Actualités :: Affaire Hermann Yaméogo : "Des accusations légères et fantaisistes"

Dans la déclaration dont teneur suit, la Ligue africaine pour la transparence démocratique (LIATD) dénonce le caractère léger et fantaisiste des accusations formulées par les autorités burkinabè contre Me Hermann Yaméogo, et demande qu’il soit mis fin à l’acharnement dont le président de l’UNDD serait victime.

La question de l’accusation par le régime de Blaise Compaoré de Maître Hermann Yaméogo, Président de l’UNDD et député à l’Assemblée nationale, de manœuvres avec les régimes de Laurent Gbagbo et d’Ould Taya visant à discréditer le Burkina Faso interpelle tout le monde en raison de la gravité des accusations et des conséquences que cela peut avoir par rapport à la vie nationale et aux relations internationales.

La LIATD est intéressée à la question du fait qu’elle pose un problème de bonne gouvernance. Notre association, qui reste attachée aux droits inaliénables de l’homme, à la liberté de circuler et de s’exprimer, constate non seulement que les preuves des accusations n’ont pas été fournies, mais que la partie accusatrice varie dans ses incriminations :

Maître Hermann Yaméogo a été reçu à la présidence mauritanienne le 22 septembre 2004 ;

Maître Hermann Yaméogo, dans la même capitale, a poussé un journaliste mauritanien à envoyer au journal San Finna un article discréditant le pays ;

Maître Hermann Yaméogo a vendu de fausses informations à la Mauritanie, à la Côte d’Ivoire, à Reporters Sans Frontière. Ces informations ont été faxées le 23 septembre à Noël Yaméogo ;

Le président Laurent Gbagbo a écrit une lettre dans laquelle il recommande Maître Hermann Yaméogo à Ould Taya et dans laquelle il dit avoir reçu du président de l’UNDD des informations qu’il a communiquées au président John Kufuor.

Le pouvoir confondu par les démentis

Ces informations n’ont pas convaincu face aux preuves contraires apportées par le patron de l’UNDD et aux démentis multiples.

Il ressort de façon indiscutable qu’il ne s’est jamais rendu en Mauritanie. Reporters sans frontière a démenti avoir reçu des informations de la part de Me Hermann Yaméogo.

Les services du président Laurent Gbagbo ont apporté un démenti cinglant par rapport au faux publié dans Sidwaya. La Guinée, par la voix de son ministre de l’Intérieur, vient à son tour de démonter la dernière trouvaille du ministre de la Sécurité faisant état d’une réunion de déstabilisation du régime burkinabè à laquelle aurait pris part Maître Hermann Yaméogo dans la capitale guinéenne.

En attendant que le pouvoir soit confondu par d’autres démentis, la LIATD relève le caractère léger et fantaisiste des accusations, demande que le pouvoir mette fin à l’acharnement contre le leader de l’opposition qui n’en est pas à sa première accusation infondée.

La LIATD demande la libération sans condition de Noël Yaméogo, membre du Bureau de l’UNDD, qui est détenu dans des conditions de pression morale inacceptables.

Par contre, notre association se félicite de l’accord auquel semblent être parvenus les protagonistes par rapport à la mise en place d’une Commission d’enquête internationale sur les crimes impunis et les ingérences du régime Compaoré.

En accédant aux demandes formulées par l’opposition le 14 avril 2004, le pouvoir pose les bases d’une gestion transparente de la crise et de son règlement durable.

Ce que la LIATD voudrait demander en plus, c’est avant ou après cette commission d’enquête, la convocation d’une conférence internationale sous les auspices des Nations unies, pour discuter de la question des ingérences, de ses conséquences sur le retard de l’Afrique et sur l’aggravation des phénomènes de pauvreté.

Ouagadougou, le 20 octobre 2004

Le président de la Ligue africaine pour la transparence démocratique Baba Touré

L’Observateur Paalga

Burkina : Libéré, l’ambassadeur Mousbila Sankara explique (...)
Burkina /Ministère de l’économie : Un taux de réalisation (...)
Burkina : Mousbila Sankara a été "enlevé"
Burkina : Un ancien leader politique saisit le Conseil (...)
Burkina : De plain-pied dans les pratiques politiques, (...)
Burkina : Le ministre Émile Zerbo de la Sécurité affiche (...)
Burkina : Il faut désormais dire "Président du Faso, chef (...)
Burkina : Le Socle citoyen pour la libération (SOCL) (...)
Relations AES-CEDEAO : « Je t’aime, moi non plus, doit (...)
Burkina : Affaires « lieutenant-colonel Somda Evrard, (...)
Burkina : Les conditions de « libération » et de « (...)
"Reprise" de Me Guy Hervé Kam : « Il a même demandé à (...)
Burkina : « De ce que nous savons aussi du lieutenant-colonel
Affaire "Me Guy Hervé Kam" : « Nous craignons pour la (...)
Conclusions Assises nationales : "Nul doute qu’avec la (...)
Me Guy Hervé Kam : Globalement, son état de santé va (...)
Burkina/Assises nationales du 25 mai 2024 : IB et la (...)
Affaire Guy Hervé Kam : Le mouvement SENS dénonce un (...)
Burkina : Des citoyens expriment leurs attentes pour (...)
Burkina/Assises nationales : « Une fenêtre d’opportunités à
Burkina/Assises nationales : Vers le pire scénario pour (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12537



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés