Actualités :: Convention nationale pour le progrès : Les cadres du parti appellent à (...)

Pour contribuer au retour de la paix au Burkina Faso, la Convention nationale pour le progrès (CNP) a tenu sa première convention, le dimanche 17 juillet 2022 au CENASA. Selon le parti dirigé par Zambendé Théodore Sawadogo, les Burkinabè doivent soutenir toute initiative visant à ramener la paix, la sécurité et la cohésion sociale au Burkina Faso.

Au regard du contexte sécuritaire délétère au Burkina Faso, nombreux sont les Burkinabè qui appellent au pardon et à la réconciliation. C’est dans cette lancée que la Convention nationale pour le progrès (CNP) a tenu sa première convention autour du thème « Transition politique et réconciliation nationale, quelle contribution de la CNP ? ». La rencontre a mobilisé de nombreux sympathisants du parti, des leaders coutumiers, des représentants de partis amis tels que le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le Nouveau temps pour la démocratie (NTD), le Rassemblement patriotique pour l’intégrité (RPI).

Les leaders coutumiers présents à la convention de la CNP.

Pour le président du parti, Zambendé Théodore Sawadogo, la situation nationale impose la tenue d’une telle convention car, dit-il, « une grande partie de notre territoire est en proie à l’hydre terroriste ; plus de deux millions de nos frères et sœurs ont abandonné leur patrimoine pour se retrouver dans des conditions de vulnérabilité, sans compter la cohésion sociale qui, elle aussi, est mise à mal. Cette situation interpelle nécessairement les forces vives du pays et en premier chef les partis et formations politiques dont l’objectif premier est d’œuvrer au bien-être des populations ».

Pour Zambendé Sawadogo, la réconciliation suppose que chacun pardonne à son prochain.

Les réflexions menées à cette convention devraient permettre de déboucher sur des recommandations réalistes et réalisables, visant à permettre une bonne transition politique, porteuse de sécurité et de cohésion sociale pour des lendemains meilleurs.
Pour Espoir Lallogo, la représentante de la gent féminine du parti, toutes les couches sociales devraient mettre la main à la pâte pour œuvrer au retour de la paix. En tant que représentante des femmes du parti, elle a invité ses sœurs à ne ménager aucun effort « pour accompagner et soutenir toute initiative visant à ramener la paix, la sécurité et la cohésion sociale au Burkina Faso. »

Espoir Lallogo a invité les femmes à soutenir les actions allant dans le sens de la réconciliation.

Cependant, l’atteinte de cet objectif ne peut se faire sans que les Burkinabè ne développent certaines valeurs. Pour Joseph Ouédraogo, « les différences ethniques ne devraient pas, de quelque manière que ce soit, constituer une raison suffisante à notre désunion. Au contraire, c’est ce qui doit faire notre force. » Ainsi, il invite les Burkinabè à cultiver l’union, la solidarité, l’amour, le patriotisme, la tolérance, l’acceptation d’autrui, l’humilité, le pardon… pour espérer sortir de l’ornière.

Les sympathisants du parti ont entonné l’hymne national au début de la cérémonie.

Erwan Compaoré
Lefaso.net

Dépolitisation de l’armée burkinabè : Le vœu cher d’un (...)
Soutien au coup d’État du 30 septembre au Burkina : La (...)
Situation trouble au Burkina : L’UNIR/MPS appelle le (...)
Situation trouble au Burkina : Alpha Barry dément sa (...)
Coup d’Etat du 30 septembre 2022 au Burkina : Des (...)
Situation trouble au Burkina : « Notre pays est déjà en (...)
Burkina : Les secrétaires généraux de ministères (...)
Crise militaire au Burkina Faso : Le CNAPE souhaite (...)
Situation trouble au Burkina : « Bilgo n’est à la (...)
Situation trouble au Burkina : Des dégâts au domicile de (...)
LCL Paul-Henri Damiba : « Je déments formellement m’être (...)
Situation trouble au Burkina : Le Centre de formation (...)
Burkina : 1er octobre 2022, une journée d’angoisses à (...)
Ouagadougou : Une partie de l’ambassade de France en (...)
Burkina : « Nous n’allons pas affronter nos jeunes frères (...)
Crise politico-militaire : Le Front patriotique appelle (...)
Ouagadougou/Coup d’État : Des manifestants barricadent (...)
Coup d’Etat du 30 septembre : « J’encourage les nouvelles (...)
Ouagadougou : Un centre-ville mort, mais la vie se (...)
Coup d’État au Burkina Faso : « C’est un pas en avant, deux (...)
Burkina : « Même si on doit changer mille fois pour avoir (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11886



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés