Actualités :: Procès Adama Siguiré vs CGT-B : L’audience reprend ce lundi 4 mars

Adama Siguiré revient à la barre du tribunal correctionnel ce lundi 4 mars 2024, pour répondre des faits de diffamation qui lui sont reprochés par la Confédération générale du travail du Burkina (CGT-B). L’audience de ce jour est la quatrième concernant cette affaire, et les parties sauront finalement si le tribunal surseoira à statuer, conformément à la demande faite par les conseils du prévenu, dès l’entame du procès, à l’audience précédente.

Renvoyé dans un premier temps le 15 janvier pour permettre au dossier d’être jugé le même jour que ceux en citation directe, puis le 29 janvier pour permettre aux avocats nouveaux constitués du prévenu de prendre connaissance du dossier, l’audience du 26 février a permis de débuter les hostilités.

Une vue des personnes présentes à l’audience du 26 février 2024

Toutefois, les débats ne concernent pas encore le fond car, dès l’entame du procès, les conseils du prévenu ont introduit une procédure d’inscription de faux, par rapport à la notification qui a été faite à leur client. En effet, "les citations et notifications sauf dispositions contraires, sont faites par exploit d’huissier."

S’il ne peut le faire, il délègue un huissier assermenté à cet effet. En l’espèce, la notification a été faite par Ousmane Ouagrawa, juriste au cabinet de Me Martin Nikiéma. Par conséquent, l’acte est, des dires des conseils de Adama Siguiré, un faux. Se fondant dans le même temps sur l’article 541-5 du code de procédure pénale, ils ont souhaité que le tribunal surseoie à statuer, ce, jusqu’à ce que la juridiction compétente en la matière se prononce sur le faux.

"Nous n’avons pas peur d’aller au fond. Mais pour la beauté du droit, il fallait qu’avant, nous passions par la forme" Me Ahmed Mamane

La partie civile composée de la CGT-B et de son secrétaire général Moussa Diallo ont rétorqué que cet état de fait n’avait aucun impact sur la nature des faits et qu’en conséquence, le procès devait se poursuivre. Pareil pour le ministère public, qui a toutefois relevé que la procédure n’avait pas été respectée, mais que cela ne vaudrait pas la nullité de l’acte d’huissier. Pour lui, il s’agit juste d’une irrégularité.

"Si l’acte est jugé irrégulier, nous avons toujours la possibilité de reprendre la procédure" Me Prosper Farama

Pour mieux jauger les arguments avancés de part et d’autre, le tribunal a renvoyé l’audience à ce jour 4 mars 2024. Il décidera donc s’il devra oui ou non surseoir à statuer et permettre à la juridiction compétente d’apprécier le faux. Ou si les débats peuvent se poursuivre en toute sérénité.

Erwan Compaoré
Lefaso.net

Burkina : Quatre personnes arrivent décédées en moyenne (...)
Ministère de la justice : Justice moderne et mécanismes (...)
Burkina : Une cour habitée par des déplacés internes (...)
Diocèse de Dédougou : Une messe d’action de grâce referme (...)
TECNO dévoile la série Camon 30 qui change la donne : (...)
Burkina/Mise en place d’un système alimentaire durable à (...)
Burkina : Le président de la délégation spéciale de la (...)
Burkina/Maladie sexuellement transmissible : Les jeunes (...)
Burkina : Trois membres du Conseil constitutionnel en (...)
Burkina/Logements sociaux : La SONATUR lance la (...)
Burkina : Un projet de construction d’une centrale (...)
Résistance aux antimicrobiens dans la chaîne alimentaire (...)
Sortir du régime militaire, gagner la Paix et engager la (...)
Ouagadougou / Vente de fourrage : Une activité qui « (...)
Burkina/ENAM : Bientôt six modules de formation dans le (...)
Conférence de zone locale Ouest 2024 : Les « Jaycees » (...)
Unité de recherche clinique de Nanoro : Un centre de (...)
Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la (...)
Burkina/Aide humanitaire : La ville de Gayéri à nouveau (...)
Conseil constitutionnel : Trois nouveaux membres prêtent (...)
Burkina Faso : L’Association Burkinabè pour le bien-être (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 36414



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés