Actualités :: Burkina : « Chaque fois que les autorités de la Transition prennent la (...)

Lors de la montée des couleurs dans la matinée de ce lundi 6 mai 2024 à la Primature, le Premier ministre Apollinaire Joachimson Kyélèm de Tambéla, a de nouveau tiré à boulets rouges sur l’impérialisme et ‘’ses valets locaux’’. Pour lui, ces derniers tremblent parce qu’ils savent que c’est pour encore révéler au public un aspect de leurs intrigues. Dans son discours, le Premier ministre a laissé entendre qu’ils continueront de parler « afin de contribuer à l’éveil des consciences, afin que plus jamais le peuple ne se laisse duper par des aventuriers sans foi ni loi, et des marchands d’illusions ».

Apollinaire Joachimson Kyélèm de Tambéla a profité de l’occasion pour passer un message d’éducation civique en s’attardant notamment sur le symbole du drapeau. Selon le Premier ministre, le drapeau est un élément fédérateur. « C’est le symbole de l’unité d’un peuple pour une cause, la cause nationale. Le drapeau nous rappelle chaque fois, qu’avant toute chose, il y a la nation à défendre et à promouvoir. Le drapeau nous rappelle que les intérêts particuliers, les intérêts partisans doivent pouvoir se conjuguer avec l’intérêt général. À défaut, les intérêts particuliers doivent s’effacer pour que triomphent l’intérêt général et la cause nationale », a-t-il déclaré.

Apollinaire Joachimson Kyélèm de Tambéla est également revenu sur la nécessité de construire un Etat fort afin de contrer les velléités de déstabilisation. C’est dans ce sens qu’il soutient : « Mieux vaut être pauvre dans un État riche et fort que riche dans un État pauvre et faible ».

« Un État fort est donc une garantie de sécurité et de stabilité des institutions, et un facteur de développement. La pauvreté actuelle de l’Afrique noire est due en partie aux tentatives de caporalisation des dirigeants, et de déstabilisation des régimes », a ajouté le Premier ministre, en citant notamment des exemples d’Etats forts (Cuba, Venezuela, Iran, etc.) qui ont pu tenir tête aux tentatives de déstabilisation des puissances impérialistes.

Les questions des droits de l’homme et de la liberté d’expression ont également été abordées par le chef du gouvernement burkinabè.

Retrouvez l’intégralité du discours du Premier ministre, Apollinaire Joachimson Kyélèm de Tambéla dans le document ci-après :

Lefaso.net
Source : DCRP Primature

Mesdames et messieurs !
1- Chaque fois que les autorités de la Transition prennent la parole, l’impérialisme et ses valets locaux tremblent. Ils tremblent parce qu’ils savent que c’est pour encore révéler au public un aspect de leurs intrigues. Leur arme contre cela, c’est, chaque fois qu’une autorité prend la parole, de claironner que nous parlons trop au lieu d’agir. Comme si le peuple n’était pas témoin des actes de développement, de transformation sociale et de lutte contre le terrorisme que nous posons.
2- Nous avons parlé, nous parlons et nous parlerons,pour contribuer à l’éveil des consciences, afin que plus jamais le peuple ne se laisse duper par des aventuriers sans foi ni loi, et des marchands d’illusions.

3- Cela dit, je me permets de poser une question. Que représente le drapeau que nous venons de hisser ? Le drapeau est un élément fédérateur. C’est le symbole de l’unité d’un peuple pour une cause, la cause nationale. Le drapeau nous rappelle chaque fois,qu’avant toute chose,il y a la nation à défendre et à promouvoir.

4- Le drapeau nous rappelle que les intérêts particuliers,les intérêts partisans doivent pouvoir se conjuguer avec l’intérêt général. À défaut, les intérêts particuliers doivent s’effacer pour que triomphe l’intérêt général et la cause nationale. 

5- J’ai l’habitude de dire que mieux vaut être pauvre dans un État riche et fort que riche dans un État pauvre et faible.Il y a eu des Hommes riches et forts dans des pays pauvres ou faibles. Certains d’entre eux ont trouvé leurs limites.
6- Il suffit de citer le cas du général Manuel Noriega, le tout puissant président du Panama des années 1980. En décembre 1989, quand les Américains décidèrent de l’arrêter, ils allèrent le cueillir dans son palais. Sa fuite dans une enclave diplomatique ne fut pour lui qu’un répit de courte durée. Les Américains finirent par obtenir son extradition.

7- De même en Haïti, le général Raoul Cédras renversait le président Jean-Bertrand Aristide en 1994.Les Américains finirent par lui donner un ultimatum pour quitter le pouvoir. Face à son refus d’obtempérer, l’armée américaine le délogea de son palais. Il eut son salut en se réfugiant au Panama. Ces Hommes forts et riches régnaient dans des États pauvres ou faibles.

8- À l’inverse, des Hommes, pas particulièrement riches, mais qui présidaient aux destinées d’États forts,ont pu faire face à toutes les tentatives de récupération ou de déstabilisation.

9- Il suffit de citer le cas de Cuba, petit pays à quelques encablures des États-Unis, qui a su résister à tous les assauts des Américains. On peut citer aussi le cas du petit Nicaragua qui a tenu tête à la toute puissante Amérique dans les années 1980. On pourrait citer aussi les cas du Venezuela, de Hugo Chavez à Nicola Maduro, et de l’Iran qui, depuis la Révolution islamiste de 1979 fait face avec succès à toutes les tentatives de déstabilisation.

10- Un État fort est donc une garantie de sécurité et de stabilité des institutions, et un facteur de développement.La pauvreté actuelle de 1’Afrique noire est due en partie aux tentatives de caporalisation des dirigeants, et de déstabilisation des régimes. On peut être d’accord que si la Révolution de Thomas Sankara avait duré, ne serait-ce qu’une dizaine d’années, le Burkina aurait pu être mis sur les rails du développement. Le Ghana qui était un État failli et sans perspective, a été mis sur les rails du développement grâce à la politique visionnaire du président Rawlings, à travers la mise en place d’un État fort.

11- Pour construire un État fort, il faudra être en mesure de déjouer les pièges conçus par les dominateurs pour faire de nos États des États faibles,malléables à souhait.Parmi ces pièges, il y en a trois qu’il convient d’analyser.Ce sont e prétendu respect des droits de l’Homme (1), le prétendu respect de la liberté d’expression (2) et les institutions néocoloniales de nos États modernes (3).

1- Du prétendu respect des droits de l’Homme
12- Il est évident que si les droits de l’Homme étaient méconnus en Afrique, les Européens ne seraient pas venus trouver des royaumes et des sociétés organisés avec de brillantes civilisations. L’art africain précolonial a ébloui le colonisateur au point qu’il a pillé les ceuvres d’art pour garnir ces musées et les salons des aristocrates et des bourgeois. Sans une organisation sociale élaborée,dans le respect des droits de chaque catégorie sociale, un tel résultat n’aurait pu être atteint.

13- De nos jours, les droits de l’Homme sont un instrument de contrôle des sociétés du Tiers-Monde au service de l’Occident. Ils permettent à l’Occident d’avoir la garantie que ses valets locaux, dont certains sont directement financés par l’Occident, d’autres indirectement par des procédures détournées, auront toutes les latitudes pour mener dans nos pays leurs activités subversives à son profit. Lesquelles activités ont pour finalité d’infiltrer les appareils d’État et d’affaiblir nos États au profit de l’Occident.

14- Dans nos pays, les droits fondamentaux ne sont pas encore satisfaits. Les droits de l’Homme consistent d’abord à donner à manger aux populations, à les soigner,à les instruire, à les loger décemment. L’Occident ne voit pas ces droits à satisfaire dans nos pays, alors même qu’il jette régulièrement à la poubelle sa surproduction agricole et industrielle, rien que pour maintenir élevés les prix de ses produits. Ce qui le préoccupe, c’est uniquement l’assurance que ses éléments infiltrés dans nos sociétés peuvent poursuivre leur travail d’agitation et de sape à son profit en toute impunité.

15- Quand les mêmes droits sont violés en Occident,cela est passé sous silence, ou tout au plus qualifié de simple mesure de maintien de l’ordre. Chacun sait qu’aux États-Unis,toute personne présumée être une menace pour la sécurité nationale est éliminée sans autre forme de procès. Personne ne parlera de violation des droits de l’Homme. Partout dans le monde, les États-Unis se donnent le droit de tuer ou d’intervenir dès lors qu’ils estiment cela nécessaire pour leurs intérêts. On peut rappeler ici les cas du Panama et de Haïti, mais aussi ceux de Cuba en 1901 et en 1961. Sans oublier le Vietnam,l’Iran en 1980, l’Irak, et l’Afghanistan plus récemment.

16- La France n’est pas en reste, elle qui a commanditéet continue de commanditer des coups d’État en Afrique,principalement en Afrique francophone, sans aucun égard pour les pertes en vies humaines. Sans oublier son soutien au terrorisme au Sahel qui a fait des milliers de victimes, et qui continue d’endeuiller nos populations. En France même, l’on a vu comment en novembre-décembre 2018 les “Gilets jaunes” ont été réprimés.

Toujours en France, A la suite du meurtre par la police du jeune Nahel en 2023, le petit peuple de France s’est soulevé. Il fut violemment réprimé, avec des scènes de tortures dignes d’un autre âge. Comme il s’agit de la France, personne n’a élevé la moindre protestation. Personne n’a parlé de violations des droits de l’Homme. Même dans nos propres pays, les médias déjà conditionnés, n’y ont pas vu de violations des droits de l’Homme.

17- Dans nos pays, surtout dans les pays sous contrôle de l’Occident, et plus particulièrement sous contrôle de la France, les régimes en place peuvent assassiner, torturer,on ne parlera jamais de violation des droits de l’Homme.En Guinée,en Côte d’Ivoire, au Sénégal des citoyens qui manifestaient contre les troisièmes mandats anticonstitutionnels ont été massacrés avec la bénédiction de l’Occident.

Plus récemment encore, des opposants ont été massacrés au Tchad à plusieurs reprises, sans que l’Occident trouve à redire. Non loin du Burkina Faso, des procès iniques ont été organisés, et des condamnations hors-normes ont été prononcées. Des opposants ont étéjetés en prison pendant des années. Les Occidentaux n’y ont rien vu et n’ont rien entendu. Personnes n’a parlé de violations des droits de l’Homme. Quelle hypocrisie !

2- De la prétendue liberté d’expression
18- Tout comme les droits de l’Homme, il en est de même de cet autre cheval de Troie qu’est la libertéd’expression. Pour l’Occident, ses valets locaux infiltrés dans nos sociétés ont le droit de s’exprimer comme ils l’entendent, sans aucune restriction ni règlementation.Gare à quiconque osera remettre cela en cause. Aussitôt les Gouvernements et les médias occidentaux montent sur leurs grands chevaux, grossissent négativement lesfaits et brandissent les menaces. Les ambassades, les O.N.G. à la solde de l’Occident et les institutions internationales sont mises à contribution pour vilipender, intimider et réprimer.

19- Pourtant, nul ne viole autant la liberté d’expression que les Occidentaux. Dès le déclenchement du conflit Russie-Ukraine,la France et d’autres pays occidentaux,bien que n’étant pas belligérants, ont expulsé les organes de presse russes de leur territoire. Par la suite,la dame de Sotchi a été interdite d’entrer et de séjour en France pour simple délit d’opinion. Récemment, un activiste (Kémi Séba) s’est vu retirer la nationalité française, également pour délit d’opinion.

20-Le 20 mars dernier, un élu local français aurait étésuspendu, simplement pour avoir accepté d’être observateur au scrutin présidentiel russe. Alors ! Où se trouve la liberté d’expression en Occident ? Il est temps de comprendre que ce n’est pas la liberté d’expression que l’Occident défend, mais plutôt des intérêts idéologiques, politiques et économiques. La prétendue liberté d’expression et les prétendus droits de l’Homme sont de simples moyens d’action pour aboutir à ses fins dans nos pays.

21- Il ne viendra à l’idée de personne de contester que les droits de l’Homme sont de loin mieux respectés dans nos pays que dans les pays arabo-musulmans où la libertéde croyance n’existe pas ; où les femmes n’ont ni la liberté de leur mouvement, ni la liberté de leur choix de vie ; où les délinquants sont parfois amputés ou torturés pubiquement. Comme ces pays gèrent bien les intérêts des Occidentaux, ou sont capables de mesures de rétorsions redoutables, ils peuvent tout se permettre.L’Occident fermera toujours les yeux.

22- Même les valets locaux de l’impérialisme qui sont dans nos pays et qui revendiquent tant la libertéd’expression, refusent cette même liberté d’expression àceux qui ne partagent pas leur point de vue. Ils créent des comptes Facebook et autres, pour essaimer leur venin, en prenant soin de bloquer les commentaires qui ne leur sont pas favorables.

23- Quand on revendique la liberté d’expression et qu’on est logique et de bonne foi, on doit avoir le courage de l’accepter aussi pour les autres. Ces valets locaux, qui sont de simples véhicules de transport des intérêts occidentaux, sans contenu propre, utilisent la prétendue liberté d’expression pour nuire, afin de mieux plaire àleurs maîtres. Ils sont des dangers publics pour nos sociétés en construction. C’est pourquoi Thomas Sankara avait dit que la liberté d’expression ne doit pas être la liberté de nuire pour les ennemis du peuple.

3- Du mimétisme institutionnel

24- Le dernier piège dans lequel sont tombés beaucoup de pays du Tiers-Monde, surtout les pays francophones,c’est le mimétisme institutionnel. L’Occident a sa propre histoire. Il a mis des siècles pour se doter de ses institutions actuelles. Faisant fi de notre histoire à nous,il tient à nous imposer sur le champ les mêmes institutions, tout en sachant que nous n’avons ni la même histoire, ni la même culture, ni les mêmes aspirations.

25- Ces institutions qui nous sont appliquées comme des corsets, sont des moyens par lesquels l’Occident nous tient en laisse comme le maître tient son chien. Par ces moyens, les Occidentaux ont le contrôle de nos États et de nos sociétés, car pour la règlementation et l’évolution de ces institutions il faudra chaque fois se référer à leur histoire, à leur présent, à leurs instructions, et nous accorder avec eux.

26- Nous ne devons plus être dupes. Droits de l’Homme,liberté d’expression et mimétisme institutionnel sont des produits fabriqués en Occident, et destinés à la consommation des peuples dominés. Nos sociétés connaissaient les droits de l’Homme et la libertéd’expression qui étaient règlementés en fonction des besoins de la société.

C’est pour cela qu’elles avaient pu mettre en place de grands royaumes dont la finesse de l’organisation surprend toujours l’intelligence humaine.Nos sociétés avaient des institutions adaptées qui ne demandent qu’à être revisitées. Auparavant, il nous faudra accepter de revisiter nos propres mentalités qui pataugent dans les méandres de l’aliénation mentale et culturelle. 

Conclusion
27-Pour construire des États forts à même d’assurer la stabilité des institutions, le respect de la souveraineté, et d’enclencher le processus de développement, il nous revient de savoir détecter les pièges par lesquels on nous maintient dans la soumission et l’arriération. Gouverner c’est choisir. Les dirigeants africains doivent choisir avec détermination de tenir haut leur drapeau, au risque de laisser nos pays toujours tourner en rond, au gré des intérêts des autres.

C’est dans ce sens qu’il faut saluer le courage et la détermination des dirigeants nigériens dans la décision de mettre fin à la présence militaire américaine dans leur pays, après voir mis les militaires français à la porte.

28-Il nous faut donc, en Afrique, mettre en place des États forts à même de défendre l’intégrité territoriale des États, la souveraineté des États, et les orientations de développement élaborées par nos États. Voilà ce que le drapeau doit représenter pour nous. Nous devons prendre conscience qu’il n’y a pas de destin individuel prospère et permanent dans un État faible, désarticulé et sans repère. Seule l’union autour des valeurs du drapeau peut garantir la sécurité, la prospérité et l’émancipation de chaque citoyen et de tous les citoyens.

Pour la Patrie, nous vaincrons !
Dr Apollinaire Joachimson KYÉLEM de TAMBÈLA Premier ministre du Burkina Faso

Burkina : Mousbila Sankara a été "enlevé"
Burkina : Un ancien leader politique saisit le Conseil (...)
Burkina : De plain-pied dans les pratiques politiques, (...)
Burkina : Le ministre Émile Zerbo de la Sécurité affiche (...)
Burkina : Il faut désormais dire "Président du Faso, chef (...)
Burkina : Le Socle citoyen pour la libération (SOCL) (...)
Relations AES-CEDEAO : « Je t’aime, moi non plus, doit (...)
Burkina : Affaires « lieutenant-colonel Somda Evrard, (...)
Burkina : Les conditions de « libération » et de « (...)
"Reprise" de Me Guy Hervé Kam : « Il a même demandé à (...)
Burkina : « De ce que nous savons aussi du lieutenant-colonel
Affaire "Me Guy Hervé Kam" : « Nous craignons pour la (...)
Conclusions Assises nationales : "Nul doute qu’avec la (...)
Me Guy Hervé Kam : Globalement, son état de santé va (...)
Burkina/Assises nationales du 25 mai 2024 : IB et la (...)
Affaire Guy Hervé Kam : Le mouvement SENS dénonce un (...)
Burkina : Des citoyens expriment leurs attentes pour (...)
Burkina/Assises nationales : « Une fenêtre d’opportunités à
Burkina/Assises nationales : Vers le pire scénario pour (...)
Organisation d’élections : Le Mali à l’école du Burkina (...)
Burkina/Assises nationales : L’ex APMP conditionne sa (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12537


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés