Actualités :: CDP : Malaise profond ou immaturité des structures de base ?

Malgré les querelles sur la mise en place des structures de base et la lutte de positionnement qui minent le parti de Roch Marc Christian Kaboré, force est de reconnaître sa capacité à préserver l’essentiel. C’est-à-dire son unité. C’est pourquoi les députés se sont rencontrés à Gaoua pour une concentration qui vise non seulement à réfléchir sur la pauvreté mais aussi sur la crise qui mine le parti.

L’objectif ultime d’un parti est d’aller à la conquête du pouvoir d’Etat. Il ne peut atteindre cet objectif qu’à la condition d’être bien organisé et d’avoir le plus possible de militants. Deux conditions à remplir et qui en appellent une troisième. Sans une conscience politique, la multitude de militants se transforme dans la plupart des cas, en boulet au pied du parti.

Au CDP, la ligne de démarcation s’avère aujourd’hui difficile à établir entre particulièrement militants et sympathisants. C’est une réalité que tout le monde réclame une place et chacun se croit plus méritant que le voisin à occuper la portion préférentielle. Une lutte de positionnement qui mine à l’arrivée l’exécution des tâches et même parfois le fonctionnement du parti : Si le parti avait essayé de mettre l’accent sur la cohésion des troupes, c’est parce que par endroit dans certaines localités, il y avait des fractures béantes.

Un grand parti comme l’ont admis les responsables du CDP n’est pas facile à piloter. Et sur ce point, le CDP n’a jamais su s’y prendre avec ses structures à Bobo-Dioulasso dont pourtant les velléités d’indépendance sont bien connues. Le débat sur le renouvellement des structures de base soulève deux questions et non des moindres. La discipline au sein du parti et la guerre souterraine des clans, le parti peine ainsi à discipliner ses troupes que la raison avancée de sa grandeur ne saurait toujours servir de justification.

Une structure "informelle" agissant en dehors des cadres officiels ne peut que susciter de la polémique. Au regard de ce qui se passe au sein de ce parti on a le droit de se demander si l’esprit de la division n’a pas envahi le parti au pouvoir. Les militants rebelles, on en rencontre partout. Mais dans ce parti les rebelles deviennent nombreux et veulent fouler aux pieds les directives du parti.

Il faut respecter les directives du parti

Les difficultés que rencontrent les structures de base sont la résultante du non respect des directives. Certains militants qui ne pensent qu’à leurs propres intérêts bafouent les règles et les principes établis pour faire respecter la cohésion. Il faut dire sans se voiler la face qu’ il y a au sein de la structure des militants qui ne veulent pas la cohésion dans le parti, pour la simple raison qu’ils n’y gagnent rien. Ainsi il préfèrent créer la désunion pour préserver leur petit morceau de pain. Que dire de ceux qui, accrochés aux privilèges refusent de céder la place. C’est la course au positionnement pour prétendre avoir les premières places.

Dans ces conditions les valeurs qui sous-tendent le parti ne sont plus ancrés dans les esprits et les idéaux sont sacrifiés sur l’autel des intérêts individuels ou les camarades deviennent des adversaires. Le chemin qui mène à la victoire ne peut que se rétrécir. Cela est une réalité tangible. Même si le parti est capable d’écraser ses adversaires il faut faire attention parce que le feu de la désunion peut provenir de l’intérieur et porter préjudice à l’avenir du parti.

Des mesures doivent être prises

Naboho Kanidoua, président du groupe parlementaire CDP. En attendant le congrès, les députés CDP se sont retrouvés à Gaoua pour réfléchir entre autres sur la bonne marche du parti. Ce sera l’occasion donnée à la direction de donner des directives aux députés pour que la situation inconfortable dans laquelle vit le parti puisse connaître une décrispation. Le parti a en face de lui, d’importantes échéances et il ne devrait pas se laisser distraire par des querelles byzantines. Les problèmes qui pourraient être abordés sont entre autres le déficit de communication en passe d’être un mal chronique du CDP.

Sur ce point, le parti majoritaire a assurément besoin de faire amende honorable. Sur bien de questions brûlantes de l’actualité aussi bien au plan national, sous-régional qu’international. Le fait que le CDP soit au pouvoir l’oblige à inclure dans toutes ses actions, le bien-être des populations.

Le parti, il faut le reconnaître regorge de cadres compétents. C’est pourquoi malgré les différentes querelles au sein de certaines structures, le parti reste solide et s’engage dans la voie d’un meilleur devenir pour le Burkina. Les députés qui vont réfléchir sur les problèmes de santé, d’éducation et d’emploi montrent par là que malgré les dissensions, le CDP reste uni pour préserver l’essentiel. C’est ce qui fait sa grandeur. C’est pourquoi malgré des disputes, les militants continuent de le soutenir. Cet état de fait montre aussi l’acceptation de la différence .

La culture de la liberté d’expression au sein du parti. Ces journées de réflexion nous l’espérons, viendront sceller la pierre de la réconciliation pour une bonne gestion des structures de base et surtout pour donner de réelles chances au parti majoritaire d’élaborer des plans d’actions pour l’amélioration des conditions de vie des populations.

Kibsa Karim
L’Hebdo

Ministère de la Fonction publique : Le Chef de file de (...)
Burkina Faso : La CENI veut se doter d’une stratégie de (...)
Programmation budgétaire 2022-2024 au Burkina : Vers un (...)
Burkina : L’Assemblée nationale se délocalise à (...)
Vie constitutionnelle : « Toutes les crises au Burkina (...)
Burkina : L’opposition maintient sa demande de (...)
Commune de Houndé : Le deuxième adjoint au maire n’est (...)
Burkina Faso : Le dialogue politique s’ouvre dans un (...)
18 juin 1940 : Sankara Zouli et d’autres soldats (...)
Burkina : Le Cadre de dialogue politique, un sectarisme (...)
An II de l’Appel de Manéga : C’est aussi "un pas vers la (...)
Nouvelle-Calédonie : Le Pr Augustin Loada conduit une (...)
MPP-France : La sous-section de Bordeaux fait peau (...)
Burkina : Le président Roch Kaboré et Jacques Ouédraogo (...)
Assemblée nationale : La commission CJEEC réunie à (...)
Assemblée Nationale : Les députés membres de la CAGIDH (...)
Réconciliation nationale : Les capacités des autorités (...)
30e anniversaire de la Constitution du Burkina Faso : (...)
Burkina : Les députés convoqués à une session extraordinaire à
Vie politique au Burkina : Le Mouvement SENS en visite (...)
Nécrologie : Dr Assimi Kouanda inhumé après les hommages (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11046



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés