Actualités :: Affaire UNIR/MS : les sankaristes s’offrent en spectacle au tribunal

Hier le tribunal administratif a examiné le dossier UNIR/MS ou plus précisément l’affaire qui oppose Jean Hubert Bazié et Diao Hamidou au MATD et au président de l’UNIR/MS, Me Bénéwendé Sankara.

Les explications à la barre ont souvent tourné à l’altercation verbale, voire à l’insulte entre les belligérants. Le délibéré a été renvoyé au 27 mai 2004.

Le président du tribunal, Jean-Baptiste Ouédraogo, après avoir lu la demande des requérants qui consistait en l’annulation du récépissé accordé par le MATD à l’UNIR/MS en date du 19 mars 2003, appellera Jean Hubert Bazié (précédemment 3e vice-président du parti jusqu’à sa suspension le 20 mai 2003) à la barre.

Ce dernier dira qu’à l’issue du congrès du 22 décembre 2002, il avait été chargé, en tant que premier responsable, de la révision des textes du congrès "pour ne pas être dans le cas du PAI", aurait dit Bénéwendé selon Bazié. Ce travail, il devait le faire avec Dera Adama, qui est resté injoignable, toujours selon Bazié, lorsqu’il l’a cherché pour commencer le travail.

C’est alors qu’il s’est rendu chez Me Bénéwendé Sankara et là, coup de théâtre, il apprendra que les textes, non toilettés, ont été déposés au MATD. Le 13 janvier 2003, il écrira au MATD pour lui signifier de surseoir à la délivrance d’un récépissé, car il y a des corrections à faire dans le texte.

On apprendra par la suite que le 12 mars Me Bénéwendé a écrit au MATD pour lui dire au contraire que tout est normal, et dans la foulée, une semaine après, soit le 19 mars, l’UNIR/MS recevra son récépissé, et le 21 mars lors d’une réunion, on dispatchera ce document aux uns et aux autres. Et ce n’est que le 3 juillet 2003 que le tribunal sera saisi par Bazié.

Selon Bazié, ce jour là il y a eu une discussion houleuse et un mois après, soit le 20 mai, alors qu’il était en mission à Bobo, il apprendra qu’il a été suspendu. "Le MATD a été délibérément trompé par Bénéwendé".

Son coréquerant, Diao Hamidou, lui, évoquera en plus le respect des textes, la probité, l’égalité des uns et des autres dans le bureau du parti, et terminera en parlant des législatives de mai 2002 : "Il y a 70 ethnies au Burkina, pourquoi les élus UNIR/MS sont-ils tous des mossis ?".

"C’est bien une demande en annulation du récépissé"

Invité à venir, Me Bénéwendé Sankara dira "qu’il est là de façon incidente, et qu’il s’agit bien d’une procédure de demande d’annulation de récépissé, or, c’est à ma personne qu’on s’attaque devant le tribunal".

Il invoquera les articles 52 et 53 du règlement intérieur du parti pour dire que manifestement, Bazié a confondu les choses, "car Bazié a écrit de façon frauduleuse au MATD pour empêcher la délivrance du récépissé. Au nom de quoi écrit-il cette lettre ?...". Du reste, Me Sankara ajoutera que s’il s’agit de l’affaire du récépissé, c’est normal que le tribunal en connaisse, mais que s’il s’agit des affaires du parti, c’est au bureau du parti de trancher.

Le représentant du MATD dira en substance que lorsque le ministère reçoit une demande de délivrance de récépissé, ce qui importe c’est d’abord de savoir si tout est conforme dans le dossier.

Il faut noter que lors du passage des différents belligérants, des amabilités ont été échangées de part et d’autre notamment du genre "Quand on est un tricheur..." (Bazié)... "S’il continue à m’insulter... "(Me Sankara)... les délinquants au col blanc (Bazié)". La colère se lisait sur les visages, et était perceptible dans les voix.

Le président du tribunal a invité les amis politiques d’hier à revenir à un langage plus tempéré. Sur ces entrefaites et après des ultimes explications, le ministère public, représenté par Me Ouédraogo/Kibora Victoire, a fait sa plaidoirie, qui s’est achevée par une demande d’irrecevabilité sur la forme en ce qui concerne la requête, car déposée hors délai. Le délibéré est prévu pour le 27 mai prochain.

Zowenmanogo Dieudonné Zoungrana
L’Observateur

Message du président du Faso : « A partir de ce discours, (...)
Burkina : Le président essaie de reprendre la main face (...)
Burkina : L’opposition invite les forces de l’ordre à (...)
Situation sécuritaire au Burkina : « Oui, j’ai compris (...)
Situation sécuritaire au Burkina : Le RPI préconise la (...)
Situation sécuritaire au Burkina : « Les moments ne sont (...)
Burkina : Une démisson du président du Faso plongera le (...)
Lutte contre le terrorisme : Le RPD appelle à plus de (...)
Burkina : Trois partis politiques demandent à Roch (...)
Politique au Burkina : Le mouvement "C’est le moment" (...)
Inata ! : La grande honte de la grande muette (...)
Burkina : « Personne n’est indispensable…, pourvu que (...)
Assemblée nationale : Report de la séance plénière (...)
Conseil supérieur de la magistrature : Prendre des (...)
Dégradation de la situation sécuritaire au Burkina : La (...)
Drame d’Inata : Déclaration du président du Faso au sortir (...)
Burkina - Élections municipales de 2022 : Le conseil des (...)
Situation sécuritaire au Burkina : Le RDN invite les (...)
Situation sécuritaire au Burkina : Des Bobolais invitent (...)
Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants (...)
Liberté provisoire du maire Herman Sirima : « C’est parce (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11298



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés