Accueil > ... > Forum 1586236

Burkina Faso : 19 morts et 13 blessés dans l’attaque contre Arbinda (ministère de la Défense)

12 juin, 07:16, par Ka

Caca : A l’époque ou souvent mon ami Kôrô Yamyélé et moi soulevons nos souvenirs de la Suisse, personnellement j’étais conseiller technique au développement de notre pays. Très actifs dans les expertises des projets, je peux confirmer que l’Autriche et la Suisse sont nos meilleurs coopérants dans le cadre d’aide au développement avec le centre Autrichien de formation professionnel le plus vieux centre de notre pays, et les ONG Suisse à travers tous les coins de notre pays : Et les deux hommes sous l’ombre ont contribué beaucoup pour ça : C’est pourquoi, au sommet de l’état Burkinabé, de S. Lamizana, passant par la révolution jusqu’à Blaise Compaoré, ces deux hommes qui parlent couramment l’allemand sont bien notés. Quant à moi, un cadre au service de l’état, est au service de tous les régimes qu’il soit. Je n’étais pas le seul, à chaque fois qu’on nous choisis de suivre tel ministre pour une mission a Genève, aux Etats Unis et ailleurs pour des rencontres qui peuvent orienter nos pays en voie de développement dans la bonne direction, nous le faisons avec sincérité, et aussi nouer des relations avec nos compatriotes à l’extérieur qui nous aide dans l’ombre. C’est un métier que j’ai tout donné avec loyauté jusqu’à mériter une bonne retraite comme tous les cadres Burkinabé. Non je n’ai pas eu une occasion de rencontrer le pasteur dont tu parles, mais ces actions sont bien connues au Burkina. C’était des personnes qui rencontraient rarement les autorités Burkinabé arrivant en Suisse à l’époque. Par contre les deux Burkinabé que nous évoquons souvent Kôrô Yamyélé et moi, leurs adresses sont toujours donné par notre ambassade en Allemagne qui s’occupait de la Suisse jusqu’à l’ouverture de la fameuse ambassade grâce aux deux hommes dont nos anciens ambassadeurs peuvent confirmer ce que je relate. Oui des personnes comme D. Ouédraogo, S. Jaques, S. Ouédraogo que je retiens en mémoire depuis les années 1980, s’associaient aux deux hommes pour les rencontres des autorités Burkinabé arrivant en Suisse. Ils ont même leur association. Kôrô Yamyélé connait mieux la Suisse que moi, quand il évoque des coins qui me sont inconnus de Genève. Nous étions plusieurs à accompagner nos ministres à Genève, de S. Zerbo a la révolution, c’était presque les mêmes têtes, et le ministre Toé toujours vivant peut le confirmer car les deux hommes H. Wandaogo et S. Kaboré étaient plus proche de ce ministre révolutionnaire qui avait le dernier mot dans les rencontres de l’OIT. Oui ! Peut-être tu as dû croisé Yemdaogo Kayouré, certainement en France ou j’étais bien avec les anciens étudiants de Fessard qui n’ont pas pu retourner servir leur pays, et qui sont resté des immigrés comme les Tamini, Sayouba et autres. Comme tu vois, Ka ne porte aucun masque pour dire la vérité aux jeunes, même sur toi qui a un idéal de sauver tes mentors. J’apporte mon passé à la jeunesse pour qu’elle construise mieux un monde meilleur : C’est pourquoi je n’hésite pas a parlé de ces deux hommes, et aussi des anonymes comme toi qui font beaucoup pour le pays, et récupérer par des sicaires comme tu dis qu’un mange a l’AN, et il y a d’autres en Suisse certainement devant le premier ministre a cet rencontre. Nous les simples conseillers au développement ont vécu ces récupérations par des sicaires qui prennent nos idées et se présentent devant les décideurs et vite on les nomme comme ministre. Mais le monde est fait ainsi, ce sont les griots qui récupèrent tout sur leur passage. Si tu rencontres un jour S.G. Kaboré qui habitait en Suisse Alémanique, qui s’occupait de tous nos douaniers Burkinabé en formation à Liestal dans les années 80, dont certaines et certains sont devenus des DG et responsables de section, celui qui recevait nos ministres même ton mentor Blaise Compaoré et sa clique, dit lui est ce qu’il connait Kôrô Yamyélé reconverti dans l’agriculture ou Kayouré Yemdaogo du Boulkiemdé ? Salue le de notre part, et que Dieu le bénisse. Quand à toi, si un jour tu es à Ouaga, traverse Tampouy en direction de Laye à vélo comme moi, ou sur une vielle mobylette CAMICO comme le mien, après le poste de contrôle 3 km, si tu vois un potager avec un grand manguier au milieu, et un vieux sur une vieille chaise longue, n’hésite pas, vient prendre le bon bassi au bon lait frais de notre jeune poulotte, la fille de Léourou du marché de Laye, tu m’en diras le résultat.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés