Actualités :: Burkina/Lutte contre le terrorisme : Une stratégie nationale de sécurité (...)

Après l’adoption de la politique de sécurité nationale en mars 2023, le Burkina Faso va se doter d’une Stratégie nationale de sécurité intérieure (SNSI) 2024-2028. Le lancement officiel des travaux d’élaboration de cette stratégie nationale a eu lieu ce vendredi 9 février 2024 à Ouagadougou, sous la présidence d’Émile Zerbo, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité (MATDS), représenté par son secrétaire général.

Depuis 2015, le Burkina Faso fait face à une situation sécuritaire fortement dégradée dans certaines localités avec des conséquences dramatiques au plan humanitaire et social. En effet, selon le ministère en charge de la sécurité, le pays est devenu, à l’instar de ses voisins du Mali et du Niger, une cible majeure d’attaques des groupes armés terroristes. Ces derniers, répandus dans l’espace sahélien menacent les fondements existentiels des différents Etats. Les différentes attaques ont provoqué l’émergence d’autres défis sécuritaires internes tels que les conflits communautaires, les déplacements massifs de populations fuyant l’insécurité, la fermeture de nombreuses structures étatiques, le développement de la criminalité transnationale organisée, et l’aggravation des conditions de vie précaires des populations des zones affectées.

Les participants à cet atelier d’élaboration de la SNSI

Face à la situation, le gouvernement burkinabè déploie d’énormes efforts afin de restaurer l’intégrité territoriale à travers notamment les actions de renforcement des capacités opérationnelles des forces de défense et de sécurité ainsi que la réorganisation des unités opérationnelles. Cependant, malgré ces efforts, des réformes plus stratégiques méritent d’être engagées afin d’apporter une réponse plus holistique et inscrire les options de lutte dans la durée.

C’est dans ce sens que le gouvernement burkinabè a entrepris un processus de réforme du secteur de la sécurité conformément aux conclusions du forum national sur la sécurité, tenu du 24 au 26 octobre 2017. Ce processus de réforme a permis l’adoption en mars 2023 de la Politique de sécurité nationale (PSN) avec une vision centrée sur la sécurité humaine et qui devra permettre aux institutions sécuritaires de faire efficacement face aux menaces récentes, émergeantes et à venir.

Edgar Sié Sou, secrétaire général du MATDS, représentant le ministre à cet atelier d’élaboration de la SNSI

Cette PSN, pour son opérationnalisation, devra être soutenue par des stratégies spécifiques et sectorielles ainsi que de nouveaux textes législatifs et règlementaires. Parmi ces documents, figure en bonne place la stratégie de sécurité intérieure.
Selon Edgar Sié Sou, secrétaire général du MATDS, représentant le ministre, l’atelier de ce matin qui marque le lancement du processus vise à informer et à mobiliser toutes les énergies et les parties prenantes afin de disposer d’un document de qualité. De façon spécifique, l’atelier permettra de se familiariser avec la PSN et l’architecture générale de la sécurité nationale, de valider toutes les étapes du processus notamment la méthodologie à utiliser, le calendrier, les livrables et l’ensemble des ressources nécessaires et d’échanger sur le rôle des membres du comité d’élaboration.

Véritable boussole pour les acteurs de la sécurité intérieure, la stratégie de sécurité intérieure en élaboration devrait rencontrer l’adhésion de tous et asseoir les bases d’un nouveau départ dans le secteur, selon Edgar Sié Sou, secrétaire général du MATDS.

Le général de brigade Barthélémy Simporé, directeur général du Centre national d’études stratégiques (CNES)

Le général de brigade Barthélémy Simporé, directeur général du Centre national d’études stratégiques (CNES) et le secrétaire général de la défense nationale, le colonel-major Ousmane Traoré vont animer deux communications axées sur l’architecture générale sur la sécurité et la politique nationale de sécurité.
Ce document cadre va doter les acteurs de la sécurité intérieure, d’un référentiel majeur afin de faire face à l’hydre terroriste et son lot de conséquences.

L’élaboration de cette Stratégie nationale de sécurité intérieure (SNSI) est soutenue par le Programme des nations unies pour le développement (PNUD) à travers le projet « Appui stratégique à la réforme du secteur de la sécurité, Phase II (RSSII) ». Henri Mashagiro a représenté le représentant résident du PNUD au Burkina Faso à cet atelier.

Le secrétaire général de la défense nationale, le colonel-major Ousmane Traoré

A en croire Henri Mashagiro, la mise en œuvre de la SNSI contribuera à l’amélioration de la sécurité des populations et des institutions. Il soutient que l’élaboration de cette stratégie ainsi que sa mise en œuvre contribueront également à l’atteinte de l’ODD 16 « Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes aux fins du développement durable, assurer à tous l’accès à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous » et de l’ODD 5 « Parvenir à l’égalité des sexes et à l’autonomisation de toutes les femmes et les filles ».

Henri Mashagiro espère que les documents qui seront élaborés au sortir de ces travaux « appréhendent de manière holistique, les problématiques de l’efficacité des institutions de sécurité intérieure, de gouvernance axée sur l’élimination des inégalités et des disparités entre les hommes et les femmes dans le secteur de la sécurité et de promotion et de protection des droits humains ».

Henri Mashagiro, émissaire du représentant résident du PNUD au Burkina Faso à cet atelier d’élaboration de la SNSI

Une condition qui selon lui, contribuera à la réalisation de la vision de la politique nationale de sécurité qui est de « Faire du Burkina Faso à l’horizon 2050, une nation paisible, stable, unie et prospère, qui garantit une protection optimale de ses intérêts fondamentaux, assure la sécurité de ses institutions et promeut la sécurité humaine de ses citoyens ».

Mamadou ZONGO
Lefaso.net

Burkina : « Il serait bon que tous ceux qui sont (...)
Koudougou / Conduite de taxi-moto : Plusieurs jeunes en (...)
Burkina/ Gestion des risques agricoles : L’AP/SFD-BF (...)
Ouagadougou : La Coordination Nationale de Lutte contre (...)
Burkina : Le syndicat des inspecteurs de l’enseignement (...)
Burkina : Le tableau de bord du commerce et des marchés (...)
Ouagadougou : Des voleurs appréhendés au quartier (...)
Burkina : 1 295 structures éducatives ont rouvert à la (...)
Ouagadougou : Poko libérée d’une grosse tumeur du nez (...)
Burkina : Les limites d’âge pour l’admission à la retraite (...)
Burkina : Quatre personnes arrivent décédées en moyenne (...)
Ministère de la justice : Justice moderne et mécanismes (...)
Burkina : Une cour habitée par des déplacés internes (...)
Burkina/Maladie sexuellement transmissible : Les jeunes (...)
Diocèse de Dédougou : Une messe d’action de grâce referme (...)
TECNO dévoile la série Camon 30 qui change la donne : (...)
Burkina/Mise en place d’un système alimentaire durable à (...)
Burkina : Le président de la délégation spéciale de la (...)
Burkina : Un projet de construction d’une centrale (...)
Burkina : Trois membres du Conseil constitutionnel en (...)
Burkina/Logements sociaux : La SONATUR lance la (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 36435



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés