Actualités :: 24e Journée nationale de lutte contre la pratique de l’excision : Déclaration (...)

Déclaration de Madame la Ministre de la Solidarité, de l’Action Humanitaire, de la Réconciliation Nationale, du Genre et de la Famille à l’occasion de la commémoration de la 24ème Journée nationale de lutte contre la pratique de l’excision

Le Burkina Faso commémore chaque 18 mai, la journée nationale de lutte contre la pratique de l’excision. Elle a été instituée par décret n°2001-258/PRES/PM/MASSN du 06 juin 2001. L’institutionnalisation et la commémoration chaque année de cette journée traduit le ferme engagement des autorités de promouvoir l’élimination de cette pratique qui porte atteinte à l’intégrité physique et viole les droits fondamentaux de milliers de petites filles et de femmes au Burkina Faso.

En rappel, les Mutilations Génitales Féminines (MGF) sont des pratiques consistant en l’ablation totale ou partielle des organes génitaux externes féminins pour des raisons non médicales. Elles demeurent répandues et récurrentes au Burkina Faso, malgré leur interdiction formelle par la législation en vigueur (article 513-7 ; 513-8 ; 513-9 du code pénal).

Selon l’enquête démographique et de santé (EDS) 2021, les MGF touchent encore 56% des femmes de 15 à 49 ans et 09% des filles de 0 à 14 ans et toutes les 13 régions sont concernées, à des degrés divers avec une persistance dans les zones à défis sécuritaires.

Ce 18 Mai 2024, notre pays commémore la 24ème Journée nationale de lutte contre la pratique de l’excision sous le thème :« Contribution des survivantes dans la promotion de l’élimination des MGF dans un contexte de défi sécuritaire ».

Le thème de cette année met les survivantes et leurs structures associatives au cœur de l’action. Il les interpelle à travers les mouvements qu’elles dirigent à contribuer fortement au changement des normes sociales en faveur de l’élimination de cette pratique dégradante pour la petite fille et la femme.

La commémoration de cette année offre aussi l’opportunité de réaffirmer la volonté politique nationale de lutter contre ce fléau et d’accentuer les actions de prévention à travers les activités d’informations et de sensibilisations à l’endroit des populations afin de maintenir le pays dans sa position de leader en matière de lutte contre les MGF en dépit des contextes sécuritaires et humanitaires difficiles.

L’éradication des MGF au Burkina Faso permettra d’offrir un environnement plus protecteur des droits des petites filles et des femmes, leur assurant une bonne santé et la garantie de leur intégrité physique.

Dans un contexte national marqué par la crise sécuritaire qui handicape la mise en œuvre des activités dans certaines zones, la célébration de cette journée nous interpelle à plus de vigilance et à une réadaptation de nos stratégies pour plus d’actions auprès des communautés.

Je saisis cette occasion pour traduire toute la reconnaissance du Gouvernement, aux partenaires techniques et financiers du Burkina Faso, aux ONG nationales et internationales, aux leaders communautaires, aux professionnels de la justice, de la santé, aux travailleurs sociaux, aux médias et à tous les autres acteurs pour leurs inlassables efforts dans la lutte pour l’élimination des MGF dans notre pays et en Afrique

J’en appelle à la vigilance et à la mobilisation des communautés, de tous les acteurs étatiques et non étatiques, les jeunes et surtout les survivantes, en vue de poursuivre les dénonciations préventives des cas d’excision et d’accélérer surtout le processus d’adoption de normes sociales favorables à la « NON-EXCISION ».

Avec les survivantes, accélérons l’élimination des Mutilations Génitales Féminines au Burkina Faso !

Ensemble, disons NON ; non à l’excision au Burkina Faso !

Nandy SOME/DIALLO
Administrateur Civil

Burkina/Risques chimiques : L’ISEPC renforce les (...)
Boucle du Mouhoun : Plus de 8 000 candidats composent (...)
Baccalauréat 2024 : A Ouagadougou, le top départ a été (...)
Burkina : La Commission nationale des droits humains (...)
Burkina Faso : Une association dénonce l’iniquité dans le (...)
Burkina/ Tabaski 2024 : Les Burkinabè invités à cultiver (...)
Burkina/Aïd el-Kébir 2024 : Le président du Faso souhaite (...)
Tabaski à Gaoua : La sauvegarde de la nation et le (...)
Rwanda : A Ouagadougou, l’Ambassade et la communauté du (...)
Open de Sekone : « J’étais la seule à moins de 67 kg, donc (...)
Fondation Edmond-Tapsoba : Une conférence de presse et (...)
Burkina Faso : Un Américain accusé de viol sur deux (...)
Rumeurs sur la disparition de Kassoum Coulibaly : « Le (...)
BEPC 2024 au Nayala : Un taux de succès de 37,88% (...)
Diocèses de Nouna et de Dédougou : Quatre nouveaux (...)
Burkina/CEP 2024 dans la Boucle du Mouhoun : Taux de (...)
Burkina/ Promotion de la paix : Le Conseil national du (...)
Enseignement supérieur : Neuf universités du Burkina (...)
Tabaski 2024 : Le message du Mouvement Africa (...)
Toécé (Centre-Sud) : Une journée des communautés pour (...)
Toma : L’Association des femmes pour le développement du (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 36939



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés