiba demande (...)
Burkina : Alpha Barry, Bachir Ismaël Ouédraogo, Alpha (...)
77e AG des Nations unies : le Président du Faso est (...)
Burkina : « On a vu ces conférences de presse des OSC (...)
Affaire Boukary Dabo : Séni Kouanda, ancien président de (...)
Burkina/Politique : Nestor Batio Bassière « acte (...)
Impasse politico sécuritaire au Burkina : Le Front (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11844



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés