Actualités :: Sachets biodégradables et recyclage de déchets plastiques : Une association (...)

Les responsables de l’Association des importateurs et fabricants des sachets biodégradables et de recyclage de déchets plastiques ont animé une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 à Ouagadougou, pour dénoncer une note du ministère en charge de l’environnement et portant “arrêt” des activités d’importation, de production et commercialisation du sachet biodégradable. Ces professionnels regrettent un manque de concertations autour du sujet, alors qu’ils ont des « propositions innovantes » à faire au profit de tous.

C’est dans une grande mobilisation de ses membres, que l’Association des importateurs et fabricants des sachets biodégradables et de recyclage de déchets plastiques a fait cette sortie à la fois de dénonciation de la note relative à l’ “arrêt” des activités d’importation, de production et de commercialisation du sachet biodégradable (du ministère de l’Environnement, de l’eau et de l’assainissement ) et à réouvrir des concertations autour de cette préoccupation.

« En rappel, une rencontre avait été organisée par la direction de l’environnement en juillet 2019 avec les importateurs de sachets biodégradables. Cette rencontre avait pour objet de discuter du problème de la dégradation de l’environnement due aux sachets, et il avait été question de suspendre l’importation, la production et la commercialisation du sachet plastique biodégradable ou alors de proposer des innovations. A l’issue de cette réunion, les membres de notre structure se sont concertés pour proposer des solutions d’innovation pouvant aboutir à un partenariat gagnant-gagnant. Plusieurs démarches ont été menées par l’association auprès du ministère afin de trouver un terrain d’entente. Lors de notre dernier atelier, précisément le 14 mars 2024, le secrétaire général du ministère nous avait signifié qu’il devait effectuer des missions à Bobo et Koudougou et qu’à son retour, il reviendrait vers nous afin que nous échangions sur la question. Rien de tout cela n’a été fait et à notre grande surprise, il ne nous est pas revenu sur ce point et une note a été signée pour que nous mettions un terme à nos activités », a déroulé le secrétaire général de l’association, Seydou Zongo, à travers la déclaration liminaire.

Les membres de l’association se sont massivement mobilisés pour la conférence

Selon l’association, le sachet biodégradable peut polluer l’environnement certes, mais il ne faut pas perdre de vue ses multiples bienfaits pour les populations. Il a contribué, affirment les conférenciers, et contribue toujours à protéger les populations de la covid-19 et contre toute autre maladie pouvant être liée à la poussière et aux vents de l’harmattan. Il facilite, poursuivent-ils, l’emballage de nombre « de choses dans la vie quotidienne » des populations. « Imaginons tout le Burkina sans sachet plastique actuellement ; comment se débrouilleraient-elles ? Certains parlent du papier aluminium, mais ce dernier peut-il contenir toute sorte d’objets ou est-il accessible à tous ? Nous ne le pensons pas », arguent-ils avant d’ajouter que le sachet biodégradable contribue également à réduire le taux de chômage au Burkina.

« Pensons aux familles des milliers de personnes qui gagnent leur vie à travers l’activité liée à l’importation et au recyclage du sachet plastique biodégradable. Nous pouvons donc conclure qu’au vu du climat et de la situation socio-économique, sécuritaire et même sanitaire que traverse notre nation, le sachet joue un rôle prépondérant dans la vie de nos populations et qu’il convient de trouver des solutions idoines pour une bonne coopération. C’est pourquoi, nous, membres de l’Association des importateurs de sachets plastiques biodégradables et recycleurs de déchets plastiques du Burkina Faso, estimons que notre structure n’a pas été avisée de la décision et venons par cette conférence de presse demander l’annulation de cette note de suspension et proposer une rencontre d’échanges afin de trouver des solutions idoines », ont-ils plaidé, soulignant avoir des propositions innovantes à faire en la matière pour le bien de tous.

O. L
Lefaso.net

Journée mondiale de la drépanocytose : Dr Edith (...)
Burkina/Risques chimiques : L’ISEPC renforce les (...)
Boucle du Mouhoun : Plus de 8 000 candidats composent (...)
Baccalauréat 2024 : A Ouagadougou, le top départ a été (...)
Burkina : La Commission nationale des droits humains (...)
Burkina Faso : Une association dénonce l’iniquité dans le (...)
Burkina/ Tabaski 2024 : Les Burkinabè invités à cultiver (...)
Burkina/Aïd el-Kébir 2024 : Le président du Faso souhaite (...)
Tabaski à Gaoua : La sauvegarde de la nation et le (...)
Rwanda : A Ouagadougou, l’Ambassade et la communauté du (...)
Open de Sekone : « J’étais la seule à moins de 67 kg, donc (...)
Fondation Edmond-Tapsoba : Une conférence de presse et (...)
Burkina Faso : Un Américain accusé de viol sur deux (...)
Rumeurs sur la disparition de Kassoum Coulibaly : « Le (...)
BEPC 2024 au Nayala : Un taux de succès de 37,88% (...)
Diocèses de Nouna et de Dédougou : Quatre nouveaux (...)
Burkina/CEP 2024 dans la Boucle du Mouhoun : Taux de (...)
Burkina/ Promotion de la paix : Le Conseil national du (...)
Enseignement supérieur : Neuf universités du Burkina (...)
Tabaski 2024 : Le message du Mouvement Africa (...)
Toécé (Centre-Sud) : Une journée des communautés pour (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 36960



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés