Actualités :: Fête pascale : Les vérités de Mgr Jean-Marie Compaoré
Mgr Jean-Marie Compaoré

La résurrection du Christ sauveur a été célébrée cette année certes dans la ferveur spirituelle mais aussi dans la sobriété. Vie chère oblige !

Nuit de victoire ! La veillée pascale du 22 mars 2008 a été le symbole de la renaissance d’une nouvelle vie meilleure. C’est la victoire du créateur du monde entier. Dans les paroisses du Burkina, c’était la ferveur religieuse. Les fidèles chrétiens renouvellés dans leur corps et dans leur âme sont tout entiers à tout service. Cet événement très important pour chaque chrétien a été vécu dans une ambiance de vie chère. S’il est vrai que Pâques est la plus importante fête chrétienne mais toujours vécue dans la sobriété, elle l’a été beaucoup plus cette année. Les familles ont ressenti la vie chère. Les ambitions ont été revues à la baisse. Ce fut juste le minimum pour marquer la fête. Pas de repas à gogo comme à Noël. Ce n’était pas l’ambiance des grands jours qui pouvait nécessiter la sortie des forces de l’ordre pour réguler la circulation. Pâques ou la résurrection du Christ ! Le peuple libéré marche maintenant vers le royaume du Père. La victoire de l’agneau d’une nuit a été célébrée dans la ferveur religieuse et chacun a été invité à entretenir sa foi.

L’archevêque de Ouagadougou, Mgr Jean-Marie Compaoré, qui a présidé la célébration à la Cathédrale de Ouagadougou, a tenu à asséner ses vérités en cette occasion pascale. Il n’a pas manqué de dire : "Notre monde souffre et se décompose au point que les honnêtes gens ne s’y retrouvent plus et s’y sentent perdus. Cela est dû moins à la pauvreté matérielle qu’à la pauvreté des coeurs."

L’archevêque Compaoré a, dans son homélie, évoqué la vie chère, car il déclare : "L’on serait porté au découragement et même au désespoir sur l’avenir de notre société si l’on s’était contenté de la position de ceux qui sont allés vite en besogne, dénonçant l’existence d’une certaine pègre sans se rendre compte qu’il était difficile d’identifier dans la situation un bouc émissaire. Nous avons réalisé en fin de compte que nous portions tous la responsabilité de ce ras-le-bol d’une partie marginalisée de notre société, grande victime de la corruption, de l’égoïsme de ceux qui deviennent toujours plus riches alors que l’ensemble de notre société devient toujours plus pauvre". Et Mgr Jean-Marie Compaoré de poursuivre devant des fidèles bien attentionnés : "A la faveur de la manifestation contre la vie chère qui est un phénomène mondial, c’est en fait contre l’indifférence, les injustices et la suffisance des nantis de notre société que les gens ont manifesté." Pâques qui redonne espérance, fait remarquer Mgr Compaoré, permettra à tout chrétien de vivre dans un monde meilleur grâce à la conviction que "beaucoup se convertiront et prendront avec le Christ mort et ressuscité pour l’avènement d’une humanité nouvelle libérée de l’égoïsme, de la haine, et continuité sur la solidarité et l’amour du prochain", conclut-il. Aux hommes politiques, il dira d’abandonner la politique politicienne qui "les cristallisent sur leurs intérêts personnels pour faire une politique servante des intérêts des populations." Aux opérateurs économiques, il leur a demandé de ne pas "courir le risque de ne servir que les nantis." Aux fonctionnaires, "qu’ils reconnaissent qu’aujourd’hui ils se servent plus qu’ils ne servent" car "la corruption mine leur dignité, l’absentéisme et le manque d’ardeur au travail finissent par faire désespérer d’eux." Enfin aux jeunes, Mgr Compaoré dira "adonnez-vous à vos études et ne les bradez pas, sous aucun prétexte."

Pâques a été l’occasion pour certains adultes de recevoir le sacrement de baptême. Les fidèles chrétiens de plusieurs paroisses, comme ceux de la paroisse Saint Camille, à Ouagadougou, n’ont pas du tout voulu rater l’heure de la renaissance. Ils se sont eux aussi retrouvés la nuit pascale, à leur paroisse pour célébrer cet événement tant attendu, à travers des louanges. Leur joie était d’autant plus grande qu’ils ont choisi cette occasion pour accueillir de nouveaux chrétiens. En effet, ils étaient 292 nouveaux baptisés et 247 personnes , toutes des adultes, à recevoir le sacrement de la confirmation, cette nuit-là à la paroisse Saint Camille. La messe a été célébrée par le vicaire général, l’abbé Pascal Nikiéma.

Par Alexandre Le Grand ROUAMBA et Lassina Fabrice SANOU

Le Pays

Burkina/Santé : La guérison pranique, une alternative (...)
Alliance des jeunes des États du Sahel : « Nous sommes (...)
Burkina/Entrepreneuriat féminin : De la communication (...)
Rumeurs sur le salaire de février 2024 : Le ministre (...)
Burkina/ insécurité : L’attaque d’une Eglise fait quinze (...)
Burkina / Médicaments : « ePresc » ou la solution d’une (...)
Burkina / Prise de parole en public : Sandrine Obi (...)
Contrôle des aménagements urbains : La région des (...)
Burkina/Litige foncier a Yagma : Des habitants (...)
Burkina/région de l’Est : La 6e Légion de Gendarmerie (...)
Ouagadougou : Un individu aux arrêts après le meurtre (...)
Entrepreneuriat : La télévision BF1 lance la 5e édition (...)
Burkina : "Opposants, syndicalistes, hommes de médias et (...)
Burkina : Le Japon célèbre le 64è anniversaire de Sa (...)
Burkina Elevage : Le Projet de résilience et de la (...)
Âge moyen dans le monde : La population du Niger se (...)
Usine de transformation de tomate de Bobo-Dioulasso : (...)
Burkina : La Police nationale rassure qu’il n’ y a pas eu (...)
Centre-est : L’OCADES Caritas présente la phase II du (...)
Orange Burkina Faso : Une « Journée du consommateur » (...)
Burkina : Le DG de la Police nationale met fin aux (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 35868


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés