Actualités :: Rencontre Première dame-Organisations féminines : Les femmes disent non à la (...)

Dans le cadre de la traditionnelle présentation de vœux des femmes du Burkina Faso à la Première dame, Chantal Compaoré, il a été organisé dans la matinée du 5 janvier 2008, une causerie-débat sur la pandémie du Sida et ses menaces sur le monde féminin.

Sur les 22,5 millions de personnes vivant avec le VIH/Sida en Afrique subsaharienne, près de 61% sont des femmes. Ainsi, il y a trois fois plus de femmes séropositives que d’hommes dans la tranche d’âge comprise entre 20 et 24 ans. Au regard de cette situation alarmante, il a été organisé une journée d’échange entre les femmes du Burkina Faso, le samedi 5 janvier. Venues des treize régions du pays dans le cadre de la traditionnelle cérémonie de présentation de vœux à l’épouse du chef de l’Etat, Chantal Compaoré, les femmes ont décidé de réfléchir cette année sur leur rôle dans l’éradication de la pandémie, particulièrement au sein de la gent féminine.

En effet, même si le taux de prévalence est en baisse au Burkina (2% contre 7,17 en 1997), les femmes restent les plus vulnérables. Sur les 5 144 cas de malades enregistrés dans les formations sanitaires en 2006, 64% sont des femmes. 692 cas de décès ont été notés. La Première dame du Faso, Chantal Compaoré s’est dit particulièrement préoccupée par la situation, elle qui a fait sienne la cause des femmes, des enfants, des personnes démunies. Devant toutes ces femmes venues des treize régions du pays, Chantal Compaoré a une fois de plus, renouvelé son engagement à servir leur cause. Le ministre de la Promotion de la femme, Céline Yoda a, quant à elle, insisté sur la nécessité d’une solidarité entre les femmes, pour venir à bout de ce fléau.

Avant d’entamer la causerie proprement dite, un film de sensibilisation a été présenté aux femmes. Ce film met l’accent sur les facteurs de vulnérabilité de la femme. Ces facteurs sont d’ordre biologique et physiologique, économique et socioculturel.

L’animation de la causerie a été assurée par l’Association des femmes africaines face au Sida (AFAFSI) à travers sa présidente le docteur Claude Millogo. Pour elle les femmes ont un atout qu’elles doivent exploiter pour combattre efficacement le VIH/Sida. Il s’agit de la volonté politique et de l’engagement des autorités du pays.

Fatouma Sophie OUATTARA

Sidwaya

Soutien aux personnes vulnérables : Le Fonds catholique (...)
Burkina/Offensive agro-sylvo-pastorale : La FAO engagée (...)
Transport aérien : L’Alliance des États du Sahel se (...)
Burkina / Rémunération des agents du public : « Nous ne (...)
Conditions d’entrée et de sortie du Burkina : L’Assemblée (...)
Résilience agroalimentaire au Sahel : Les acteurs du (...)
Burkina : Bassirou Badjo, membre du Balai Citoyen, (...)
Reprise des travaux du tronçon Sakoinsé-Koudougou : Un (...)
Bobo-Dioulasso : Des riverains s’opposent à la fermeture (...)
Prothésistes ongulaires : Ces artistes sur ongles qui (...)
Ouagadougou : Le proviseur du lycée Marien N’gouabi (...)
Burkina / Etudes et entrepreneuriat : Lassina Traoré se (...)
Burkina Faso : La Fraternité Cana organise un week-end (...)
Droits de l’homme et sécurité : A la découverte des (...)
Burkina / Transports et logistique : Plus de 400 (...)
Burkina / Infrastructures : Le ministre Adama Luc (...)
Lutte contre le grand banditisme en milieu urbain : Fin (...)
Burkina : L’autorisation d’exportation de l’or et des (...)
Burkina : Le format de l’acte de naissance est toujours (...)
Burkina/ Fondation Jean Paul II pour le Sahel : Vers (...)
Burkina / Éducation inclusive : Des élèves aveugles et (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 35826


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés