Actualités :: Procès dit Charbon fin : "Ce qui importe, c’est la quantité d’or qui revient (...)

"Avant tout débat, je vais demander de la courtoise à toutes les parties à chaque prise de parole. Nous avons suffisamment toléré les écarts de langage, cette fois-ci le tribunal va s’assumer", martèle d’entrée le Tribunal avant d’autoriser les débats dans le cadre du procès dit "Charbon fin", ce mardi 28 novembre 2023.

Hier, il avait été demandé à IAMGOLD Essakane SA de fournir des précisions sur les quantités de charbon fin exportées de 2015 à 2016.

Ce matin, des précisions ont été demandées. Et c’est la directrice pays de IAMGOLD Essakane SA qui s’est présentée pour ces précisions, le directeur général, Tidiane Barry, étant absent pour raison de santé.

Elle informe qu’en 2015, ce sont 399 059 kg qui ont été déclarés mais, selon le Parquet, c’est près du double de cette quantité qui a été exporté, soit 630 000kg.

Pour la directrice pays, ce n’est pas un souci. "Ce qui importe pour nous, c’est la quantité d’or qui revient après raffinage, comparé avec les déclarations que nous avons faites. L’écart qu’on devrait déclarer, est rattrapé à la fin du processus", explique la directrice pays de IAMGOLD Essakane SA.

Lire aussi : Procès dit "Charbon fin" : Le tribunal prend acte de l’exception formulée par la défense et laisse poursuivre les débats

Pour le Parquet, le poids sec ou humide a un impact sur le poids d’or. "Vous avez appris que le Burkina Faso veut mettre en place une raffinerie d’or ?" interroge la Parquet.
"Oui. On est même content pour cela et on y était pour la pose de première pierre", répond la représentante de la société minière.

"Ah Oui ? Vous êtes contents ? Nous on savait que vous alliez être contents", réplique le Parquet.

À la suite de l’interrogatoire de la directrice pays, le Parquet a requis une présentation des poids de charbon fin exporté par IAMGOLD Essakane SA, de 2015 à 2018, par un expert douanier du nom de Aimé Nana.

M. Nana est Contrôleur d’État au REN-LAC, Inspecteur des douanes à la Brigade de lutte contre la fraude au moment des faits.

Il en ressort qu’en 2016, ce sont 281 134kg qui ont été déclarés et 494 635kg en 2018. En 2015, 390 059kg. L’excédent total, selon les autorisations, est de 697 640kg.

L’audience se poursuit au Tribunal de grande instance (TGI) Ouaga1.

Obissa Juste Mien
Lefaso.net

Burkina/Santé : La guérison pranique, une alternative (...)
Alliance des jeunes des États du Sahel : « Nous sommes (...)
Burkina/Entrepreneuriat féminin : De la communication (...)
Rumeurs sur le salaire de février 2024 : Le ministre (...)
Burkina/ insécurité : L’attaque d’une Eglise fait quinze (...)
Burkina / Médicaments : « ePresc » ou la solution d’une (...)
Burkina / Prise de parole en public : Sandrine Obi (...)
Contrôle des aménagements urbains : La région des (...)
Burkina/Litige foncier a Yagma : Des habitants (...)
Burkina/région de l’Est : La 6e Légion de Gendarmerie (...)
Ouagadougou : Un individu aux arrêts après le meurtre (...)
Entrepreneuriat : La télévision BF1 lance la 5e édition (...)
Burkina : "Opposants, syndicalistes, hommes de médias et (...)
Burkina : Le Japon célèbre le 64è anniversaire de Sa (...)
Burkina Elevage : Le Projet de résilience et de la (...)
Âge moyen dans le monde : La population du Niger se (...)
Usine de transformation de tomate de Bobo-Dioulasso : (...)
Burkina : La Police nationale rassure qu’il n’ y a pas eu (...)
Centre-est : L’OCADES Caritas présente la phase II du (...)
Orange Burkina Faso : Une « Journée du consommateur » (...)
Burkina : Le DG de la Police nationale met fin aux (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 35868


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés