Actualités :: Mariages et baptêmes à Noël : « Des fidèles voudraient profiter de l’ambiance du (...)

Noël n’est pas seulement la fête des enfants. Cette fête est une occasion pour nombre d’adultes, de se mettre en conformité avec Dieu pour le sacrement du mariage et pour d’autres, de répondre à leur vocation de chrétiens en devenant enfants de Dieu par le baptême. Dans cet entretien, l’abbé Anatole Tiendrébéogo, professeur au grand séminaire Jean- Baptiste de Ouagadougou, donne plus de détails sur les mariages et baptêmes célébrés à Noël.

Sidwaya (S.) : Quel sens donnez-vous aux mariages et baptêmes célébrés à Noël ?

Abbé Anatole Tiendrébéogo (A. A. T.) : Les mariages et baptêmes célébrés à Noël n’ont pas un sens différent de ceux que l’on célèbre à d’autres périodes de l’année ; ce sont les mêmes sacrements, c’est-à-dire les mêmes dons de Dieu accordés à ceux qui le lui demandent afin de vivre leur vie conjugale et leur vie de chrétiens sous le signe de la grâce et de la bénédiction de Dieu.

S. : Pourquoi y a-t-il un engouement pour la célébration de ces événements au moment de Noël (et aussi de Pâques) ?

A. A. T. : Noël et Pâques étant les fêtes les plus importantes de la vie chrétienne, l’Eglise invite ses fidèles à se préparer d’une manière particulière en vue de la célébration de ces grands moments de la foi. Cette préparation consiste surtout en une préparation spirituelle, c’est-à-dire se mettre dans une disposition intérieure adéquate pour accueillir les dons de Dieu qui se renouvellent à ces occasions.

C’est une opportunité pour les chrétiens qui veulent placer les événements importants de leur vie sous la grâce de Dieu, de demander les sacrements du mariage et du baptême. A cet effet, beaucoup de chrétiens viennent s’inscrire pour profiter des grâces spirituelles de ces célébrations. Il faut dire aussi que Noël étant une grande fête, une occasion de rassemblement, de partage et de joie, une fête qui se situe à la fin de l’année, beaucoup voudraient profiter du climat du moment pour célébrer ces événements heureux que sont les mariages et les baptêmes. Enfin, il faut ajouter des considérations d’ordre économique ; les fêtes occasionnent des dépenses comme on le sait, et Dieu seul sait combien on s’échine à trouver les moyens nécessaires pour que la fête soit belle ; pour faire d’« une pierre deux coups » comme on dit, il est parfois judicieux d’organiser ces événements sociaux pendant les festivités de Noël et du nouvel An.

S. : L’Eglise fait-elle obligation aux fidèles de se marier ou de se baptiser le jour de Noël ou le choix de ce jour est-il fait librement par les postulants au mariage et au baptême ?

A. A. T. : Tout d’abord, il faut préciser que ces évènements ne se font pas généralement le jour même de Noël (sauf les baptêmes dans la nuit pascale ou le jour de Pâques). On les célèbre un jour ou deux ou même une semaine avant pour dégager le jour de Noël pour la célébration de la liturgie de la fête elle-même. A la veillée pascale (nuit de Pâques) ou le jour de Pâques, on célèbre les baptêmes parce que c’est dans la mort et la résurrection du Christ que s’origine le baptême ; Pâques étant la commémoration de ce mystère de mort et de résurrection, ce sacrement y trouve donc une place de choix.

Quant au choix de cette période, ce sont évidemment les candidats aux sacrements de baptême et de mariage qui choisissent le moment de leurs célébrations. Il n’est pas fait obligation spéciale aux chrétiens de se marier ou de recevoir le baptême à cette occasion. C’est, comme je l’ai dit plus haut, un moment de grâces et de bénédictions et ceux qui voudraient en profiter sont libres de le faire.

S. : Avez-vous une adresse particulière à l’endroit des futurs baptisés et mariés de Noël ?

A. A. T. : Je pense que les pasteurs qui les ont préparés à la réception de ces sacrements ont dû leur rappeler tout le bien qu’ils doivent attendre de ces grâces divines et de les inviter ainsi à se mettre dans les meilleures dispositions pour que ces grâces portent des fruits pour eux-mêmes et pour leurs frères et sours. Je ne peux que m’associer à ces ministres de Dieu et leur souhaiter aux uns, « heureux ménages » et aux autres qu’ils répondent bien à leur vocation de chrétiens dans le monde en devenant enfants de Dieu par le baptême. A tous, bonnes célébrations et bonnes fêtes et que le nom du Seigneur soit toujours loué !

Propos recueillis par Gabriel SAMA

Sidwaya

Entrepreneuriat : La télévision BF1 lance la 5e édition (...)
Burkina : "Opposants, syndicalistes, hommes de médias et (...)
Burkina/Santé : La guérison pranique, une alternative (...)
Burkina/Entrepreneuriat féminin : De la communication (...)
Burkina / Médicaments : « ePresc » ou la solution d’une (...)
Burkina / Prise de parole en public : « Le contenu (...)
Burkina : Le Japon célèbre le 64è anniversaire de Sa (...)
Burkina Elevage : Le Projet de résilience et de la (...)
Âge moyen dans le monde : La population du Niger se (...)
Usine de transformation de tomate de Bobo-Dioulasso : (...)
Burkina : La Police nationale rassure qu’il n’ y a pas eu (...)
Centre-est : L’OCADES Caritas présente la phase II du (...)
Orange Burkina Faso : Une « Journée du consommateur » (...)
Burkina : Le DG de la Police nationale met fin aux (...)
Bobo-Dioulasso : Le PReCA et la Banque mondiale sur les (...)
Crise sécuritaire au Burkina : La population de (...)
Burkina/Lutte contre la drogue : La 17e édition de la (...)
Conditions d’entrée et de sortie du Burkina : L’Assemblée (...)
Burkina / Rémunération des agents du public : « Nous ne (...)
Soutien aux personnes vulnérables : Le Fonds catholique (...)
Transport aérien : L’Alliance des États du Sahel se (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 35847


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés