Actualités :: Burkina / Grève des avocats : Des citoyens livrent leur jugement

Me Guy Hervé Kam a été interpellé dans la nuit du 24 au 25 janvier 2024. Depuis lors, les déclarations de partis politiques, des organisations de la société civile, des institutions internationales fusent de partout pour réclamer sa liberté. Le vendredi 9 février 2024, le Conseil de l’Ordre des avocats a annoncé un arrêt de travail ce 15 février 2024. Lefaso.net a tendu son dictaphone aux citoyens burkinabè pour qu’ils disent ce qu’ils pensent de cette décision. Beaucoup ont refusé de se prêter à cet exercice, arguant qu’ils « ne veulent pas aller au front ».

Armand Sawadogo

« J’ai appris avec étonnement le communiqué du Bâtonnier invitant à observer un arrêt de travail pour exiger la libération de Me Kam. L’arrestation d’un avocat en soi ne pose aucun problème insoluble. Mais s’il n’y a pas de "super citoyen" alors pourquoi mettre en place un tel dispositif pour un avocat ?. Je pense que pour prétendre œuvrer à la justice, il faut d’abord respecter les formes prescrites par la loi. Je suis par ailleurs attristé par les commentaires que j’ai pu lire suite à ce communiqué. Faisons attention à ne pas jeter en pâture les avocats qui sont les remparts de chaque citoyen contre l’arbitraire de la force publique. Si des faits graves sont reprochés à Guy Kam, qu’ils soient exposés à l’occasion d’une procédure régulière. Mais si par contre son arrestation est due à ses prises de position, ce serait très inquiétant. Tolérer la critique est la vertu suprême d’un dirigeant avisé car comme le disait Beaumarchais : Sans liberté de blâmer, il n’y a point d’éloge flatteur ».

Fleur Ouédraogo (nom d’emprunt)

« Je pense que la décision d’observer un arrêt de travail est tout à fait légitime. Je pense même que l’arrêt de travail arrive un peu tard, puisque nous sommes à plus de deux semaines après l’enlèvement de Me Hervé Kam. Les avocats ont également le droit de protester. Ils ont déjà condamné et appelé à la libération de leur confrère. Mais rien n’est fait. Ils ont démontré, par des textes, que l’arrestation de Me Hervé Kam ne répond pas aux procédures en place, mais les autorités ne réagissent pas. Quoi de plus normal que de passer à l’étape supérieure ? Evidemment, il y’aura des incidences, comme le retard de certains jugements ».

Boris Tiendrébéogo

« Je trouve que l’arrêt de travail des avocats est une décision opportune, légitime. Elle l’est dans le sens où l’interpellation de Me Kam n’a pas respecté les règles en la matière, surtout qu’il s’agit là d’un avocat et pas des moindres. Le silence de l’autorité semble ouvrir la voie à des interrogations sporadiques, surtout dans ce contexte socio-politique et sécuritaire difficile que connaît notre pays. Je pense que l’autorité devrait expliquer les raisons de son interpellation, comme pour celle des autres d’ailleurs, afin d’éviter que des individus mal intentionnés utilisent cela contre la transition, qui semble être sur la bonne voie, en tout cas pour ce qui est du rétablissement enfin de la paix dans notre pays. Et si des preuves attestent de l’implication du monsieur en question dans une quelconque infraction, il devra être entendu selon les normes qui régissent le droit dans notre pays. Ce n’est pas la première fois que les avocats marquent un arrêt de travail pour une bonne justice. Je me souviens que du 23 au 26 avril 2019, ils l’avaient fait pour dénoncer un dysfonctionnement sérieux de l’appareil judiciaire. Ils disaient à ce moment-là, agir dans l’intérêt des justiciables. Donc la question pour moi n’est pas si cela est normal ou pas, mais si cet arrêt de travail est opportun. Et sur cette question, chacun de nous est libre d’apporter son jugement, sans oublier que s’ils en sont arrivés là, c’est pour la protection des citoyens que nous sommes. Ce n’est pas en soi un incident, parce que déjà ce n’est pas interdit pour un corps d’observer un arrêt de travail, sauf pour certains cas. Et pour le cas des avocats, cela va retarder le traitement de quelques dossiers. C’est sûrement une des raisons pour lesquelles cet arrêt de travail ne dure qu’un jour. C’est symbolique en mon sens. Et on ose croire que le message des acteurs de la justice sera non seulement bien entendu, mais surtout compris afin que chacun puisse exécuter ses tâches selon la justice et dans le seul souci du bien de tous ».

Edmond Tiendrébéogo

Edmond Tiendrébéogo

« C’est une logique pour le corps des avocats, par solidarité à l’endroit de leur collègue qui, dit-on, se retrouve dans une procédure par rapport à une implication dans un processus de déstabilisation du pouvoir en place. C’est normal. Et tout corps se doit de le faire pour témoigner sa solidarité à l’endroit de ses membres. Deuxièmement, si les avocats se retrouvent aujourd’hui dans une posture pour exiger la libération sans condition de leur collègue, c’est qu’ils ont un certain nombre d’arguments qui prouvent qu’il est innocent. Et c’est tout à fait normal de se lever et de réclamer que le droit à la liberté soit respecté. Pour terminer, on est d’accord que les avocats font partie de la classe intellectuelle la plus avertie en matière de justice. Ils maîtrisent les tenants et les aboutissants de toutes les procédures. Ce ne sont pas des personnes qui vont s’opposer à l’application du droit. Et s’ils exigent aujourd’hui la libération de Me Kam, c’est qu’ils ont tous les éléments qui prouvent la non-implication de leur collègue dans une quelconque déstabilisation du pouvoir en place. »

Bénédict Compaoré

« Je pense que les avocats devraient se calmer parce que justement ils ne savent pas pourquoi on l’a enlevé. Ce n’est pas le premier qu’on enlève, ce ne sera peut-être pas le dernier. En temps de guerre, c’est souvent difficile. Et il y a des choses que les avocats ne savent pas mais que peut-être Me Kam et d’autres personnes savent. Peut-être qu’on l’a enlevé pour lui poser des questions par rapport à quelque chose de bien précis. Peut-être qu’on l’a enlevé pour sa propre sécurité. Je crois donc que les avocats devraient seulement se calmer et attendre un peu. Et s’ils doivent faire un arrêt de travail, je crois que ce doit être pour qu’on leur dise qui sont ces personnes qui l’ont enlevé ».

Propos recueillis par Erwan Compaoré
Lefaso.net

Burkina/Recherche scientifique : « On travaille sur le (...)
Burkina/Insecurité : Après le ravitaillement de Djibo, un (...)
Burkina/Justice : 36 mois de prison dont 18 ferme pour (...)
Burkina : Les avocats persistent pour la libération de (...)
Burkina/Justice : Le Mouvement SENS ravi de l’avis du (...)
Salubrité au quartier Silmiyiri de Ouagadougou : Les (...)
Burkina / Insécurité : La commune de Kantchari a été (...)
Koudougou : Le ministère des Infrastructures outille les (...)
Fête du Ramadan 2024 : Des prières recommandées à Dédougou (...)
Burkina : Vaccination de routine contre quatorze (...)
Burkina/Politique nationale de développement : Les (...)
Bobo-Dioulasso : Lancement des activités additionnelles (...)
Infrastructures : Des journalistes sur la rocade de (...)
Burkina : La ville de Djibo ravitaillée
Vaccination de routine : : 14 vaccinations (Dioula)
Burkina : La plateforme ePhyto pour une délivrance (...)
Burkina : L’Association burkinabè des consommateurs de (...)
Burkina/Système de santé : Les directeurs régionaux en (...)
Burkina : 215 767 ménages pauvres et personnes (...)
Burkina/Travail des enfants : 31,9% des enfants (...)
Santé/Alimentation : Ces aliments qui boostent la (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 36393



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés