Actualités :: Des efforts, encore des efforts !

Plutôt qu’un message solennel à la nation, le président du Faso a préféré, à l’occasion du 44e anniversaire de la proclamation de l’indépendance du pays, s’entretenir avec la presse nationale et internationale. Ceux qui ont suivi cet entretien ont sans doute relevé qu’on était loin de la langue de bois et des réponses toutes faites.

Les questions posées à Blaise Compaoré étaient aussi pertinentes les unes que les autres. Comme et pour ne citer que ces exemples, le rang peu enviable qu’occupe notre pays dans le rapport annuel du PNUD, l’impact des performances économiques dans la vie quotidienne du citoyen burkinabè.

Alors que d’aucuns s’évertuent à démontrer que le 175e rang sur les 177 qu’occupe le Burkina Faso n’est pas le vrai, le président du Faso a plutôt pris de la hauteur sur le sujet en disant que nous devons déployer encore des efforts même si des progrès ont été réalisés, notamment dans l’éducation et la santé. Les critères utilisés par le PNUD ne permettent certes pas d’apprécier, comme l’a relevé le chef de l’Etat d’ailleurs, l’ensemble du travail abattu par le Burkina Faso, ces dernières années mais sont une indication des secteurs sur lesquels l’accent doit être mis. Il n’y a pas de honte à dire que le Burkina Faso est un pays pauvre. Et que notre histoire explique en partie notre situation actuelle. Le Burkina Faso (ou plutôt l’ancienne Haute Volta) est et a été pendant longtemps un réservoir de main-d’œuvre pour les pays voisins. Certains de ces voisins doivent leur prospérité dans une certaine mesure au travail de ces millions de Voltaïques contraints par le colonisateur de quitter leurs terres. Le fait que la Haute Volta a été créée pour être ensuite dépécée au profit des voisins est une donnée importante dans la vie de ce pays. Cette donnée n’intéresse pas les experts du PNUD dans leurs calculs.

Dans une interview à Sidwaya (N° 5057), le président de l’Union économique et monétaire ouest africaine M. Soumaïla Cissé a déclaré qu’il faut reconnaître que tous les pays de l’UEMOA sont des pays pauvres. Et qu’il n’y avait pas de honte à le dire. Il a ajouté qui si on ne devait considérer que les critères du PNUD, nous serions tous morts.

Dit autrement, on peut tout reprocher aux Burkinabè, sauf d’être des partisans du moindre effort ou des paresseux. Malgré la rigueur du climat, l’hostilité de la nature, les conditions de vie difficile de la population, le Burkina n’est pas l’enfer. Il suffit que le ciel soit clément comme l’année dernière pour que les Burkinabè donnent toute la mesure de leur capacité à produire, à construire. Même si comparaison n’est pas raison, des pays autrement mieux nantis naturellement nous donnent régulièrement des spectacles indignes de leurs richesses.

D’aucuns mettent sur le compte de la corruption, disons de la mauvaise gouvernance, le rang qu’occupe le Burkina Faso dans le classement du PNUD. On ne peut épuiser un tel sujet. Nous partons de très bas et cela nous enseigne qu’il nous faut fournir beaucoup d’efforts a dit Blaise Compaoré.

L’essentiel est qe le pays ait les conditions de son développement. La paix sociale, la démocratie et bien sûr le travail font partie de ces conditions.

Bessia BABOUE
Sidwaya

37 ans du décès de Cheikh Anta Diop : « Ses écrits (...)
Interview télé du capitaine Ibrahim Traoré du 3 février (...)
Burkina : La famille de Thomas Sankara désapprouve (...)
Grande interview du président de la transition : Retour (...)
Burkina : Le président Ibrahim Traoré assure que les (...)
Appel au meurtre du journaliste Newton Ahmed Barry : (...)
Continent africain : La gouvernance globale stagne (...)
Burkina : « Il est aussi urgent de mettre fin à ce plan (...)
Vie des partis politiques : La composante « Autres (...)
Burkina/Justice : « Il y a un problème ; il n’y a que les (...)
Transition politique au Burkina Faso : Le chronogramme (...)
Gestion des aires protégées : L’ONG AGN et le ministère (...)
Ministère de l’Agriculture : Le Conseil d’administration (...)
Burkina :« Nous ne sommes ni dans une guerre ethnique ni (...)
Burkina : « Ce pays-là a toujours su faire face à toutes (...)
Burkina Faso : Zéphirin Diabré porte plainte contre (...)
Réformes politiques au Burkina : « En démocratie, il est (...)
Commune de Bobo-Dioulasso : Une session extraordinaire (...)
Arrondissement 3 de Bobo-Dioulasso : Après six mois (...)
Politique au Burkina : Zephirin Diabré nie toute (...)
Corruption au sein de l’armée : « A ce jour, aucun de ces (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12138



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés