Actualités :: Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons mais nous restons (...)

Depuis sa prise du pouvoir le 30 septembre 2023, le chef de l’Etat Ibrahim Traoré s’est toujours affiché en tenue militaire. Et c’est dans cette même tenue qu’à travers une interview accordée au journaliste Alain Foka, que le président de la transition est revenu sur la décision des Etats de l’Alliance des Etats du Sahel de quitter la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Le dimanche 28 janvier 2024, les pays membres de l’AES que sont le Burkina, le Mali et le Niger, annonçaient au travers d’un communiqué, leur retrait avec effet immédiat de la CEDEAO. Une décision que le président de la transition juge « très bien réfléchie », au regard des réalités que traversent les États de l’AES, confrontés depuis bientôt une dizaine d’années pour le Burkina, au problème du terrorisme. De ses dires, la CEDEAO a été créée avec l’ambition de refléter des valeurs panafricaines. « Malheureusement au fil du temps, l’organisation a perdu ses valeurs-là », regrette-t-il.

A ceux qui disent que l’AES a quitté le navire parce que les chefs d’Etat des autres pays ne veulent pas de putschistes au sein de cette organisation, la réponse du président est la suivante : « il y a des putschistes militaires au sein de la CEDEAO qui, aujourd’hui, se réclament démocrates. Il y a aussi des civils. Il y a pire que des putschistes. Il y en a qui tuent qui bâillonnent leurs peuples sous le silence. La CEDEAO ferme les yeux et les oreilles. Il y a plein de putschistes au sein de la CEDEAO ».

Quant aux revers de cette décision, exemple pris de la libre circulation des biens et des personnes, le président répondra : « nous verrons et nous saurons quelle décision prendre en temps opportun ». Et en attendant, dit-il : « un africain qui veut venir au Burkina est le bienvenu chez lui...Nous partons, mais nous restons panafricains ».

L’alliance des Etats du Sahel est viable

Au cours de l’interview, Ibrahim Traoré est revenu sur la nature des relations qui existent entre les Etats du Sahel. Pour lui, ces Etats sont très riches. Et si les économies sont ce qu’elles sont aujourd’hui, c’est eu égard à la mal gouvernance. « Aujourd’hui, nous sommes en train de tout faire pour que nous n’importions rien, concernant ce que nous consommons. On nous crie partout que les Africains meurent de faim et de soif et on invente des projets par-ci par-là pour nous apporter de l’eau, alors que l’AES est une grosse réserve d’eau souterraine, et même en surface. En termes de ressources minérales, on n’a rien à envier à quelqu’un », se convainc-t-il.

Erwan Compaoré
Lefaso.net
Source : Présidence du Faso

Gestion du fret : Le CBC reçoit les orientations du Chef (...)
Burkina : Quand les pouvoirs peinent à assurer la (...)
Burkina : Colonel Boukaré Zoungrana désormais ambassadeur (...)
Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la Transition nécessite (...)
Burkina : 500 millions fcfa pour "une communication de (...)
Burkina : Le Parti Panafricain pour le Salut exhorte (...)
Investiture du Président Bassirou Faye : Voici les (...)
Investiture de Bassirou Diomaye Faye : Le Capitaine (...)
Sénégal : Le CDP félicite le nouveau Président Bassirou (...)
Mobilisation générale et de la mise en garde : Le (...)
Santé : Le conseil des ministres dissout la centrale (...)
Acquisition d’armements : Autorisation d’octroi d’une (...)
Journées nationales d’engagement politique : « Si vous (...)
Burkina/Missions d’audits : La primature met fin aux (...)
Centre pénitentiaire agricole de Baporo : Accroître les (...)
Situation sécuritaire : Le Haut-commissariat des Nations (...)
Burkina Faso : Le gouvernement fait le point de ses (...)
Burkina : Le conseil des ministres adopte un (...)
Evaluation des performances des départements ministériels en
Approvisionnement en intrants agricoles : Le (...)
Contrats d’objectifs 2023 : Le ministère de l’énergie, (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12495



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés