Actualités :: Fait divers : Une moto pour une passe

S’il y’a des lieux dans Simonville qui débordent de monde 24h sur 24, ce sont incontestablement les boîtes de nuits et les maquis que certains ont baptisés « temples des godets ». Dans ce milieu, on ne se donne pas de la peine pour retrouver les trois « B » de Laurent Bado.

Ce samedi 15 décembre le week-end est bien animé avec les festivités de la fête nationale. Ouagadougou porte ses plus beaux habits et porte comme d’habitude deux visages. Celui de la journée et celui de la nuit. La nuit tous les chats sont gris, on ne sait pas qui est qui. Ils sont nombreux ceux qui ont voulu voir Ouagadougou dans son visage de nuit.

De Sérum 4X4 au Titis, Gazéta en passant par Kassoto, le Pouvoir et Papa Gayo, les maquis étaient débordés de monde ne parlons pas des boîtes de nuit sur l’avenue Kwamé Krumah. Salam en jeune Ouagalais s’était mis dans son 31 avec une bande d’amis pour prendre la ville en main. Après avoir fait le tour des différents maquis, ils décident de passer le reste de leur soirée au Temple des godets où la bière se conjuguait avec bagarre. Au nombre de trois, Salam et ses amis prirent place sous un hangar. Après un premier et un deuxième tour, chacun avait atteint ou même dépassé sa dose normale. Devant leur table, il était impossible de compter le nombre de bouteilles vides. Nos trois mousquetaires décident alors de décharger cette bière dans des « WC publics ». Direction est alors prise pour Ali Baba.

Après quelques minutes de négociation pour convenir du prix des jambes, nos trois amis et leur objet de plaisir tombèrent d’accord sur le prix. Chacun avec sa chose se livra à des séances de jambes en l’air. Mais le malheur est qu’aucun d’eux, sous l’effet de l’alcool, n’a pu se satisfaire. Ils refusèrent alors de payer le service rendu. Les prostituées crièrent au secours et toutes les prostituées du coin sortirent pour exiger que nos trois alcooliques déboursent pour payer ce qu’ils ont consommé. « Qui vous a dit de boire, ici on paye une fois qu’il y a exercice de jambes ».

Deux jeunes gaillards avec des bras semblables à des troncs de baobab serrèrent les cols de nos trois complices. Après avoir fouillé toutes les poches 5 000 FCFA sont trouvés dans l’une d’elles. C’est tout ce qui restait comme argent dans les poches de nos trois amis. Cet argent fut alors confisqué pour rembourser les prostituées. Mais ce n’était pas suffisant puisque chacun d’eux devait débourser 2 000 FCFA. La moto de Salam fut confisquée par les deux gros bras en attendant le remboursement de la somme totale. Après plusieurs tentatives infructueuses pour récupérer leur argent, nos trois amis se résolurent à retourner à la maison pour chercher le reste de l’argent.

C’est tôt le matin aux environs de 6h que Salam est revenu avec le reliquat pour récupérer sa moto. A sa grande surprise il ne trouva personne sur les lieux. Les quelques prostituées qui étaient toujours sur les lieux s’empressèrent de partir prétendant qu’elles ne sont au courant de rien et qu’aucune moto n’est restée dans la cour. Quant aux deux gros bras ils déclarèrent que c’étaient des gens de passage. Jusqu’à aujourd’hui on ne sait toujours pas si Salam a retrouvé sa moto. Alors faisons attention surtout en cette fin d’année car un proverbe mossi dit que c’est toujours les jours où le lièvre est content qu’il se retrouve dans la gibecière du chasseur.

Kibsa KARIM

L’Hebdo

Transport aérien : L’Alliance des États du Sahel se (...)
Burkina / Rémunération des agents du public : « Nous ne (...)
Conditions d’entrée et de sortie du Burkina : L’Assemblée (...)
Résilience agroalimentaire au Sahel : Les acteurs du (...)
Burkina : Bassirou Badjo, membre du Balai Citoyen, (...)
Reprise des travaux du tronçon Sakoinsé-Koudougou : Un (...)
Bobo-Dioulasso : Des riverains s’opposent à la fermeture (...)
Prothésistes ongulaires : Ces artistes sur ongles qui (...)
Ouagadougou : Le proviseur du lycée Marien N’gouabi (...)
Burkina / Etudes et entrepreneuriat : Lassina Traoré se (...)
Burkina Faso : La Fraternité Cana organise un week-end (...)
Droits de l’homme et sécurité : A la découverte des (...)
Burkina / Transports et logistique : Plus de 400 (...)
Burkina / Infrastructures : Le ministre Adama Luc (...)
Lutte contre le grand banditisme en milieu urbain : Fin (...)
Burkina : L’autorisation d’exportation de l’or et des (...)
Burkina : Le format de l’acte de naissance est toujours (...)
Burkina/ Fondation Jean Paul II pour le Sahel : Vers (...)
Burkina / Éducation inclusive : Des élèves aveugles et (...)
Irrigation au Sahel : Le comité technique régional en (...)
Université Nazi Boni : Des incubés du Centre d’excellence (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 35826


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés