Accueil > ... > Forum 2027505

Franc CFA : Une farce de mauvais goût de Macron et Ouattara ?

16 avril, 00:22, par Alex

Vous savez un des avantages que confère le franc CFA aux Français et qui semble ignoré de nombre de personnes et même de certains gouvernants est que les transferts de fonds de nos pays vers la France, c’est à dire de la filiale d’une banque française (SGBCI, SGBF, ex BICIAB, SGB...) vers les banques françaises ne sont pas taxés (pas de taxes BCEAO applicables) contrairement à tous transferts vers un autre pays européens ou Africains de l’Espace hors UEMOA. Les frais inhérents au transfert lui-même sont facturés par la filiale mais pas la taxe BCEAO. Si vous transférez vers un autre pays européens vous devez payer les frais inhérents au transfert et une taxe liée à la BCEAO. Vous pouvez vérifier ou rechercher les informations. Imaginez un peu la masse d’argents rapatriée par CASTEL, Orange, Ces mêmes filiales, Bolloré,...) de l’espace UEMOA, CEMAC,... sur les 60 ans de néocolonisation française et vous vous rendrez compte du manque à gagner colossal qui aurait du être investi par nos Etats dans les infrastructures et dans nos économies. Nos jeunes auraient des emplois ici en Afrique et ne chercheraient pas à immigrer vers le Nord. D’un autre côté ils détruisent nos économies. Vous ne pouvez pas compétir avec ces investisseurs français en Afrique. Pendant que vous payerez 12% de taux d’intérêt à une banque si vous êtes financés, eux apportent un financement plus important à un taux de 2 à 3%. Ils vous noient avec leur argent et rapatrient tout le résultat en vous laissant quelques emplois. En réalité le commun des Africains n’a encore aucune idée des mécanismes techniques mis en place par les Gouvernants français successifs pour voler la richesse africaine et réduire nos populations à la pauvreté. Quand on parle à l’Africain moyen de garantie, de parité, de volatilité de la monnaie, il ne comprend pas comment les français peuvent le voler. Il peut pas s’en rendre compte. Il faut lui faciliter la compréhension du problème et chaque mécanisme peut être facilement expliqué. Il y a beaucoup d’autres subterfuges en place pour nourrir ces prédateurs. C’est honteux que les Alassane participent à cela contre leurs frères africains. Avec ces rapaces, ils sont devenus eux-mêmes de rapaces. De toute façon, il y avait des négriers africains pendant l’esclavage. Les Alassane sont nos négriers modernes. En fait nous devons promouvoir en attendant que nos jeunes puissent mener une insurrection salutaire, la consommation africaine ou des produits de pays autres que Français. Il faut vider ces accords de sens et de contenus. Savez vous que la France laisse tomber les fonds de réserve parce que cela ne lui est plus profitable avec les crédits à taux négatifs en Europe. Ce n’est pas pour nos beaux yeux. Maintenant ils présentent ce fait comme si c’était une concession importante offerte aux Africains. Partout où vous avez la possibilité, consommez autre chose que Orange, Total, Castel, Bolloré,... Il faut soi-même adopter cette attitude, et la promouvoir. Ce serait citoyen et même africain que d’éviter de consommer Français. Ils laisseront tomber le CFA et s’agripperont peut à autre chose (nos ressources minière par le biais du terrorisme) quand le CFA ne servirait plus à grand chose. Les jeunes doivent produire de petites videos youtube, tiktok, likee, les réseaux sociaux pour expliquer comment les Gouvernants Français volent et pillent l’Afrique UEMOA, CEMAC et importent le terrorisme dans nos pays pour mieux s’installer et nous contrôler.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés