Actualités :: Burkina : Le MPC d’Idrissa Nogo souhaite que le coup d’Etat du MPSR 2 soit le (...)

Le Mouvement des peuples citoyens (MPC) a animé une conférence de presse, ce samedi 18 mars 2023 à Ouagadougou, pour donner sa lecture de la situation nationale. Cette rencontre avec les hommes de médias a été placée sous le thème « Les Burkinabè sincères ne veulent plus d’un MPSR 3 ».

Au cours de ce tête-à-tête avec les journalistes, le Mouvement des peuples citoyens (MPC) d’Idrissa Nogo a souhaité « ardemment que le coup d’État du 30 septembre 2022 perpétré par l’aile fractionniste du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration issue du MPSR 1 soit la dernière secousse des institutions de la République au Burkina ».

Pour le président d’honneur du MPC, la dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire ne doit pas être un prétexte pour « des coups d’État militaro-militaires » à la chaîne au Burkina Faso. « La preuve : que ce soit sous le MPSR1 ou le MPSR2, une bonne partie du territoire national est hors de contrôle de l’État pour l’instant », a-t-il justifié.

Concernant le capitaine Ibrahim Traoré, Idrissa Nogo a déclaré : « Aux premières heures, il a dit que l’armée est divisée et infiltrée. Il a dit qu’une certaine hiérarchie militaire est devenue milliardaire. La première des choses à faire, c’est de faire une liste et de dire, voici les milliardaires dans l’armée. Qu’est-ce qu’on fait ? Retraite anticipée ou bien on fait comment ? Là, on assiste à une sorte d’affectation-promotion de ces gens-là ; ça pose problème. »

Ainsi, de l’analyse de la situation nationale, le conférencier finit par conclure que les coups d’État ne sont pas des solutions pour sortir le Burkina de l’impasse.

A cause de son appartenance politique, Idrissa Nogo a indiqué avoir pris la parole en tant que le président d’honneur du MPC

Enumérant les pans sombres de la gestion du capitaine Ibrahim Traoré, Idrissa Nogo a été interpellé sur la question de savoir si la gestion du président de la transition était exclusivement négative sans points de satisfaction. À cette question, il a utilisé la formule selon laquelle le train qui vient à l’heure n’est pas une information. « Nous, on ressort ce qui n’a pas marché, on ne regarde pas trop ce qui a marché », a-t-il rétorqué.

Avant de terminer, l’ancien président du MPC a critiqué négativement la gouvernance de l’actuelle transition. Pour Idrissa Nogo, ce gouvernement doit parler moins et agir beaucoup sur le terrain. Par ailleurs, il a demandé des enquêtes administratives sur les récentes attaques terroristes perpétrées contre les Forces de défense et de sécurité (FDS) à Tin Akof, Déou, Oursi et Partiaga.

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Burkina /Ministère de l’économie : Un taux de réalisation (...)
Burkina : Libéré, l’ambassadeur Mousbila Sankara explique (...)
Burkina : Mousbila Sankara a été "enlevé"
Burkina : Un ancien leader politique saisit le Conseil (...)
Burkina : De plain-pied dans les pratiques politiques, (...)
Burkina : Le ministre Émile Zerbo de la Sécurité affiche (...)
Burkina : Il faut désormais dire "Président du Faso, chef (...)
Burkina : Le Socle citoyen pour la libération (SOCL) (...)
Relations AES-CEDEAO : « Je t’aime, moi non plus, doit (...)
Burkina : Affaires « lieutenant-colonel Somda Evrard, (...)
Burkina : Les conditions de « libération » et de « (...)
"Reprise" de Me Guy Hervé Kam : « Il a même demandé à (...)
Burkina : « De ce que nous savons aussi du lieutenant-colonel
Affaire "Me Guy Hervé Kam" : « Nous craignons pour la (...)
Conclusions Assises nationales : "Nul doute qu’avec la (...)
Me Guy Hervé Kam : Globalement, son état de santé va (...)
Burkina/Assises nationales du 25 mai 2024 : IB et la (...)
Affaire Guy Hervé Kam : Le mouvement SENS dénonce un (...)
Burkina : Des citoyens expriment leurs attentes pour (...)
Burkina/Assises nationales : « Une fenêtre d’opportunités à
Burkina/Assises nationales : Vers le pire scénario pour (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12537



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés