Actualités :: Journées nationales de la jeunesse catholique : Bobo-Dioulasso abritera la (...)

Les membres du comité d’organisation de la 8e édition des Journées nationales de la jeunesse catholique (JNJC) étaient face à la presse ce samedi 2 mars 2024 à Bobo-Dioulasso. Au cours de cette rencontre avec les professionnels de médias, le comité a décliné les grandes articulations de la prochaine édition des JNJC qui se tiendront dans l’archidiocèse de Bobo-Dioulasso, du 31 juillet au 4 août 2024. La rencontre a été présidée par Monseigneur Paul Yembuaro Ouédraogo.

www.cnjc.com, c’est le nouveau site internet de la Commission épiscopale pour la jeunesse, l’enfance et le sport qui a été lancé officiellement ce samedi 2 mars 2024, au cours de cette conférence de presse. La rencontre a été aussi l’occasion d’ouvrir officiellement les inscriptions pour les JNJC, édition 2024. Lesquelles inscriptions sont possibles sur le nouveau site lancé à cet effet. Pour participer aux JNJC 2024, chaque participant devra débourser la somme de 5000 FCFA, sans les frais de transport pour ceux qui sont hors de la ville de Bobo-Dioulasso. Selon les conférenciers, les 5000 FCFA donnent droit à l’hébergement, la restauration et la participation aux différentes activités durant les cinq jours.

Ces Journées nationales de la jeunesse catholique sont portées par le Conseil national de la jeunesse catholique (CNJC), qui est la grande famille des jeunes de l’Eglise famille de Dieu au Burkina Faso. Il regroupe toutes les organisations de jeunes catholiques reconnues par la Conférence épiscopale et se trouvant sur le territoire national du Burkina Faso. A en croire le président du Conseil national de la jeunesse catholique, Armel Régis Nikiéma, c’est depuis 2018 que le conseil n’a plus eu l’occasion de réunir toute la jeunesse catholique du Burkina Faso, au regard de la situation nationale du pays, mais aussi après l’édition manquée de Dédougou en 2021 à cause de la pandémie de covid-19.

Les participants à la conférence de presse sur les Journées nationales de la jeunesse catholique

Ainsi, six ans après la dernière édition qui a eu lieu à Ouagadougou, c’est la province ecclésiastique de Bobo-Dioulasso, précisément dans l’archidiocèse de Bobo-Dioulasso, qui abritera cette 8e édition. La ville de Sya abritera donc cet évènement majeur 21 ans après, puisque c’est en 2003 qu’elle a accueilli la deuxième édition. « Six ans après la dernière édition, nous voilà de retour. Nous sommes prêts à accueillir les JNJ, prêts à travailler d’arrache-pied pour que cette édition marque une renaissance », a dit le président du CNJC, Armel Régis Nikiéma. A l’en croire, ces journées seront dans le registre de la résilience et dans une dynamique de contribuer à accroitre le vivre-ensemble des populations. D’où le thème : « Marchons Ensemble ! ».

Selon les conférenciers, cette édition sera particulière en ce sens que les JNJ se déroulent dans un contexte jubilaire. En effet, elles marquent les 25 ans du Conseil national de la jeunesse catholique. Pour ce rendez-vous à Bobo-Dioulasso, 10 000 jeunes sont attendus. Ces jeunes viendront des quinze diocèses que compte le Burkina Faso. Et pour que le mot « ensemble » du thème trouve son sens, le conseil a invité les jeunes des autres confessions religieuses. Par ailleurs, des jeunes en provenance d’autres pays d’Afrique et d’autres continents à savoir des jeunes d’Europe et d’Asie sont attendus. Les participants seront accompagnés par les évêques de la Conférence épiscopale Burkina-Niger, les prêtres, les religieux et religieuses qui auront en charge les enseignements et programmes spirituels.

Les innovations de la 8e édition

Ces journées seront ponctuées par plusieurs activités dont des « catéchèses rise-up », des « workshops », une soirée d’adoration et de prières pour le Burkina, des visites touristiques, un grand concert, etc. Pour le comité, les innovations de cette édition résident à plusieurs niveaux. « Dans le programme, nous avons plusieurs innovations. Déjà les inscriptions se feront désormais 100% en ligne, nous avons aussi les heures SPI avec des communautés, les catéchèses rise-up vécues aux Journées mondiales de la jeunesse, le système formalisé des volontaires pour les services », a confié Armel Nikiéma. Tout en invitant les jeunes à une forte mobilisation pour ces JNJC, il a lancé un appel à soutien à l’endroit de toutes les personnes de bonnes volontés.

« Une telle activité de masse nécessite beaucoup de moyens humains, logistiques et financiers. Alors je lance un appel à tous les potentiels partenaires sociaux, techniques et financiers, ainsi qu’à toutes les personnes de bonne volonté qui souhaitent nous venir en aide. En effet, 5000 francs pour un séjour de 5 jours tenant lieu de couvrir la restauration, l’hébergement et le kit du pèlerin, n’est pas évident, je vous laisse imaginer le manque à gagner pour 10 000 jeunes attendus. A tous les potentiels partenaires, n’ayez pas peur de nous faire confiance », a-t-il lancé.

La photo de famille à l’issue de la conférence de presse

Présent à cette conférence de presse, l’archevêque de Bobo-Dioulasso, Mgr Paul Ouédraogo, a rappelé l’historique des Journées nationales de la jeunesse catholique avant d’inviter les jeunes à s’approprier ces journées. A l’en croire, ces journées se tiennent tous les trois ans au Burkina Faso et ce, depuis l’an 2000 où la première édition a eu lieu à Ouagadougou.

« Ces journées sont les fruits de cette initiative merveilleuse et lumineuse que le pape Jean-Paul II a eue en 1980, en convoquant les Journées mondiales de la jeunesse pour offrir aux jeunes, un cadre de rencontre, d’échanges pour stimuler leur foi, leur engagement et leur participation à la vie de l’église et à la transformation de la société. Les jeunes ont toujours été mordus par les JMJ au point que le pape Jean-Paul Il était désigné comme le pape des jeunes. Les successeurs du Saint pape Jean-Paul II (Benoît XVI et François) ont continué de faire des Journées mondiales de la jeunesse, un lieu favori de rencontre pastorale entre eux et les jeunes du monde », a-t-il expliqué.

Les Journées mondiales de la jeunesse ne pouvant regrouper que quelques délégués par pays, le pape avait déjà souhaité et suggéré que, dans les différentes églises locales, soient organisées de telles rencontres qui permettraient de toucher plus de jeunes au niveau de la base. Ainsi ont vu le jour, les JNJ. Ces journées sont une opportunité pour les jeunes de se retrouver autour de leurs Pères-évêques et de leurs pasteurs pour approfondir leur foi et discerner leur vocation particulière : participer à la vitalité de l’église et transformer leur société en un havre de justice et de paix.

Face à la situation sécuritaire du pays, Mgr Paul Ouédraogo invite chacun à la vigilance, à l’attention et en même temps les encourage pour une mobilisation sans pareil qui, dit-il, ravive « notre résilience à tous et notre espérance ». Après avoir lancé officiellement le site web, Mgr Paul Ouédraogo a été la première personne à s’inscrire sur la plateforme. A travers cet acte, il lance officiellement l’ouverture des inscriptions pour ces JNJC, édition 2024 à Bobo-Dioulasso.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Burkina : Quatre personnes arrivent décédées en moyenne (...)
Ministère de la justice : Justice moderne et mécanismes (...)
Burkina : Une cour habitée par des déplacés internes (...)
Diocèse de Dédougou : Une messe d’action de grâce referme (...)
TECNO dévoile la série Camon 30 qui change la donne : (...)
Burkina/Mise en place d’un système alimentaire durable à (...)
Burkina : Le président de la délégation spéciale de la (...)
Burkina/Maladie sexuellement transmissible : Les jeunes (...)
Burkina : Trois membres du Conseil constitutionnel en (...)
Burkina/Logements sociaux : La SONATUR lance la (...)
Burkina : Un projet de construction d’une centrale (...)
Résistance aux antimicrobiens dans la chaîne alimentaire (...)
Sortir du régime militaire, gagner la Paix et engager la (...)
Ouagadougou / Vente de fourrage : Une activité qui « (...)
Burkina/ENAM : Bientôt six modules de formation dans le (...)
Conférence de zone locale Ouest 2024 : Les « Jaycees » (...)
Unité de recherche clinique de Nanoro : Un centre de (...)
Dédougou : Une conférence de presse de soutien à la (...)
Burkina/Aide humanitaire : La ville de Gayéri à nouveau (...)
Conseil constitutionnel : Trois nouveaux membres prêtent (...)
Burkina Faso : L’Association Burkinabè pour le bien-être (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 36414



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés