Actualités :: Affaire Hermann Yaméogo :Le CDP prend position

Face à ce qu’il pourrait désormais être convenu d’appeler " l’affaire Hermann Yaméogo et les accusations mauritino-ivoiriennes contre le Burkina Faso ", le parti au pouvoir au Burkina (le CDP) vient de prendre officiellement position ... A travers une déclaration où il affirme que " tout patriote conséquent ne peut que dénoncer et condamner cette pratique récurrente du président de l’UNDD consistant à jeter constamment l’opprobre sur son propre pays ... ".

Déclaration du CDP

Les Burkinabé étaient surpris, à leur réveil en fin août, d’apprendre, par les radios internationales, qu’il y avait eu une énième tentative de coup d’Etat en République sœur de Mauritanie quelques mois à peine après des élections que l’on disait démocratiques et transparentes. Leur surprise s’est muée en ahurissement quand ils ont entendu que les autorités mauritaniennes, sans scrupules, impliquaient certains pays membres de l’Union africaine dont le Burkina Faso, sans apporter quelque preuve que ce soit.

C’est alors que le commun des Burkinabé s’est demandé qu’elle pourrait être la motivation ou quel intérêt pouvait objectivement conduire le Burkina Faso, en supposant qu’il en avait les moyens, d’aller aider des opposants à chasser un président dans un pays, n’ayant aucune frontière avec lui, et n’entretenant que peu de rapports économiques et culturels avec lui. Mais bien que l’accusation apparaissait aussi grotesque qu’incongrue, le Gouvernement réagissait avec promptitude en déniant toute implication du Burkina Faso et surtout en demandant à l’Union africaine la mise sur pied d’une commission d’enquête en vue de situer la communauté internationale sur les prétendues implications.

Mais ne voit-il pas que, sans écouter la voix de la raison élémentaire, des politiciens, en mal de bouées auxquelles s’accrocher pour échapper à la noyade politique, se mettent à gloser et à fantasmer sur la nature des relations de notre pays avec les Etats de la sous-région et croient avoir trouvé là leur planche de salut. Or, pour tout patriote et a fortiori pour tout homme politique, les relations entre Etats sont des sujets suffisamment graves pour exiger la circonspection avant de se lancer dans des déclarations et dans des actions qui peuvent nuire durablement au pays et pas seulement au régime que l’on combat.

C’est le lieu pour notre parti, le CDP, qui a pris un engagement avec notre peuple pour son développement, de rétablir la vérité qui découle des faits.

Il est bon de se souvenir que notre pays, que des politiciens en perte de vitesse qui n’ont aucun amour pour leur patrie essaient aujourd’hui de diaboliser pour le compte de leurs mandants, a été et est régulièrement sollicité pour le règlement de nombreux conflits sur notre continent : Libéria, Togo, Niger, Centrafrique, Comores etc. Il faut, par ailleurs, rappeler à la mémoire collective que c’est dans ces cadres d’appel au Burkina que Son Excellence, Monsieur Blaise Compaoré, Président du Faso, avait nommé, en son temps, Maître Hermann Yameogo en qualité de Président du Comité de Suivi du processus démocratique au Togo. Mais hélas, pour certains hommes politiques, dont la seule religion est le pouvoir coûte que coûte, la mémoire est courte et toutes les compromissions, même au détriment de leur pays, sont tissées à l’endroit comme à l’envers ; c’est pourquoi, ce sont ces mêmes hommes politiques qui tentent, aujourd’hui, de l’intérieur, en collusion avec l’extérieur, de ternir cette respectabilité qui fait notre fierté et qui est tant convoitée par ceux-Ià qui ont perdu tout repère.

C’est ainsi que l’on a tenté d’imputer au Burkina Faso la crise en Côte d’Ivoire ; il a fallu que le temps et les diverses enquêtes rétablissent la vérité et démontrent qu’il s’agit bel et bien d’une crise ivoiro-ivoirienne et que le Burkina Faso n’était préoccupé que par le sort de ses nombreux ressortissants spoliés, battus, violés et assassinés en masse au mépris de toutes les conventions internationales et sous régionales.

A l’époque, certains hommes politiques de l’opposition avaient choisi, sans pudeur, de faire uniquement du tapage sur les accusations portées contre notre pays et de minimiser ces brimades et ces assassinats malgré la colère populaire et légitime qui montait de toutes les chaumières du Burkina Faso.

C’est également ainsi que l’on tente, de l’intérieur, de faire croire que notre pays a quelque chose à voir avec la situation en Mauritanie et pire, sur la base d’allégations mensongères, qu’il s’apprêterait à agresser la République sœur de Côte d’Ivoire. Plus révoltant encore, des politiciens, qui rêvent de jouer un jour le premier rôle au Burkina, s’empressent de monter << des dossiers >> pour valider les accusations de régimes aux abois. C’est dans ce contexte que se situe la << tournée régionale et internationale>> de M. Hermann Yameogo en Côte d’Ivoire, en Guinée, en Mauritanie et aux Etats-Unis. Il faut souligner que, pour cette dernière étape, il faisait partie de la délégation ivoirienne conduite par Madame Simone Gbagbo, épouse du président Laurent Gbagbo.

Tout patriote conséquent ne peut que dénoncer et condamner cette pratique récurrente du président de l’UNND consistant à jeter constamment l’opprobre sur son propre pays.

Aujourd’hui, tout le peuple burkinabé aura noté sa suffisance, sa duplicité, sa collusion manifeste et le commerce honteux qu’il entretient avec ceux qui pensent et disent qu’ils préfèrent tout à un Burkinabé !

L’opposition intelligente aura également appris et compris qu’aucune invention n’est portée contre le président de l’UNND qui a confirmé tous les faits annoncés.

C’est pourquoi, ni ses agitations, ni ses déclarations à l’emporte pièce ne saurait le blanchir de ses turpitudes, car l’histoire politique récente de notre pays retient les multiples revirements, trahisons et forfaitures de ce politicien sans scrupules tant envers la majorité que l’opposition sous toutes ses formes.

C’est la raison pour laquelle il est utile de dire aux dirigeants de pays frères, qui pensent détenir un informateur avisé en la personne de M. Hermann Yameogo, qu’ils ont plutôt à faire à un homme préoccupé d’entretenir son fonds de commerce car il est de notoriété publique que l’apatride n’a de maître que le plus offrant et le dernier enchérisseur.

Au peuple et au Gouvernement mauritanien notre Parti voudrait réitérer ses vœux de réussite dans les combats contre les maux qui avilissent l’homme et qui ont pour noms pauvreté, sècheresse, ignorance ou obscurantisme et les invite à ne pas se laisser distraire et abuser par des individus sans foi ni loi qui écument les palais présidentiels pour quelques sous destinés à grossir leurs comptes bancaires disséminés à travers le monde.

Au total, le CDP considère que les mesures républicaines appropriées doivent être engagées contre tous ceux qui enfreignent la loi et la morale nationale et internationale quel que soit leur statut dès que les faits sont constants et avérés : la démocratie a ses impératifs et le citoyen, dans la République, n’a pas que des droits, il a également des devoirs.

A l’opposition républicaine, notre Parti donne un avis sans frais : il faut savoir dissocier le bon grain de l’ivraie et éviter à tout prix les éclaboussures liées aux agissements d’un individu dont la seule cohérence réside dans la trahison permanente.

Tous ceux qui tenteront de tourner la roue de l’histoire de notre pays en arrière trouveront des milliers de militants CDP et des patriotes sur leur route.

Pour le développement et le progrès de la patrie, le CDP sera toujours au rendez-vous.

Démocratie -Progrès -Justice

Le Bureau Exécutif National du CDP

Burkina Faso : Des hôtes de marque chez le président Roch (...)
Burkina : Le paysage politique va enregistrer, ce (...)
Présidence de la CENI : La solution qui vient de (...)
CENI du Burkina Faso : Qui est Elysée Ouédraogo, le (...)
CENI : Le magistrat Élisée Ouédraogo élu président
CENI : La solution du président du Faso
CENI : Les quinze commissaires ont prêté serment
Crise à la CENI : Idrissa Nogo fustige l’opposition, (...)
Dialogue national inclusif au Tchad : Les Tchadiens du (...)
CENI : Les 15 commissaires prêteront serment ce 29 (...)
Burkina Faso : Les élections de 2020 ont coûté 21 (...)
Burkina Faso : Le Centre d’études, de formation et de (...)
Jean-Luc Mélenchon à l’Université Joseph Ki-Zerbo : Une (...)
ADF-RDA : Rasmané Ilboudo et ses camarades confirment (...)
Conseil constitutionnel : La prestation de serment des (...)
Burkina : Les syndicats reprennent langue avec le (...)
Burkina Faso : « Qui paye les auteurs des actes (...)
Burkina : « La politique doit servir à éviter les minutes (...)
CENI : Une crise caractéristique d’acteurs politiques qui (...)
Burkina Faso : Concertation sur la réconciliation (...)
Commission électorale nationale indépendante (CENI) du (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11151


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés