Actualités :: Journée de la femme : Sos fistule

La fistule constitue pour de nombreux pays sous développés, un problème de santé publique : La journée du 8 mars était l’occasion d’ouvrir le débat sur les causes de la maladie, et sur les moyens d’y faire face.

La fistule est une perte involontaire et inconsciente d’urine. Elle survient à la suite d’un accouchement difficile. On compte dans le monde, plus de 2 millions de personnes affectées. Mais, comme le note le Dr Ouédraogo, gynécologue accoucheur et bon connaisseur du sujet, ce nombre est largement en dessous de la réalité.

En effet, dit-il, les femmes souffrant de fistule sont gagnées le plus souvent par un sentiment de honte. Elles refusent de se joindre aux autres membres de la communauté, dans la mesure où celle-ci a du mal à les accepter. La gêne est permanente pour l’entourage. Reconnaît le praticien , du fait des odeurs d’urine que dégagent constamment les malades.

Mais, renchérit, le Dr Ouédraogo, il est encore plus inacceptable que ce soit la femme seule qui supporte le prix d’un accouchement qu’elle désirait pourtant comme la marque de sa soumission.

Plusieurs facteurs sont avancés comme éléments déclencheurs de la fistule. Tout d’abord il ya l’éloignement des centres de santé. Dans certaines zones, il faut parcourir des centaines de kilomètres pour pouvoir avoir accès à des centres de consultations pré natale. Dans ces conditions, et en l’absence d’un suivi médical tout au long de la grossesse, les risques sont grands au moment de l’accouchement.

Le facteur sus mentionné est accru par la persistance des mariages précoces. Et le Dr Ouédraogo de mentionner le cas d’une patiente de 14 ans, enceinte de son deuxième enfant. Des pratiques, dit-il perçues comme normales par les populations concernées.

Au Burkina, un programme de prise en charge a été mis en place, avec l’appui conjoint de l’OMC et du FNUAP. Il permet de soigner gratuitement, les femmes fistulées. Malheureusement, cette action n’est que résiduelle. Car ce qui pourrait permettre de minimiser l’ampluer du phénomène, c’est le maillage du pays en infrastructures. Et dieu sait que le chemin est encore long à ce niveau.

Juvénal Somé
Lefaso.net

Burkina/Risques d’attentats : Le ministère de la défense (...)
Accident routier au Mali : Une délégation gouvernementale (...)
Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques : (...)
Burkina : Promopharm fait un don de vivres à l’orphelinat (...)
Burkina : La Cour des comptes propose la relecture des (...)
Burkina / Santé : Le système de sécurité incendie de la (...)
Santé : Qu’est-ce que la dysphonie et comment la prévenir (...)
Entreprenariat agricole : Kani Bicaba, un génie agricole (...)
Burkina/Mise en demeure de Moussa Diallo : Les (...)
TECNO a dévoilé un système d’imagerie amélioré par IA à (...)
Burkina/Santé : Une évaluation des actions entreprises (...)
Burkina/Forum africain pour le renouveau économique : La (...)
Nuit de l’excellence de la SOFITEX : La première édition (...)
Burkina : Une femme tuée à coups de machette par son mari (...)
Burkina : De présumés maîtres chanteurs dans les filets de (...)
Burkina/Education : Les activités du projet FASST passés (...)
Burkina/ Rapport annuel 2022 de la Cour des comptes : (...)
Burkina : « Notre pays a besoin d’unité et requiert une (...)
Burkina / Natifs du 29 février : « Enfant, cela me (...)
Industries extractives : Le Burkina obtient un score (...)
Burkina/Secteur de la défense et de la sécurité : Un taux (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 35931


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés