Actualités :: Tentative présumée de putsch : Halidou Ouédraogo et Joseph Ki-Zerbo à la (...)

En attendant le verdict du procès de la présumée tentative de
coup d’Etat qui s’ouvre ce matin, le Collectif des organisations
démocratiques de masse et de partis politiques a livré hier,
lundi 5 avril, ses appréhensions à la presse.

Tenaillé selon les déclarations de ses têtes de proue par le
scepticisme, la colère et la frustration, l’état major du Collectif
des organisations démocratiques de masse et de partis
politiques (CODMPP) est plus que concerné par l’affaire de la
présumée tentative de coup d’Etat qui défraie la chronique
depuis le mois d’octobre dernier. A 24 heures de l’ouverture du
procès, la position de Halidou Ouédraogo et ses camarades
n’ont pas varié dans leur scepticisme sur l’indépendance de la
Justice. "Tout en réaffirmant notre attachement à la vérité et à la
justice, nous dénonçons la justice de deux poids deux mesures
et celle aux ordres".

Mieux, ils disent ne pas "comprendre que
le dossier Norbert Zongo soit toujours dans les placards malgré
les moyens mis et malgré le rapport de la CEI (Commission
d’enquête indépendante) alors que pour la présomption de
tentative de putsch, des coupables sont tous désignés".

En somme, "tout en souhaitant que les juges du Tribunal
militaire aient de solides arguments" pour prononcer des
condamnations, la coordination nationale du Collectif demande
à ses militants de "rester très attentifs au déroulement et au
verdict du procès". Cela, d’autant plus qu’en plus de Norbert
Tiendrebeogo, président du Front des forces sociales (FFS) et
membre dirigeant du Collectif qui comparaît en qualité d’inculpé,
le président du mouvement, Halidou Ouédraogo, et Etienne
Traoré du Parti pour la démocratie et le progrès/Parti socialiste
(PDP/PS) également membre du Collectif, passeront à la barre
du Tribunal militaire en qualité de témoins.

Sans présager de l’issue du procès, Halidou Ouédraogo
souhaite que "Norbert Tiendrebeogo ne soit pas condamné".
Mais, à la question de savoir ce que fera le Collectif au cas où
cela se passait autrement, Tolé Sagnon a préféré ne pas
dévoiler "les batteries". Toutefois, Halidou Ouédraogo dit être
"personnellement frustré" par sa convocation à témoigner au
procès. "Je ne sais pas pourquoi on me demande de venir
témoigner. De jeunes magistrats ne doivent pas me malmener
comme ça. Je ne suis pas leur petit camarade", a-t-il dit, non
sans humour.

Quoiqu’il en soit, la coordination nationale du Collectif pense
que les remèdes à la situation nationale se trouve dans une
réconciliation nationale fondée sur "la trilogie : vérité, justice,
pardon" telle que proposée par sa plate-forme revendicative.


A propos des "condoléances" de Gbagbo à Compaoré

Interrogé sur la portée des "condoléances" du président ivoirien
Laurent Gbagbo à son homologue burkinabé pour les victimes
burkinabé de la répression meurtrière des manifestations du 25
mars à Abidjan, Halidou Ouédraogo n’est pas allé du dos de la
cuillère. Et avec l’ironie qu’on lui connaît.

"Puisqu’ici on se satisfait du pardon sans la vérité, on ne doit
pas s’étonner que les autres nous apportent également les
condoléances de cette façon. Pour ce qui nous concerne, nous
voulons d’abord la vérité sur les auteurs des actes qui ont été
perpétrés en violation de la liberté d’expression et de
manifestation pourtant reconnue par les lois ivoiriennes. Nous
ne soutenons pas les chefs d’Etat qui tirent sur les populations
pour conserver le pouvoir. Nous sommes pour le droit et le
respect des principes", a-t-il martelé.

F.K.A

Le Pays

Message du président du Faso : « A partir de ce discours, (...)
Burkina : Le président essaie de reprendre la main face (...)
Burkina : L’opposition invite les forces de l’ordre à (...)
Situation sécuritaire au Burkina : « Oui, j’ai compris (...)
Situation sécuritaire au Burkina : Le RPI préconise la (...)
Situation sécuritaire au Burkina : « Les moments ne sont (...)
Burkina : Une démisson du président du Faso plongera le (...)
Lutte contre le terrorisme : Le RPD appelle à plus de (...)
Burkina : Trois partis politiques demandent à Roch (...)
Politique au Burkina : Le mouvement "C’est le moment" (...)
Inata ! : La grande honte de la grande muette (...)
Burkina : « Personne n’est indispensable…, pourvu que (...)
Assemblée nationale : Report de la séance plénière (...)
Conseil supérieur de la magistrature : Prendre des (...)
Dégradation de la situation sécuritaire au Burkina : La (...)
Drame d’Inata : Déclaration du président du Faso au sortir (...)
Burkina - Élections municipales de 2022 : Le conseil des (...)
Situation sécuritaire au Burkina : Le RDN invite les (...)
Situation sécuritaire au Burkina : Des Bobolais invitent (...)
Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants (...)
Liberté provisoire du maire Herman Sirima : « C’est parce (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11298



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés