Actualités :: Dédougou : La désignation du capitaine Traoré pour diriger la transition est (...)

Le capitaine Ibrahim Traoré a été officiellement désigné pour diriger le Burkina Faso durant la transition qui s’ouvre. C’était à l’issue des assises nationales tenues les 14 et 15 octobre 2022 à Ouagadougou. Ce choix remporte l’adhésion d’une certaine frange de la population de Dédougou à qui nous avons tendu le micro ce dimanche 16 octobre 2022. Lisez plutôt les avis de quelques citoyens.

Harouna Saré, laveur d’engins

Harouna Saré, laveur d’engins

« Je suis très content du choix de la personne de Ibrahim Traoré pour diriger le pays pendant cette transition. C’est vrai que je ne le connais pas bien, mais de la manière dont il parle, je suis sûr qu’il va bien gérer la situation. Mais comme il est jeune, je lui dirai de se coller aux anciens pour prendre de bons conseils. En même temps, il faut qu’il reste à l’écoute de la population. Cependant, il doit faire très attention aux hommes politiques car leurs conseils risquent de l’amener à choisir un camp. En ce moment, il va passer à côté de ce qui l’a amené au pouvoir ».

Une citoyenne de Dédougou

« Ibrahim Traoré est un homme qui a constaté que ce qui se passe dans le pays n’est pas bien. Il a eu le courage de prendre ses responsabilités et il veut proposer quelque chose pour sortir le pays de l’insécurité. Son choix pour diriger le pays est normal et nous lui souhaitons plein succès ».

Wahabou Konaté, fonctionnaire à la retraite

Wahabou Konaté, fonctionnaire à la retraite

« Ça été un très bon choix pour deux raisons selon moi. D’abord, il est très jeune et ensuite, les populations ont placé leur confiance en lui et il inspire cette confiance-là. Le simple fait de destituer Damiba avec à la clé une volonté de recadrer la transition est une importante chose. Au-delà, Ibrahim Traoré est un homme de terrain qui a fait ses preuves dans l’unité où il était à Kaya.

Je pense que c’est tout cela qui a joué en sa faveur. Pour pérenniser cet avantage et mieux gérer la question sécuritaire, le nouveau président doit restaurer la confiance entre la hiérarchie militaire et la troupe car personne ne fait confiance à l’autre au sein de notre armée de nos jours. Et c’est cette crise de confiance entre la base et le sommet qui explique l’incapacité à lutter contre les groupes armés terroristes. Le président doit prioriser aussi la question de l’équipement et faire urgemment des promesses à même de motiver les hommes engagés sur le théâtre des opérations de la lutte contre le terrorisme ».

Awa Koné, commerçante

Awa Koné, commerçante

« C’est un bon choix parce qu’il a bien commencé en ravitaillant la ville de Djibo. A l’entendre parler, on sait que c’est un homme animé de la bonne volonté de ramener la paix et la quiétude dans notre pays. Je nourris l’espoir qu’avec ce président, nous allons trouver une solution à la crise sécuritaire et la paix reviendra au Burkina Faso ».

Ibrahim Ylli, couturier

Ibrahim Ylli, couturier

« Le choix de Ibrahim Traoré pour conduire la transition ne me pose pas de problème. Je souhaite particulièrement que le nouveau président s’attaque sérieusement aux questions liées à l’insécurité et à la vie chère. Etant un homme de terrain, j’ai foi qu’il va réussir sa mission. »

Adjara Diarra, restauratrice

« Le président Ibrahim Traoré me donne de la confiance et nous avons le sentiment que la situation se calme déjà au fur et à mesure. Sur la base de ce constat, je peux dire que le choix est bon. Le président doit travailler pour amener un réel changement afin que les populations puissent retrouver la sécurité et la paix dans le pays. »

Yacouba SAMA
Lefaso.net

Continent africain : La gouvernance globale stagne (...)
Burkina : « Il est aussi urgent de mettre fin à ce plan (...)
Vie des partis politiques : La composante « Autres (...)
Burkina/Justice : « Il y a un problème ; il n’y a que les (...)
Transition politique au Burkina Faso : Le chronogramme (...)
Gestion des aires protégées : L’ONG AGN et le ministère (...)
Ministère de l’Agriculture : Le Conseil d’administration (...)
Burkina :« Nous ne sommes ni dans une guerre ethnique ni (...)
Burkina : « Ce pays-là a toujours su faire face à toutes (...)
Burkina Faso : Zéphirin Diabré porte plainte contre (...)
Réformes politiques au Burkina : « En démocratie, il est (...)
Commune de Bobo-Dioulasso : Une session extraordinaire (...)
Arrondissement 3 de Bobo-Dioulasso : Après six mois (...)
Politique au Burkina : Zephirin Diabré nie toute (...)
Corruption au sein de l’armée : « A ce jour, aucun de ces (...)
Burkina : « La première déclaration du chef du MPSR 2 (...)
Politique : « Nous ne sommes pas un parti électoraliste, (...)
Relecture du Code du travail au Burkina : L’UAS indignée (...)
Transition au Burkina Faso : Le président de l’ALT (...)
Burkina : Le Docteur Brice Bicaba nommé directeur (...)
Burkina : Pas nécessaire de limiter les partis (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12138



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés