Actualités :: Koupéla (Centre-Est) : Environ 200 élèves sensibilisés à la gestion de l’eau et (...)

Environ 200 élèves venus de onze établissements d’enseignement secondaire du privé et du public ont été sensibilisés à la gestion rationnelle des ressources naturelles. L’activité a lieu ce samedi 10 février 2024 à Koupéla, chef-lieu de la province du Kouritenga, dans la région du Centre-est. Cette initiative entre dans le cadre du programme de coopération entre le Burkina et la Belgique, à travers le Portefeuille thématique climat Sahel - volet Burkina Faso (PTCS-BFA)

Développée depuis une vingtaine d’années au Burkina Faso, l’approche Gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) reste méconnue d’une certaine frange de la population, en particulier les jeunes. Au regard de la nécessité d’informer et de former la jeunesse, notamment les scolaires, sur les problématiques liées à la gestion durable des ressources en eau, le Parlement national de la jeunesse burkinabè pour l’eau (PNJBE) a tenu une assemblée générale constitutive de la cellule GIRE multi-établissements secondaires.

La mise en place de cette cellule vise à faire des jeunes scolaires, des ambassadeurs de la GIRE en vue de les responsabiliser au sein de leurs différentes communautés. À cet effet, les élèves ont été dans un premier temps outillés par un expert en la matière. De la définition de l’eau, à son importance pour la société, jusqu’aux menaces qui minent son existence, le communicateur s’est montré pédagogue. « Ce qui constitue une menace pour l’eau se résume aux mauvaises pratiques des populations qui tendent à la polluer et à détruire la biodiversité », a affirmé le directeur de la prospective à la direction générale de l’Agence de l’eau du Gourma, Dorokah Hien.

« Nous avons inculqué aux élèves cette approche que le Burkina a adoptée depuis les années 2000, afin de pérenniser la ressource en eau », Dorokah Hien, directeur de la prospective à l’Agence de l’eau du Gourma.

Des jeunes engagés pour une bonne gestion de l’eau

Face aux ressources en eau qui s’amenuisent, monsieur Hien a fourni aux apprenants des outils qui permettent d’avoir des comportements éco-citoyens. « Nous avons vu avec les élèves comment protéger cette ressource fragile et limitée, confrontée à la pression démographique et aux changements climatiques. Étant de futurs leaders, nous pensons que si les jeunes s’approprient la gestion durable des ressources en eau, c’est sûr qu’ils seront des décideurs qui mettront l’eau au premier plan de leurs actions », a-t-il soutenu.

Les élèves ont activement participé à cette session de formation, répondant aux différentes questions qui leur ont été adressées. « J’ai appris qu’en tant que jeunes, nous devons avoir une attitude responsable et rationnelle dans la gestion de l’eau qui se fait rare dans notre pays. Pour ce faire, il nous a été recommandé d’éviter de jeter les sachets et autres ordures dans la nature », a déclaré Emmanuel Bama, élève au lycée municipal de Koupéla.

« Face aux aléas climatiques, il est de mon devoir, en tant que bâtisseur de demain, de contribuer à préserver nos ressources naturelles comme l’eau », Emmanuel Bama, élève au lycée municipal de Koupéla.

Le Portefeuille thématique climat Sahel - volet Burkina Faso (PTCS-BFA) mis en oeuvre par l’Agence belge de développement (Enabel) est financé par le Royaume de Belgique à hauteur de 11,5 millions d’euros, soit plus de 7 milliards de francs CFA, sur cinq ans (2022-2026). Il vise à améliorer la gestion intégrée des ressources naturelles et à restaurer de manière durable les écosystèmes du Sahel.

L’objectif principal du PTCS-BFA est de lutter contre la désertification et les conséquences néfastes des changements climatiques, tout en renforçant la résilience des populations sahéliennes. Dans cette perspective, Enabel finance le Projet de mise en place et d’opérationnalisation des cellules GIRE au sein des établissements publics et privés d’enseignement secondaire (PMPOC-GIRE).

« Une cellule GIRE est un bureau constitué de douze membres élus par les élèves eux-mêmes », Jean Damas Rouamba, représentant du Parlement national de la jeunesse burkinabè pour l’eau (PNJBE).

À l’issue de la session d’information et de formation sur l’or bleu, une cellule GIRE a été mise en place. Elle va être présidée par Faride Ouédraogo, élu par ses camarades. Pour un plus grand impact, le Parlement national de la jeunesse burkinabè pour l’eau (PNJBE) se fait assister par les autorités locales en charge de l’enseignement.

« Depuis une année, le PNJBE m’a approché pour organiser des séances de sensibilisations au profit des jeunes sur la gestion rationnelle de l’eau. Ce que j’ai trouvé très pertinent, car nous sommes souvent confrontés à l’indisponibilité de l’eau dans la province du Kouritenga, dès le mois de mars », a indiqué Dieudonné Bélemsiguiré, directeur provincial des enseignements post-primaire et secondaire du Kouritenga.

« Mon rôle est de sensibiliser les chefs d’établissement afin de bien encadrer les élèves dans cette vision », Dieudonné Bélemsiguiré, directeur provincial des enseignements post-primaire et secondaire de la province du Kouritenga.

Forger des citoyens responsables

Ce projet novateur couvre treize communes réparties entre les régions du Centre-Est, du Centre-Nord et du Plateau central. Son objectif est de sensibiliser et d’impliquer activement les établissements d’enseignement secondaire dans la gestion rationnelle des ressources en eau et la préservation des écosystèmes locaux.

L’implication des établissements d’enseignement secondaire revêt une importance particulière, car elle permet de sensibiliser et de former les jeunes générations aux enjeux environnementaux et climatiques. En les intégrant activement dans la gestion des ressources naturelles, le projet PMPOC-GIRE contribue à forger des citoyens responsables et engagés dans la préservation de leur patrimoine environnemental.
En vue d’atteindre les résultats escomptés, le PNJBE entend former davantage les membres élus de la cellule et élaborer en tandem un plan d’action. Cela, en identifiant les problématiques liées à la gestion des ressources en eau dans les différentes communautés auxquelles appartiennent les membres de la cellule GIRE.

Hamed NANÉMA
Lefaso.net

Burkina / Santé communautaire : La stratégie nationale (...)
Burkina : « Il serait bon que tous ceux qui sont (...)
Koudougou / Conduite de taxi-moto : Plusieurs jeunes en (...)
Burkina/ Gestion des risques agricoles : L’AP/SFD-BF (...)
Ouagadougou : La Coordination Nationale de Lutte contre (...)
Burkina : Le syndicat des inspecteurs de l’enseignement (...)
Burkina : Le tableau de bord du commerce et des marchés (...)
Ouagadougou : Des voleurs appréhendés au quartier (...)
Burkina : 1 295 structures éducatives ont rouvert à la (...)
Ouagadougou : Poko libérée d’une grosse tumeur du nez (...)
Burkina : Les limites d’âge pour l’admission à la retraite (...)
Burkina : Quatre personnes arrivent décédées en moyenne (...)
Ministère de la justice : Justice moderne et mécanismes (...)
Burkina : Une cour habitée par des déplacés internes (...)
Burkina/Maladie sexuellement transmissible : Les jeunes (...)
Diocèse de Dédougou : Une messe d’action de grâce referme (...)
TECNO dévoile la série Camon 30 qui change la donne : (...)
Burkina/Mise en place d’un système alimentaire durable à (...)
Burkina : Le président de la délégation spéciale de la (...)
Burkina : Un projet de construction d’une centrale (...)
Burkina : Trois membres du Conseil constitutionnel en (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 36435



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés