Actualités :: Burkina Faso : L’ex majorité demande la levée de la suspension des activités (...)

Le ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité a invité les composantes des partis et formations politiques à faire parvenir leurs réflexions et avis sur les textes proposés en vue de la relecture du code électoral et du régime juridique des partis et formations politiques.

Des initiatives saluées par la composante de l’ex alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle (APMP) qui selon elle « s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre de la Charte de la Transition en ses axes relatifs aux dispositifs à mettre en place pour le retour à une vie constitutionnelle normale ».

Cependant, selon certains partis politiques, la suspension des activités des partis et formations politiques empêche ces partis de se concerter convenablement. « Une situation extrêmement préjudiciable à la vie et à l’action des partis politiques », assure le coordonnateur de l’ex APMP, Clément Pengwendé Sawadogo

Dans une lettre datée du 9 juin 2023 et adressée au ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité, la composante de l’ex APMP demande la levée de la suspension des activités des partis politiques.

« Le caractère hautement sensible des questions politiques concernées par la réflexion requiert cependant un examen approfondi, participatif et inclusif, qui ne peut donc être fait de manière légère et bureaucratique. Malheureusement, en l’état actuel des choses, notre composante est confrontée à l’impossibilité d’organiser les concertations appropriées en raison de la suspension des activités des partis politiques. Aussi voudrions-nous attirer votre bienveillance sur cette difficulté tout en vous suggérant de vous impliquer fortement, en tant que ministre de tutelle des partis politiques, pour la levée de cette mesure », a déclaré l’ex APMP.

Selon la composante de l’ex APMP, la levée de cette mesure permettra à chaque parti non seulement de tenir ses instances statutaires mais aussi de légitimer les prises de décision des dirigeants au nom des partis politiques.

Mamadou Zongo
Lefaso.net

Adoption de la loi sur les conditions d’entrée et de (...)
Gestion du foncier au Burkina : le gouvernement met en (...)
Sanctions contre le Niger : Le président du CDP en (...)
Burkina / Évaluation des membres du gouvernement : Nandy (...)
Burkina / Évaluation des membres du gouvernement : (...)
Burkina / Crise sécuritaire : « La résolution passe aussi (...)
Burkina : « Il faut réviser la charte pour permettre à la (...)
Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec (...)
Enlèvement de Me Guy Hervé Kam : L’opposant sénégalais (...)
Hommage à Bongnessan Arsène Yé, metteur en scène des (...)
Burkina : Une semaine après l’enlèvement de Hervé KAM, (...)
Burkina / Retrait des pays de l’AES de la CEDEAO : Des (...)
Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons (...)
Sécurité du président : « Pour ma personne, je n’ai pas (...)
Burkina : « On va organiser les élections comment à (...)
Pr Hamidou Sawadogo : « Le retrait du Burkina, du Mali (...)
Retrait des pays de l’AES de la CEDEAO : L’Union (...)
Les Etats du Liptako Gourma quittent la CEDEAO : La (...)
Burkina : Le chef de l’Etat, Capitaine Ibrahim Traoré, (...)
Burkina/Politique : Eddie Komboïgo demeure le « seul et (...)
Burkina / Gouvernance : Toute justice doit être défendue, (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12453


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés