Actualités :: Violences subies par les Burkinabè en Côte d’ivoire : Une mission d’enquête (...)

Depuis les événements du 19 septembre 2002 en Côte d’Ivoire, nombre de nos compatriotes dans ce pays ont été victimes d’exactions dans ce pays. Afin que justice puisse être rendue, une mission d’enquête de l’Organisation des Nations unies (ONU) séjourne dans notre capitale depuis hier dimanche 22 août 2004.

La délégation onusienne est à Ouagadougou pour l’accomplissement de la mission à elle confiée par le Conseil de sécurité des Nations unies. Cette mission porte sur l’étude des événements qui se déroulent en Côte d’Ivoire, l’évaluation de leurs conséquences dans les pays voisins. Le séjour de la délégation est prévu pour durer deux jours, avant l’étape du Mali, entre autres pays à visiter.

Le bilan du périple fera l’objet d’un rapport. Selon M. Mikwin Leliel Balanda, le chef de délégation, il est prématuré de faire le point de ce qui a été déjà constaté sur le terrain en Côte d’Ivoire, l’essentiel pour le moment étant de collecter des informations, qui seront analysées, en vue d’éventuelles recommandations et propositions. La délégation est composée de neuf membres dont M. Mikwin lui-même, président de la Commission internationale d’enquête des Nations unies en Côte d’Ivoire.

Trois mois pour apprécier la situation

L’enquête doit se dérouler en deux mois sur le terrain, et un autre mois sera consacré à son évaluation. La commission, après le tour des pays voisins de la Côte d’Ivoire, ira à Genève pour l’analyse des éléments recueillis, en vue de la finalisation de son rapport qui est attendu pour la mi-octobre 2004. Elle aura à apprécier le témoignage de plus de 90 victimes, afin de rechercher dans quelle mesure il y a effectivement eu violation des droits de l’homme et celle du droit international humanitaire.

Plusieurs de nos compatriotes au pays de Laurent Koudou Gbagbo ont déjà été entendus par la Commission, et pour compléter les informations en sa possession, elle a tenu à se déplacer dans les pays limitrophes de la Côte d’Ivoire. Il appartiendra alors aux instances politiques compétentes de prendre les mesures nécessaires qui s’imposent, à l’issue du dépôt du rapport par la Commission, qui n’est en fait qu’un organe d’investigation, de l’avis de M. Mikwin. Demain mardi, la délégation onusienne se rendra à Gaoua, dans le sud-ouest du Burkina.

D. Evariste Ouédraogo
L’Observateur Paalga

Burkina Faso : Le Haut Conseil du dialogue social et le (...)
Assemblée nationale : Les députés adoptent le programme (...)
Journée nationale du paysan 2021 : 400 participants (...)
Dialogue social : Le Haut conseil remet son rapport (...)
Affaire Thomas Sankara : La France "a tenu parole", en (...)
Dossier Thomas Sankara : 34 ans après, enfin le procès (...)
Politique : Jérôme Bougouma et 92 autres militants (...)
Burkina Faso : Cap sur l’autonomie énergétique à l’horizon (...)
Dossier Thomas Sankara : Une dizaine de personnes dont (...)
Justice : La Cour d’appel de Bobo-Dioulasso se rapproche (...)
Burkina Faso : Le chef de file de l’opposition, Eddie (...)
Burkina Faso : 115 militants du MPP sanctionnés par le (...)
Présidence du Faso : Voici la nouvelle photo officielle (...)
Dr Bachir Ismaël Ouédraogo : « Si ça va pour le jeune du (...)
Mouvement pour le Changement et la Renaissance : (...)
Burkina : Le parti au pouvoir ( MPP) se penche sur des (...)
6e mandat d’Idriss Deby : Le Collectif de Tchadiens (...)
Mise en œuvre du programme de Roch Kaboré : La jeunesse (...)
Vie politique : La jeunesse du MPP en rangs serrés pour (...)
Palais de Kosyam : Les présidents de conseil d’administration
Burkina Faso : L’Assemblée nationale adopte une loi pour (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10920


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés