Actualités :: Injustice, fraude et corruption dans l’enseignement : Un enseignant (...)

Les tares de l’éducation burkinabè sont imputables aussi aux enseignants. C’est le constat fait par cet instituteur certifié.

Le comportement de certains enseignants nous laisse soupçonner leur vocation réelle et le sens de leur place dans l’éducation. Si l’éducation devient un gagne- pain, l’éducateur devient un tueur d’âme.

Malgré les mesures prises et les efforts déployés par les autorités pour lutter contre l’injustice, la corruption persiste et a pris d’autres formes.

Mais les pires sont celles utilisées dans nos établissements primaires et secondaires. Avant les compositions et les évaluations, certains élèves ont déjà la correction des épreuves. Cela est beaucoup constaté avec les maîtres et les professeurs qui encadrent leurs propres élèves, soit pour plaire aux parents, soit pour faire croire qu’ils sont les meilleurs.

Quelles que soient leurs raisons, nous condamnons cette forme de pratique qui n’apprend aux élèves que la facilité, et la paresse.

Pourtant, depuis l’antiquité, le travail a toujours été le propre de l’homme. Et l’école doit de même garder son aspect éducatif et de franchise. N’est-ce pas dans ce sens que quelqu’un disait : "La police, la gendarmerie, l’armée interviennent quand l’école a échoué dans sa mission."

Nous rappelons à ces enseignants fautifs que leur acte est un crime impardonnable, et aux parents le suivi réel, effectif de leurs enfants et de ne pas se laisser séduire par de fausses notes.

La Conquête, créée pour rechercher la vraie qualité de l’enseignement, encourager les élèves et les étudiants à faire des recherches personnelles pour mieux créer, ne peut se taire face à cette situation qui ruine notre système éducatif.

Aussi en appelons-nous à la responsabilité des autorités administratives et hiérarchiques du MEBA et du MESSRS afin que celles-ci appliquent des mesures fermes pour sauvegarder notre système éducatif.

Si dans les jours à venir des mesures fermes ne sont pas prises et que ces enseignants fautifs continuent de défavoriser les élèves travailleurs, le Centre la Conquête ira plus loin en les dénonçant un à un.

Désiré R. Ouédraogo

Instituteur certifié et fondateur du centre La Conquête

Le Pays

Soutien aux personnes vulnérables : Le Fonds catholique (...)
Burkina/Offensive agro-sylvo-pastorale : La FAO engagée (...)
Burkina/Santé : Le Grand Ouest a désormais son Imagerie (...)
Transport aérien : L’Alliance des États du Sahel se (...)
Burkina / Rémunération des agents du public : « Nous ne (...)
Le métier d’ingénieur en developpement rural avec Arsène (...)
Conditions d’entrée et de sortie du Burkina : L’Assemblée (...)
Résilience agroalimentaire au Sahel : Les acteurs du (...)
Burkina : Bassirou Badjo, membre du Balai Citoyen, (...)
Reprise des travaux du tronçon Sakoinsé-Koudougou : Un (...)
Bobo-Dioulasso : Des riverains s’opposent à la fermeture (...)
Prothésistes ongulaires : Ces artistes sur ongles qui (...)
Ouagadougou : Le proviseur du lycée Marien N’gouabi (...)
Burkina / Etudes et entrepreneuriat : Lassina Traoré se (...)
Burkina Faso : La Fraternité Cana organise un week-end (...)
Droits de l’homme et sécurité : A la découverte des (...)
Burkina / Transports et logistique : Plus de 400 (...)
Burkina / Infrastructures : Le ministre Adama Luc (...)
Lutte contre le grand banditisme en milieu urbain : Fin (...)
Burkina : L’autorisation d’exportation de l’or et des (...)
Burkina : Le format de l’acte de naissance est toujours (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 35826


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés