Actualités :: Démission de Salvador Yaméogo : Le jugement des Bobolais

La démission de Salvador Maurice Yaméogo de l’Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD) n’est pas passée inaperçue à Bobo où des citoyens livrent leurs points de vue sur la déconvenue qui existe présentement entre les frères Yaméogo. D’une façon générale, le jugement des personnes interviewées est favorable à la prise de position actuelle du frère cadet Salvador.

Valentin Gamkoudougou : "Une main extérieure est à la base de l’acte"

Salvador Yaméogo a décidé de démissionner par rapport à sa propre vision des choses. Mais quand on veut rentrer dans le fond du problème, il doit y avoir une main extérieure à la base de tout ça. Sa décision a été commanditée mais il est difficile de démontrer avec preuves à l’appui que c’est le pouvoir. Son acte de démission n’est pas du tout bon parce que ce qui le lie à Hermann Yaméogo est très précieux. Et cela n’est pas à négliger pour des questions de ce genre. La fraternité devrait primer sur tout même s’il est vrai que Hermann, de part sa politique, n’a pas toujours été constant dans ses actions. En aucun moment, les raisons avancées par Salvador pour quitter son frère ne pourront être justifiées.

Abdoul Karim Ouattara : "un frère de sang, ça se soutient"

Salvador est un homme politique et il a mûri ses idées avant de prendre une telle décision. En tant que frère direct de Hermann, le mieux pour lui était d’attendre pour savoir réellement si les accusations portées contre le président de l’UNDD sont fondées avant de se prononcer. Dans tous les cas, un frère de sang, ça se soutient moralement et il est parti un peu trop vite en besogne.

L’attitude actuelle du petit frère peut porter préjudice à la famille. Face à une telle situation, l’autre a besoin de soutien et si de l’autre côté on jette rapidement l’éponge, cela peut avoir un impact très négatif sur la descendance de Maurice Yaméogo. C’est vrai que le démissionnaire tente d’expliquer son acte en se positionnant beaucoup plus sur le terrain de la politique que dans le cercle familial, mais, il serait difficile de dissocier Salvador homme politique et Salvador membre de la famille Yaméogo. Il devait attendre que les juridictions se prononcent avant de prendre une telle décision.

Salia Konaté (délégué secteur 14). " Ce n’est pas une affaire de famille"

La démission de Salvador a été faite à juste titre. Il a ses raisons que les gens ignorent mais il est un homme politique et il sait ce qu’il fait. En matière de politique, ce n’est pas une affaire de famille mais une affaire de convenance personnelle. Et le départ du coordonnateur national de l’UNDD ne peut pas entraîner une disqualification de la famille. Je ne crois pas aussi que le pourvoir ait été à la base de cette démission. Les deux hommes pourront continuer à collaborer sans problème parce que nous sommes sur deux lignes parallèles, la politique et la famille.

Louis Edouard Tiendrébéogo (Ingénieur d’élevage) : " Une attitude correcte"

L’attitude de Salvador Yaméogo à travers sa démission des instances du parti de son frère, est correcte. Si on se réfère au problème politique qui est posé, les sentiments de famille doivent être relégués au second plan parce que c’est l’intérêt supérieur de la nation que l’on doit mettre en avant. Et en la matière, certains problèmes peuvent être résolus en famille. Mais quand il s’agit des questions nationales, il faut être clair et opter pour la défense des idéaux du pays. Il faut être en soi un patriote pour ne pas dire un chauvin. Globalement, Salvador a su avoir une prise de position correcte ; et en politique, l’homme n’est pas un novice. Il n’est pas du tout un adolescent sur ce terrain, mais plutôt un adulte avec un niveau d’instruction élévé. Cela lui permet de pouvoir apprécier un problème de façon responsable et politique. A ce niveau, il a même eu à gérer un porte-feuille ministériel. Ce qui veut dire qu’au sein du gouvernement de l’époque, c’est quelqu’un en qui on a fait confiance.

Et on ne peut pas faire confiance en quelqu’un quand on ne connaît pas ses compétences en matière de politique et en matière de technocratie. Avant qu’il ne viennent au Burkina, il était en poste en Côte d’Ivoire et les activités qu’il y menait n’étaient pas des moindres et en son temps, il avait des points de vue politiques par rapport aux différents évènements qui se déroulent au niveau de son pays et d’une manière générale, au niveau du monde. Ce n’est pas la peine qu’on dise qu’il est manipulé par le pouvoir. C’est quelqu’un qui réfléchit et de façon courageuse, pose des actes conséquents.

- Tahirou Kabré : "C’est une décision salvatrice"

La démission du petit frère de Hermann est juste par rapport à tout ce qu’il a expliqué. J’ai suivi par la voie des ondes et sa position est correcte. En se situant sur le terrain politique, le divorce entre les deux ne doit pas poser de problème parce que la famille et la politique sont bien deux choses différentes. Ce serait dommage qu’on en arrive là car la décision de Salvador est salvatrice. Et il connaît très bien son grand frère plus que plusieurs personnes et son action est peut-être guidée par tout ça.

Abdoulaye Dao : "Chacun est libre de poser des actes"

Nous sommes en démocratie et chacun est libre de faire ce qui lui semble être bien. Chacun a ses principes et le petit frère de Hermann a sans doute bien cogité avant de claquer la porte. Hermann peut prendre ça avec fair- play ou il peut décider de réagir. Dans tous les cas, ils peuvent se retrouver aussi en famille pour se dire les vérités. Nous sommes en politique où tout reste possible et il ne serait pas trop de voir la main du pouvoir derrière cette affaire.

Georges Kouanda : "Salvador a des engagements forts"

Si le frère de Hermann a démissionné, il a ses raisons qui lui sont propres. C’est un citoyen comme les autres qui, à des moments donnés doit donner sa position claire sur une certaine situation. En quittant Hermann, il doit avoir de bonnes raisons. Je ne crois pas du tout à une main du pouvoir parce que Salvador a des engagements politiques assez forts. Ce n’est pas une décision qu’il a prise à la légère et je ne vois pas forcément la main de qui que ce soit. Chaque citoyen a la possibilité de mener la politique comme il l’entend. Les deux pourraient être dans deux partis différents et à partir de ce moment, ils ne sont pas tenus d’avoir les mêmes opinions sur les choses de la politique. Objectivement, la décision de Salvador ne devrait pas entacher la relation familiale qu’ils ont.

- Abdoulaye Moussé : " Il est au courant de quelque chose".

Salvador est un homme qui est en train de mesurer les risques au niveau de l’UNDD aujourd’hui. Je ne peux pas dire qu’il est prévoyant puisqu’en matière de politique, nul ne détient le monopole de l’art. Mais, Salvador est au courant de quelque chose que nous ne savons pas. Au sein du parti au pouvoir, lorsqu’il y a des démissions, personne ne parle. Quand c’est le contraire, on crie toujours. Mais, ce ne sont pas des mineurs qui font la politique au niveau de l’UNDD comme partout ailleurs. C’est sûr et certain que le petit frère de Hermann a vu quelque chose qui doit arriver que nous n’apercevons pas pour le moment. Il est conscient de ce qu’il fait.

Propos reccueillis par Ousmane Pié Ouattara
Le Pays

COP 27 en Egypte : « Pour les pays comme les nôtres, (...)
Soutien pour le renforcement de la démocratie au Burkina (...)
Accusation de déstabilisation de la transition : Le (...)
Affaire 2000 soldats étrangers au Burkina Faso : Le (...)
Burkina : Des organisations féminines choquées par les « (...)
Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six (...)
Burkina : L’Assemblée législative de transition est (...)
Burkina : Ce qu’il faut retenir de la Déclaration de (...)
Déclaration de politique générale : Les parlementaires (...)
Manifestations « anti-françaises » à Ouaga : « Nos valeurs (...)
Burkina : « Il ne sera pas question de nous laisser (...)
Tensions foncières et de logements au Burkina : Une (...)
🔴Burkina : Déclaration de politique générale du Premier (...)
Burkina - MPSR 2 : Bien communiquer fait partie de la (...)
Burkina/Transition : Le Premier ministre va livrer sa (...)
Burkina Faso : Le Chef de l’Etat Ibrahim Traoré décide de (...)
Burkina : « On ne peut pas mobiliser toutes les forces, (...)
Burkina Faso : Serge Poda, un cadre supérieur de la (...)
Burkina : « On est au 9e coup d’Etat, mais ça n’a rien (...)
Remaniement du gouvernement Kyelem : De quoi est-il le (...)
Lutte contre le terrorisme : le Chef de l’Etat présente (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12054



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés