Actualités :: Immunité de Me Hermann Yaméogo : Ce que préparent les députés ADF-RDA

Après avoir attendu le temps qu’il lui fallait, le groupe parlementaire ADF/RDA a réagi officiellement hier à l’affaire Hermann Yaméogo, par la voix de son président, Grégoire Baboré Bado. Prudence et modération sont les maîtres-mots des députés du premier parti de l’opposition.

Sur un ton posé, le président du groupe parlementaire ADF/RDA, dans sa déclaration, a pris toute la solennité qui sied à une affaire aussi grave que celle qui menace l’immunité parlementaire du président de l’UNDD, Hermann Yaméogo. Grégoire Bado dit avoir appris les démêlés de Hermann Yaméogo avec le pouvoir par la presse.

Par la suite, il a été contacté par le président du Groupe justice et démocratie, au sujet de la même question. La position du groupe ADF-RDA est que cette affaire doit concerner tous les députés, indépendamment des clivages politiques. M. Bado préconise une large concertation au sein de l’hémicycle qui devra déboucher par une demande d’audience auprès du président de l’Assemblée nationale. L’objectif étant de s’informer au mieux en vue d’identifier la nature des actions à engager pour soutenir Me Hermann Yaméogo si "ses droits étaient bafoués".Une réunion devrait se tenir à une date non encore convenue pour faire le point de la situation.

Respecter les institutions républicaines et les lois en vigueur. C’est le credo des députés ADF/RDA dont l’action, disent-ils, s’inscrit dans le cadre d’une "opposition républicaine". En tous les cas, le parti de Me Gilbert Ouédraogo suit le dossier, avec à l’esprit que les "députés ne sont pas au-dessus de la loi", mais que la levée de l’immunité d’un député est un "fait rarissime" au Burkina. C’est pourquoi, le député Bado et ses camarades de parti prônent la "modération dans le traitement de ce dossier". Pour eux, dans une affaire aussi complexe, le temps est souvent le meilleur conseiller. D’où cette approche prudente.

Mais que ferait le groupe parlementaire ADF/RDA si la requête concernant la levée de l’immunité atterrissait à l’hémicycle ? Là aussi, la prudence est de rigueur : "C’est une affaire qui est alimentée au fil du temps par de nouveaux éléments qui peuvent être contestés par l’une ou l’autre partie. De même, les anciennes informations peuvent être éclairées d’un jour nouveau. C’est pourquoi nous ne pouvons pas dire ce que nous ferons demain". C’est donc le principe du wait and see qui prévaut.

"Ne pas agir sous pression"

Quand on lui demande si cette extrême prudence ne va pas être assimilée à une complaisance, voire à une complicité avec le pouvoir, le président du groupe ADF/RDA répond : "C’est possible que certains le voient ainsi. Vous savez que le chef de file de l’opposition, Me Gilbert Ouédraogo, était absent quand l’affaire a éclaté. Il était en Afrique du Sud pour prendre part aux travaux du parlement panafricain. Dès qu’il est rentré et qu’il a pris connaissance de l’affaire, il a aussitôt pris contact avec Me Hermann Yaméogo pour avoir à la source, les informations. Ce qui fut fait. Voici l’approche que nous avons adoptée, pour apprécier la situation de façon sereine. Nous ne voulons pas agir sous la pression de qui que ce soit parce qu’il s’agit d’une affaire très sérieuse. Il ne faut pas prendre des positions ou faire des déclarations sans maîtriser le dossier. Nous n’aurions pas d’excuse, de par notre position, de regretter certains propos ou actes."

Les députés ADF/RDA estiment que leur prudence n’est pas synonyme de manque de solidarité avec le député Hermann Yaméogo. Ils disent privilégier d’abord la concertation entre tous les élus pour "défendre en groupe les droits du député s’il s’estime brimé". Tout cela fait dire au député Bado que la mesure, la pondération et la sérénité doivent prévaloir, "en évitant de céder à la passion dans les analyses et les actes".

Par Mahorou KANAZOE
Le Pays

Simon Compaoré : Après 46 ans de vie politique, l’ (...)
Ouagadougou : Une étudiante de 19 ans tuée dans un (...)
Burkina Faso : Alassane Bala Sakandé désormais président (...)
Burkina/MPP : Le devoir de reconnaissance des militants (...)
Burkina/vie politique : « Celui qui veut partir au MPP (...)
Burkina : Lever de rideau sur le deuxième congrès (...)
Processus de réconciliation au Burkina : La coordinatrice-rés
MPP-UNIR/PS : « Ce n’est pas parce que nous sommes des (...)
Burkina/CDP : Une conférence de presse des jeunes dans (...)
Burkina : La réconciliation nationale "n’est pas (...)
IIe congrès extraordinaire du MPP : La succession à Roch (...)
Situations en Guinée et au Mali : Le groupe parlementaire
Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là (...)
Simon Compaoré au sujet du président Roch Kaboré : « Pas (...)
Burkina/sécurité : Le parti au pouvoir exhorte à éviter (...)
Burkina/vie politique : Le MPP a enregistré 1 964 (...)
Crise au Mouvement Agir ensemble pour le Burkina : (...)
Commune de Kouka (Boucle du Mouhoun) : Les militants du (...)
Organisation des élections au Burkina : Les membres de (...)
Burkina/Rencontre Etat-ONG-AD et fondations : L’équation (...)
Burkina/politique : Des militants du "Mouvement agir (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11235


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés