Actualités :: Journée nationale de pardon : L’ADN pour les 11 anonymes...

Demain, 30 mars 2004, ce sera la troisième fois que les Burkinabè se remémoreront la date historique du 30 mars 2001. Pour ceux qui l’auraient oublié ou n’en auraient pas entendu parler, c’est ce jour-là en effet que fut commémorée la Journée nationale de pardon.

A l’occasion, que de repentances, de litanies, de versets ! Avec, à la clé, l’engagement du chef de l’Etat de contribuer à l’apaisement des cœurs en enclenchant certaines mesures dont l’indemnisation des victimes. Et qui dit indemnisation dit identification préalable desdites.

Or, là justement, ça semble coïncer à certains niveaux. Du moins c’est ce que nous a laissé entrevoir la secrétaire générale du Conseil des ministres, la très dévouée Odile Bonkoungou, lors d’une conférence de presse dont elle fut l’animatrice principale le 25 mars dernier, au moment où des corps tombaient sous les balles des forces de l’ordre en Côte d’Ivoire voisine.

A l’occasion, elle a laissé entendre que 27 familles de victimes ont pu découvrir les tombes de leurs défunts mais, que, malheureusement, écrivons-nous, dans 11 tombes dorment des non-identifiés. Ce serait quelque part sur la route de Pô. C’est donc dire que les familles de ces disparus, si celles-ci sont bien sûr connues, resteront sceptiques quant à la conduite à tenir quand il s’agira de se remémorer les défunts : sur quelle tombe déposer une gerbe de fleurs, une croix ou un croissant lunaire ?

En tout cas, le comité de suivi des engagements a du pain sur la planche même si une date limite ne lui est pas imposée pour présenter son bilan, qui est d’ailleurs difficile à dresser, le prix du pardon ne pouvant en principe être quantifié. Et c’est en cela que cette proposition de recourir aux tests d’ADN ne pouvait qu’être la bienvenue.

Ceux-ci auraient les avantages suivants : permettre d’identifier les corps, et donc de rassurer définitivement les familles, qui auront de ce fait la paix du cœur, et pourquoi pas, obtenir leur pardon. Ce ne serait que justice rendue à tous ceux-là qui ont eu à goûter à l’amère expérience des régimes d’exception, où c’est la justice expéditive qui avait droit de cité.

Rabi Mitibkèta
L’Observateur

Quota genre aux élections : La Majorité présidentielle (...)
Présidentielle 2020 au Burkina : Les partis de la (...)
Démission du MPC de la Majorité : « Claude Ouédraogo (...)
Elections couplées de 2020 au Burkina : Les dates (...)
Elections de 2020 au Burkina : Le CGD pose la réflexion (...)
Élections au Burkina : Ce qu’il faut savoir de la (...)
Litige au CDP : Le juge interdit à Mahamadi Kouanda (...)
Présidentielle de 2020 : Des jeunes collectent des fonds (...)
Elections couplées de 2020 au Burkina Faso : Le fichier (...)
Loumbila : « Nous avons pris des mesures pour freiner la (...)
Assemblée nationale : Le Renouveau démocratique tient ses (...)
Commune de Ouagadougou : Amadou Sana élu deuxième adjoint (...)
Élections couplées de 2020 au Burkina : Le calendrier (...)
Réduction des inégalités : Un consortium d’OSC plaide (...)
Procès Mahamadi Kouanda contre la direction politique du (...)
Présidentielle 2020 au Burkina : Le MPC quitte la (...)
Élections 2020 au Burkina : La cellule de veille (...)
Vie des partis politiques : Le FAC teste sa popularité à (...)
Présidentielle 2020 au Burkina : Yeli Monique Kam, (...)
Elections 2020 au Burkina : Saran Sérémé « aperçue et (...)
Politique : Lizèta KAMBOU/BONKOUNGOU, la fille du PDG (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10626



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés