Actualités :: Journée nationale de pardon : le bilan, 3 ans après

En prélude du IIIe anniversaire de la Journée nationale de pardon (JNP) qui sera commémorée le 30 mars prochain, le secrétariat général du gouvernement et du conseil des ministres ainsi que les structures de mise en œuvre des engagements du chef de l’Etat ont animé, hier jeudi 25 mars au CBC à Ouagadougou, un point de presse. Objectifs faire le point de la mise en œuvre des engagements et recueillir les observations de l’opinion quant à la suite du processus.

Dans son mot introductif, Mme Odile Bonkoungou, secrétaire général du gouvernement et du conseil des ministres dira que c’est sa qualité d’interface entre le gouvernement et les structures de mise en œuvre de la JNP qu’elle prend la parole à cette conférence de presse. Selon elle, depuis trois ans le processus de réconciliation nationale est bel et bien enclenché avec même des avancées positives en dépit des difficultés rencontrées sur le terrain. Pour elle, le fait que tout le cadre institutionnel soit mis en place et que les structures fonctionnent est en soi une avancée significative.

C’est pourquoi, elle souhaite qu’en cette occasion de souvenir, l’opinion nationale notamment celle qui était sceptique, s’approprie le processus pour l’améliorer et consolider la paix nationale.

Abordant le fonctionnement des structures de mise en œuvre des engagements de la JNP, elle dira que toutes ont commencé à accomplir leurs missions.

C’est ainsi que depuis son installation et ce, jusqu’à la date du 20/03/04, le comité du fonds d’indemnisation et sa direction ont eu à connaître 418 cas de violences en politiques ayant entraîné des décès (63), des séquestrations (202), des coups et blessures (19), du vandalisme (45), des spoliations (03) et divers autres dommages (02). 84 dossiers ont été rejetés. 46 dossiers sont encore en instance au secrétariat général du gouvernement et du conseil des ministres dont un dossier rejeté.

De 2003 à 2004, ce comité a eu à connaître 531 cas de violences en politique dont plus de la moitié a trait à des mesures administratives abusives.

Il traite présentement l’affaire des déguerpis de Bilibambili. Des dossiers continuent de parvenir à cette structure alors que le délai de réception est expiré depuis juin 2003. "Nous ne pouvons rien faire pour le moment", a indiqué le président du fonds, le pasteur Freeman Compaoré.

L’érection du mémorial des héros se poursuit même si le délai initial est dépassé. L’entreprise Sol Confort et Décor qui est chargé de sa réalisation aurait eu des problèmes d’approvisionnement consécutifs à la crise ivoirienne.

Elle aurait demandé et obtenu un délai supplémentaire pour achever l’ouvrage. Mme Bonkoungou pense qu’il faut au regard de l’évolution du chantier faire contre mauvaise fortune, bon courage et attendre la fin des travaux car une éventuelle résiliation du marché ne ferait que compliquer davantage les choses surtout qu’elle a noté une réelle volonté des acteurs de mener à bien ce projet.

En ce qui concerne le monument des martyrs, la procédure a été reprise et des discussions sont en cours avec l’architecte désigné pour trouver un consensus autour du coût de l’ouvrage.

Evoquant le rapport du Comité national d’éthique, Mme Bonkoungou a dit que le gouvernement fera connaître bientôt son analyse sur la question.

Pour ce qui est du Comité d’appui, il a pu entrer en contact avec plusieurs familles à qui, les condoléances de la nation ont été présentées pour les cas de décès de membres. Il a en outre permis à des familles de trouver et de visiter la sépulture de leurs membres décédés. D’autres investigations sont en cours.

Somme toute, le processus est lancé et de l’avis des animateurs du point de presse, il appartient à tous les fils de ce pays d’y contribuer afin de parvenir à la réconciliation nationale.

Signalons qu’à la faveur de ce point de presse, un ancien militaire réhabilité a interpellé le gouvernement pour que leurs carrières soient reconstituées. Mme Bonkoungou l’a invité à rentrer en contact avec le Comité de suivi à toute fin utile.

Elle a enfin convié les journalistes à visiter le chantier du mémorial des héros.

Victorien A. SAWADOGO
Sidwaya

Quota genre aux élections : La Majorité présidentielle (...)
Présidentielle 2020 au Burkina : Les partis de la (...)
Démission du MPC de la Majorité : « Claude Ouédraogo (...)
Elections couplées de 2020 au Burkina : Les dates (...)
Elections de 2020 au Burkina : Le CGD pose la réflexion (...)
Élections au Burkina : Ce qu’il faut savoir de la (...)
Litige au CDP : Le juge interdit à Mahamadi Kouanda (...)
Présidentielle de 2020 : Des jeunes collectent des fonds (...)
Elections couplées de 2020 au Burkina Faso : Le fichier (...)
Loumbila : « Nous avons pris des mesures pour freiner la (...)
Assemblée nationale : Le Renouveau démocratique tient ses (...)
Commune de Ouagadougou : Amadou Sana élu deuxième adjoint (...)
Élections couplées de 2020 au Burkina : Le calendrier (...)
Réduction des inégalités : Un consortium d’OSC plaide (...)
Procès Mahamadi Kouanda contre la direction politique du (...)
Présidentielle 2020 au Burkina : Le MPC quitte la (...)
Élections 2020 au Burkina : La cellule de veille (...)
Vie des partis politiques : Le FAC teste sa popularité à (...)
Présidentielle 2020 au Burkina : Yeli Monique Kam, (...)
Elections 2020 au Burkina : Saran Sérémé « aperçue et (...)
Politique : Lizèta KAMBOU/BONKOUNGOU, la fille du PDG (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10626



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés