Actualités :: Recensement nocturne à Tudub-Wéogo : Pour quelle raison ?

Depuis plus de deux semaines, ce village de l’arrondissement de Nongr-Maassom connaît une effervescence due au déguerpissement d’une partie de ses habitants et aussi à un recensement nocturne des résidents entrepris à ce qu’on dit par les conseillers du village.

II n’y a pas longtemps encore notre confrère du quotidien « le Pays » dans son n°3909 du mercredi 11 juillet 2007 titrait à propos d’un déguerpissement à Nongr - Massom « Où iront les victimes ? »
Une semaine après on apprend que Tudub - Wéogo est en plein recensement. On se rappelle qu’avant le déguerpissement le maire de l’arrondissement Zakaria Sawadogo avait soulevé un certain nombre de problèmes qui ont conduit la mairie à opter pour la voie du déguerpissement.

Il avait tenté de se justifier en affirmant que les problèmes qu’ils vivent sur le terrain des lotissements sont toujours créés par les citoyens eux-mêmes.
Que c’était pour éviter tous ces problèmes qu’ils ont adopté cette démarche de déguerpissement. Il ajouta qu’ils ont été victimes au secteur N° 27 et que c’est en connaissance de cause qu’ils ont agit de cette manière. Au secteur N° 27, lorsque les gens ont appris le projet de lotissement, ils ont assiégé rapidement l’endroit et acheté des superficies où ils construisent des maisons de 10 tôles et plus.

Lorsque vint le moment du recensement et de l’aménagement, la mairie se rend compte qu’il y a plus de maisons que de parcelles pouvant être dégagées. C’est de la spéculation et non des gens en quête d’habitation. Le maire Zakaria Sawadogo avait laissé entendre qu’un aménagement est prévu pour la zone non - lotie de Somgandé et que Tudub-Wéogo doit servir de trame d’accueil aux déguerpis de Somgandé.

Un recensement suspect

A moins d’une semaine après que les bulldozers aient détruit tout sur leur passage, les conseillers de Tudub-Wéogo organisent un recensement précipité. Aux dires des citoyens, ils n’ont pas été informés de ce recensement. Les agents viennent la nuit, ils investissent les lieux et réveillent les habitants dans leur sommeil pour les recenser. Ils demandent la pièce d’identité qu’ils remplissent dans un cahier, et le nombre des membres de la famille. Un enseignant de Tudub-Wéogo Tertius Sawadogo nous a dit que les agents recenseurs viennent à n’importe quelle heure. Le jour comme la nuit.

Pour mieux comprendre, nous nous sommes déporté à la mairie de Nongr-Massom où nous avons rencontré certains membres de la commission d’attribution de Bangporé qui occupe une partie de Tudub-Wéogo. Ils nous ont affirmé qu’ils ne sont pas au courant du recensement de Tudub-Wéogo.

Nous n’avons pas eu l’occasion de rencontrer le maire lui-même, mais certaines informations que nous avons reçues nous disent que le maire lui aussi affirme qu’il n’est pas au courant d’un recensement à Tudub-Wéogo. Cette manière de communiquer serait-elle une stratégie comme il l’a dit pour éviter que des spéculateurs, comme il les appelle, n’investissent les lieux ? Difficile d’y répondre. Ce qui est certain les conseillers de Tudub-Wéogo ne peuvent pas initier un recensement sans en informer le maire.

Peut-être même qu’il en est l’instigateur. Mais la question qu’on se pose est : est-ce que la mairie a besoin de faire ce genre de recensement ? Elle a le pouvoir pour donner et refuser de recenser un citoyen. Elle n’a pas besoin de faire des recensements nocturnes. Les résultats de ce recensement fait dans des conditions que l’on sait peuvent-ils être fiables ? Seuls les organisateurs peuvent nous le prouver.

Les citoyens ont besoin de comprendre

A Tudub-Wéogo personne ne peut vous donner l’information juste concernant le recensement. Lorsque le même maire Zakaria Sawadogo a voulu entreprendre le lotissement à Bangporé, on se rappelle qu’il avait convoqué tous les habitants de Bangporé pour les informer, et c’est ensemble avec cette population qu’il a fixé la période et les conditions du recensement.

Cela a connu un succès remarquable et aucun citoyen ne peut dire qu’il a été brimé. Tout le monde a été satisfait pour le bonheur de M. le maire Zakaria Sawadogo. Où est passé le sens de la communication ? Affaire donc à suivre.

Kibsa KARIM

L’Hebdo

Burkina/Media : Le CSC suspend le journal L’Evènement (...)
Burkina/Media : L’émission hebdomadaire de débat, 7 info (...)
Lutte contre les violences conjugales : l’approche (...)
Tenkodogo : Une Académie de jeunes leaders pour (...)
Journée mondiale du réfugié (JMR) 2024 : Le Burkina Faso (...)
Burkina : « La première souveraineté à rechercher, c’est la (...)
Prise en charge des troubles mentaux : Des acteurs de (...)
Burkina/ Voix et leadership des femmes : Le projet a (...)
Burkina/Humanitaire : Christian Aid et ATAD procèdent à (...)
Ouagadougou : Les points de grillades et de boucherie (...)
Incident de tir à proximité de la RTB télévision : Le Chef (...)
Burkina : La SONABEL sensibilise son personnel sur les (...)
Santé : L’alimentation à adopter lorsqu’on souffre (...)
Parkings informels à Ouagadougou : « Ce n’est pas une (...)
Burkina : Le casse-tête de l’insalubrité et ses maladies, (...)
Burkina : La Fédération des associations de donneurs de (...)
Transports en commun à Ouagadougou : La surcharge des (...)
Burkina Faso : Roukiatou Sedgo, victime d’excision, se (...)
Burkina/ Enseignement supérieur : 25 ans après son (...)
Burkina/Coutumes et traditions : Dr Dramane Konaté (...)
Université Joseph Ki-Zerbo : La 3e édition des (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 36981



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés