Actualités :: Transition burkinabè : Un parti politique demande la révision de la charte (...)

L’Union des Forces progressistes (UFP) appelle à une révision de la charte de la transition pour que le Premier ministre et les membres du gouvernement burkinabè ne puissent pas se porter candidats aux élections à la fin de la transition. Dans une déclaration parvenue à notre rédaction, ce mercredi 16 mars 2022, l’UFP invite également les autorités à adopter une autre répartition des postes de députés pour la future assemblée législative de transition. Lisez !

Avant tout propos, nous exprimons notre compassion aux familles des treize (13) gendarmes tués à Taparko, à celles des deux(2) victimes du véhicule de transport ayant sauté sur une mine sur la route nationale N°3, ainsi qu’un prompt rétablissement aux blessés.

Le 1er Mars 2022, les Forces vives adoptaient la charte de la transition pour conduire notre pays durant les trois prochaines années.
L’examen de ce document appelle de la part de l’Union des forces progressistes (UFP) les remarques suivantes :

Les valeurs et principes qui y sont consacrés constituent une base solide pour une refondation de la gouvernance ; aussi, Le communiqué en date du 02 mars 2022 relatif aux instructions données par le chef de l’Etat à l’Autorité supérieure de contrôle de l’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE – LC) pour un contrôle général des structures de l’administration publique est un pas dans la bonne direction.

Pour l’Union des Forces progressistes (UFP), ces audits annoncés devront couvrir aussi bien la gestion du régime précédant que celle de son devancier pour ne pas s’apparenter à des règlements de comptes. Les dossiers des crimes économiques déjà mis à nus par les institutions de contrôles et de lutte contre la corruption ne doivent pas être bien entendu ignorés.

En ce qui concerne le gouvernement, nous pensons qu’on pouvait faire l’économie du poste de Ministre des affaires religieuses et coutumières. En outre la prise des dispositions pour que le Premier ministre et les membres du gouvernement soient inéligibles pour les élections marquant la fin de la transition est nécessaire pour l’équité de ces consultations électorales. Cette question est très importante dans la mesure où l’Exécutif n’est pas issu d’élections et que les partis politiques n’en font pas partis.

Notre histoire politique depuis la constitution du 02 juin 1991 a démontré que ceux qui gèrent le pouvoir d’Etat sont toujours vainqueurs des élections. La preuve, exception faite de la courte expérience de la CNPP/PSD en 1992, le meilleur résultat obtenu par un parti dont des membres n’ont jamais fait partis d’un gouvernement revient au PDP/PS avec dix (10) sièges aux élections législatives du 05 Mai 2002.

Quant à l’Assemblée Législative de la Transition, avec seulement huit (8) sièges octroyés aux partis politiques dont quatre (4) répartis entre l’Opposition Non Affiliée (0NA) et le groupe dit « Autres partis », leur marginalisation est manifeste. Ce parlement avec vingt et un (21) membres choisis par le chef de l’Etat, et les seize (16) concédés aux forces de défense et de sécurité, risque d’être contrôlé par le pouvoir Exécutif.

Or, il est question de faire des lois, de contrôler l’action gouvernementale et de consentir l’impôt dans un contexte de refondation qui nécessite l’inclusion et une représentation équilibré de tous les acteurs pour sa réussite.
Au regard des problèmes soulevés plus haut et de la jurisprudence crée avec les sièges octroyés sans tenir compte du système bipartite (ex-majorité – ex- opposition) qui pourrait avoir une incidence négative sur la mise en place des démembrements de la CENI, L’UFP appelle à une révision de la charte de la transition pour :

1° Prendre des dispositions pour que le Premier ministre et les membres du Gouvernement ne puissent pas être candidat aux élections de fin de la transition.
2° Adopter une autre répartition des postes de députés et une égale attribution des sièges revenants aux partis politiques par composante (ex majorité- ex- opposition) en fonction de la représentativité issue des dernières élections Législatives.

Le Secrétaire Général de l’UFP
YE Modou Michel

Bobo-Dioulasso : Des OSC demandent la démission du (...)
Commune de Dapélogo (Plateau central) : La délégation (...)
Opération mana mana : « Si nous pouvons nous mettre (...)
Opération Mana-mana : Le Premier ministre se réjouit de (...)
Burkina/politique : Eddie Komboïgo répond à la lettre de (...)
Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) : Un (...)
Enquête de perception des 100 jours du MPSR
"Détention arbitraire" de Roch Kaboré : « La junte ne doit (...)
Situation nationale : Le Président Damiba échange avec (...)
Dédougou : La délégation spéciale est opérationnelle
Assemblée législative du Burkina : Le projet de loi (...)
Bobo-Dioulasso : Un regroupement de femmes invite les (...)
Conduite de la Transition politique : Le Médiateur de la (...)
Burkina : Le gouvernement invite les populations à ne (...)
Burkina : Le « Mouvement Agir ensemble pour le Burkina (...)
Burkina : « Si nous sommes unis, si nous sommes ensemble (...)
Rencontre statutaire entre le Président du Faso et le (...)
Burkina/Cohésion sociale : Blaise Compaoré et Roch Kaboré (...)
Burkina Faso : La Coordination des organisations pour (...)
Communiqué sur la nomination du modérateur de la CEDEAO : (...)
Burkina : « Si nous voulons aller aux élections, il nous (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11676

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés