Actualités :: Diversification alimentaire du bébé : La diététicienne Yasmine Zerbo donne (...)

L’introduction d’une diversification alimentaire marque une nouvelle étape dans le développement de l’enfant. Ce passage de l’allaitement exclusif à l’introduction d’aliments solides ouvre la porte à un monde de saveurs, de textures et de nutriments essentiels. Dans cet article, la diététicienne et nutritionniste Yasmine Zerbo propose des conseils pratiques pour guider les parents dans cette transition nutritionnelle.

Une journée type pour un bébé de 6 mois

Petit-déjeuner : lait maternel ou un biberon de lait de suite (lait 2e âge) avec 3 à 4 cuillères à café de céréales infantiles.

Déjeuner : 2 à 3 cuillères à café d’une purée de légumes suivie du biberon de lait maternel ou lait de suite.

Goûter : lait maternel ou biberon de lait de suite

Dîner : 2 à 3 cuillères à café de compote et biberon de lait de suite (ou sein).

Si l’enfant prend 4 biberons par jour, ils peuvent faire entre 150 et 200 ml de lait. Il vous fera comprendre si les quantités sont adaptées à sa faim.

Une journée type pour un bébé de 7 mois

Petit-déjeuner : lait maternel ou un biberon de lait de suite avec 3 à 4 cuillères à café de farines infantiles
Déjeuner : une purée de légumes ou un petit pot de légumes avec une cuillère à café de viande ou poisson mixés. Finir le repas avec une petite compote ou un fruit cru bien mûr et mixé, si besoin est.

Goûter : lait maternel ou biberon de lait de suite.

Dîner : une purée de légumes. Pas de viande, ni poisson ni œuf (il les a eus au déjeuner). Terminer par une petite compote ou un fruit frais mixé. Si l’enfant tient à son biberon du soir, on peut lui en donner une petite quantité.

Concernant les volumes de lait dans les biberons, si l’enfant n’en prend que deux (l’un au petit-déjeuner et l’autre au goûter), ils peuvent être un peu volumineux : compter 200 à 250 ml par biberon.

De plus votre enfant a besoin d’au moins 500 ml de lait infantile par jour (ou de lait maternel) ; ce volume est nécessaire pour couvrir 70% de ses besoins nutritionnels. En effet, les autres aliments sont en trop petites quantités pour représenter un apport nutritionnel significatif. Ils sont surtout là pour l’éveil aux goûts et aux saveurs.

Les pièges à éviter pour réussir la diversification alimentaire de bébé

 Eviter de diversifier trop tôt

Jusqu’à 6 mois, le lait maternel (idéalement) ou le lait premier âge sont adaptés à la physiologie du tout-petit et couvrent parfaitement ses besoins. Avant cet âge, il est inutile de donner à un nourrisson une autre nourriture que le lait maternel.

Comme son appareil digestif et la barrière immunitaire intestinale sont immatures, le risque de sensibilisation aux principaux allergènes alimentaires est réel. Le danger est plus grand encore si le tout-petit présente un terrain atypique, c’est-à-dire s’il souffre d’eczéma ou si l’un de ses deux parents est allergique.

De plus, la coordination musculaire qui permet à la langue de faire passer les aliments de l’avant à l’arrière de la bouche n’est pas encore parfaite. Le bébé repousse vigoureusement avec sa langue les aliments solides ou pâteux.

Pour toutes ces raisons, les médecins recommandent de commencer à diversifier les aliments vers 5 mois. Pour un tout-petit ayant un terrain allergique, cette étape est repoussée à 6 mois révolus.

 Ne pas abandonner le lait maternel trop vite

Introduire des aliments solides dans les repas de votre tout-petit ne signifie pas diminuer de façon drastique l’apport du lait ou, chose courante, abandonner le lait maternel de suite pour le lait commercial. Une étape qui, d’après les pédiatres, se fait en général beaucoup trop tôt, vers 7 mois et demi en moyenne. Les laits de suite et de croissance ont de vrais atouts : ils contiennent des protéines, du lactose, des acides gras essentiels, des vitamines, du fer.

Au moment de la diversification alimentaire, la ration quotidienne de lait de suite doit être d’au moins 500 à 600 ml jusqu’à l’âge de 1 an sous peine de diminuer la ration énergétique du bébé et de l’exposer à un manque de calcium. Autant de raisons qui expliquent que les spécialistes recommandent les laits de croissance jusqu’à l’âge de 3 ans.

 Ne pas donner trop de protéines animales

Elles sont réputées pour être les « bâtisseuses » d’organisme et donner de la force. Résultat, les mamans ont tendance à augmenter les rations de leur tout-petit, or, des quantités trop importantes de viande, de poisson ou d’œuf apportent trop de protéines. C’est un facteur de déséquilibre qui pourrait favoriser ultérieurement des problèmes de poids.

La viande, l’œuf ou le poisson doivent rester des compléments (pas plus de 10 grammes par jour à 8 mois) et non devenir l’essentiel de son repas. Un demi-litre quotidien de lait de suite assure la quasi-totalité des besoins en protéines de votre enfant.

 Eviter de proposer trop de sucre

Tous les enfants ont une attirance innée pour la saveur sucrée. Pendant leur première année, mieux vaut les habituer aux aliments qui n’en contiennent pas ou peu (fruits exceptés). En effet, l’excès de sucre prédispose aux caries et à la prise de poids.

Evitez les jus de fruits et les laitages aromatisés-sucrés du commerce. Si vous donnez à votre tout-petit une demi-banane écrasée, n’ajoutez pas de sucre !

Sucrez très peu les compotes maison

 Commencer par les farines de céréales

Pour les bébés qui ont un gros appétit, les farines de céréales représentent un petit supplément énergétique préférable à une augmentation du volume de lait pouvant occasionner des reflux. A partir de 6 mois, vous pouvez utiliser les farines sans gluten (une protéine susceptible d’être mal tolérée) à base de riz ou de maïs. Pour éviter tout risque d’allergie, les farines avec gluten - blé, orge, avoine - ne seront introduites qu’après l’âge de 1 an. Les céréales infantiles constituent un petit déjeuner complet et équilibré. C’est idéal pour habituer le tout-petit à faire un vrai repas le matin. Lire la suite

Propose de Yasmine Zerbo recueillis par Hanifa Koussoubé
Lefaso.net

Burkina/Recherche scientifique : « On travaille sur le (...)
Burkina/Insecurité : Après le ravitaillement de Djibo, un (...)
Burkina/Justice : 36 mois de prison dont 18 ferme pour (...)
Burkina : Les avocats persistent pour la libération de (...)
Burkina/Justice : Le Mouvement SENS ravi de l’avis du (...)
Salubrité au quartier Silmiyiri de Ouagadougou : Les (...)
Burkina / Insécurité : La commune de Kantchari a été (...)
Koudougou : Le ministère des Infrastructures outille les (...)
Fête du Ramadan 2024 : Des prières recommandées à Dédougou (...)
Burkina : Vaccination de routine contre quatorze (...)
Burkina/Politique nationale de développement : Les (...)
Bobo-Dioulasso : Lancement des activités additionnelles (...)
Infrastructures : Des journalistes sur la rocade de (...)
Burkina : La ville de Djibo ravitaillée
Vaccination de routine : : 14 vaccinations (Dioula)
Burkina : La plateforme ePhyto pour une délivrance (...)
Burkina : L’Association burkinabè des consommateurs de (...)
Burkina/Système de santé : Les directeurs régionaux en (...)
Burkina : 215 767 ménages pauvres et personnes (...)
Burkina/Travail des enfants : 31,9% des enfants (...)
Santé/Alimentation : Ces aliments qui boostent la (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 36393



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés