Actualités :: Criquets : le gouvernement annonce des mesures énergiques
Salif Diallo (Archives)

Le 19e point de presse du gouvernement s’est tenu lundi 27 septembre 2004 à la salle de conférences du ministère des Infrastructures, des Transports et de l’Habitat. Les échanges avec les journalistes ont exclusivement porté sur les questions issues des travaux du Conseil des ministres.

Les débats ont surtout porté sur la campagne agricole 2004-2005 et plus particulièrement, de la menace d’invasion acridienne, l’état d’avancement du processus d’élaboration des schémas d’aménagement du territoire, la relance des activités de l’Abattoir frigorifique de Ouagadougou et l’état d’avancement du projet de création de la Société burkinabè des fruits et légumes (SOBFEL).

Le gouvernement était représenté à ce point de presse par quatre ministres. Il s’agit du ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources halieutiques, M. Salif Diallo, du ministre de l’Economie et du Développement, M. Seydou Bouda et du ministre du Commerce, de la Promotion de l’entreprise et de l’Artisanat, M. Benoît Ouattara.

La première question abordée à ces échanges, a concerné l’état d’exécution du Programme national de gestion des terroirs (PNGT) couvrant la période 2002-2003.

Lancée le 19 février 2002, ce programme intervient dans 2000 villages de 26 provinces du Burkina Faso. Il est financé par l’AID, le FIDA, le PNUD, le Danemark et le Burkina à hauteur de 73 milliards de FCFA. Il ressort du bilan d’exécution des deux premières années que le programme a obtenu des résultats pertinents se traduisant par le développement des capacités locales, le renforcement des capacités institutionnelles et des réalisations physiques.

Ainsi, compte tenu de l’intérêt suscité par le programme pour le développement du Burkina Faso, le gouvernement a décidé d’engager des négociations avec les partenaires techniques et financiers dans le but de généraliser le programme à l’ensemble du pays.

Campagne agricole et lutte antiacridienne

Cette question a déjà été abordée lors du précédent point de presse du gouvernement. Le gouvernement avait par ailleurs expliqué qu’il y avait toute une batterie de moyens financiers, humains et techniques qui ont été mis en place pour traiter les zones infectées.

Mais, au regard de la persistance de la menace acridienne et compte tenu de l’urgence de la question, le conseil des ministres a autorisé l’achat dans le cadre d’un marché de gré à gré, d’un avion monomoteur. Cet appareil qui offre plusieurs avantages dont celui de voler à basse altitude est opérationnel de nuit et est capable d’épandre divers produits en d’autres circonstances et besoins comme par exemple, la lutte contre les feux de brousse.

Après la campagne agricole et la lutte anti-acridienne, le troisième sujet a traité de l’état d’avancement du processus d’élaboration des schémas d’aménagement du territoire, des acquis et des perspectives.

Créé lors du Conseil des ministres du 5 décembre 2001, ce projet a connu des acquis très importants dans toutes ces activités antérieures se résumant ainsi à l’existence de termes de références, au bouclage du financement des études, à la création d’un comité de pilotage, l’existence d’un cadre institutionnel pour l’adoption des études.

Un calendrier des études existe déjà et devra s’étaler de mai 2004 à mars 2006. A ce niveau, le travail d’approche des bailleurs de fonds a permis de mobiliser des financements pour l’aménagement de la Boucle du Mouhoun, des Cascades, du Centre-Sud, du Plateau central, des régions du Centre, des Hauts-bassins, du Nord, du Centre-Nord, du Centre-Est, du Sud-Ouest, du Centre-Est et du Sahel.

Relance des activités de l’Abattoir frigorifique de Ouagadougou

Pour le gouvernement, ce dossier concerne tous les acteurs impliqués dans le fonctionnement, l’exploitation et la rentabilisation de l’Abattoir frigorifique de Ouagadougou. Ainsi, le gouvernement dans la perspective de cette relance avait procédé à la réhabilitation de l’abattoir en y consentant un investissement de deux milliards huit cent soixante dix-huit millions six cent vingt-huit mille neuf cent vingt huit (2 878 628 928) FCFA, hors taxe, hors douane.

Ce qui a provoqué le déclin de l’abattoir frigorifique, c’est le problème de sa gestion.

Pour prévenir et espérer obtenir de bons résultats d’exploitation, le gouvernement a pris un certain nombre de mesures allant dans le sens de la création d’une société de gestion de l’abattoir réhabilité et d’une société de patrimoine. La société d’économie mixte SOGAO-SA qui reprendra les activités de l’abattoir aura un capital de 150 millions de FCFA. L’Etat y participe à hauteur de 34% et la commune de Ouagadougou à 15%. Quant à la Société de patrimoine de l’abattoir de Ouagadougou (SOPAO), son capital est fixé à 100 millions de FCFA entièrement détenu par l’Etat.

Le dernier point abordé par le gouvernement a porté sur l’état d’avancement du projet de création de la Société burkinabè des fruits et légumes (SOBFEL). Suite aux instructions du gouvernement, des rencontres avec les acteurs de la filière dans le but de les mobiliser autour du projet avaient été organisées. Les différentes démarches selon le gouvernement, ont permis d’arrêter le capital de la SOBFEL à 300 millions de FCFA.

La part réservée à l’Etat dans le capital de la société est fixée à 20%, soit 60 millions de FCFA. Le reste du capital sera pourvu par les souscriptions des professionnels de la filière. Le capital pourrait toujours, selon le gouvernement, connaître une augmentation sensible. La SOBFEL sera opérationnelle dès la prochaine campagne maraîchère 2004-2005.

Ibrahiman SAKANDE (ibra.sak@caramail.com)


Paysans du Burkina, récoltez vite !

Les criquets sont là ! Ils pourraient être une menace pour la saison agricole en cours. Car arrivés des pays voisins le 9 août sur le territoire burkinabè, ces criquets ont dès le 19 août éclos massivement et depuis le 22 septembre, ils sont à l’assaut du territoire burkinabè.

Actuellement, au moins 1000 hectares du territoire burkinabè dont pas moins de 7 000 hectares de culture est sous la menace des criquets.

Les provinces du Soum et de l’Oudalan sont pour l’heure, les plus concernées mais très rapidement, toute la zone Nord du Burkina voire bien plus, pourrait être concernée. Face à cette donne, le ministre Salif Diallo a invité les paysans du Burkina Faso dont les cultures sont à maturation à récolter très rapidement leur mil, maïs, sorgho, niébé, etc., menace des criquets oblige.

De même, le ministre en charge de l’Agriculture a appelé tous les Burkinabè à se mobiliser pour une "guerre populaire" aux criquets. D’ores et déjà, 8 365 personnes ont été déployées par ce ministère sur le front de la lutte antiacridienne. Et mieux, le Burkina a investi plus d’un demi-milliard de francs CFA pour l’achat d’un avion étatsunien efficace pour la lutte contre les criquets.

I. S.
Sidwaya

Programmation budgétaire 2022-2024 au Burkina : Vers un (...)
Burkina Faso : La CENI veut se doter d’une stratégie de (...)
Burkina : L’Assemblée nationale se délocalise à (...)
Vie constitutionnelle : « Toutes les crises au Burkina (...)
Burkina : L’opposition maintient sa demande de (...)
Commune de Houndé : Le deuxième adjoint au maire n’est (...)
Burkina Faso : Le dialogue politique s’ouvre dans un (...)
18 juin 1940 : Sankara Zouli et d’autres soldats (...)
Burkina : Le Cadre de dialogue politique, un sectarisme (...)
An II de l’Appel de Manéga : C’est aussi "un pas vers la (...)
Nouvelle-Calédonie : Le Pr Augustin Loada conduit une (...)
MPP-France : La sous-section de Bordeaux fait peau (...)
Burkina : Le président Roch Kaboré et Jacques Ouédraogo (...)
Assemblée nationale : La commission CJEEC réunie à (...)
Assemblée Nationale : Les députés membres de la CAGIDH (...)
Réconciliation nationale : Les capacités des autorités (...)
30e anniversaire de la Constitution du Burkina Faso : (...)
Burkina : Les députés convoqués à une session extraordinaire à
Vie politique au Burkina : Le Mouvement SENS en visite (...)
Nécrologie : Dr Assimi Kouanda inhumé après les hommages (...)
Burkina Faso : Le mouvement SENS s’interroge sur sa (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11046



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés