Actualités :: Burkina / Entrepreneuriat : Sandya Paré, une étudiante entrepreneur dans le (...)

De plus en plus on trouve dans les marchés du Burkina, du fonio et du zamnè précuit. Un système mis en place par certaines commerçantes pour pouvoir faciliter la cuisson lors de la préparation des mets. Zoom sur Sandya Paré, étudiante et également transformatrice dans le domaine du fonio, du bassi et du zamnè précuit.

Âgée de 25 ans, cette jeune étudiante s’est lancée dans le domaine du fonio, du zamnè et du bassi précuit par passion et dans le but de faciliter la cuisine aux mamans.

« Je suis dans la transformation de produits locaux comme le fonio précuit, du bassi précuit, du zamnè précuit, du couscous, de grumeaux de petit mil pour le deguê et aussi pour la bouillie et du soumbala.

Comme toute entrepreneure débutante l’idée vient des parents surtout pour ceux qui ont des parents qui ont vécu dans les villages. J’ai débuté avec ma mère parce qu’elle est dans la transformation c’est elle qui fait d’ailleurs le couscous jaune et les grumeaux ».

Sandya Paré, transformatrice du fonio précuit

Pour Sandya Paré, le zamnè non précuit par exemple est très difficile à préparer.

« Pour obtenir le zamnè précuit il faut triller pour enlever ce qui n’est pas bon comme les cailloux, bien laver et mettre beaucoup d’eau dans une marmite au feu et laisser bouillir, mettre le zamnè et ajouter beaucoup la potasse », a-t-elle expliqué.

En ce qui concerne le fonio selon Sandya Paré elle prend son fonio brut à Bomborokuy un département et une commune rurale située dans la province de la Kossi.

« Le fonio d’abord il faut le passer au moulin, du moulin il faut laver et étaler pour faire sécher.

Après cela il faut faire passer à la vapeur pour avoir le fonio précuit », précise-t-elle.

A l’entendre, l’idée du bassi est venu quand une de ses amies lui avait demandé de lui faire du bassi pour envoyer à l’internat.

« C’est elle qui m’a poussé à savoir que au lieu de tout le temps faire le bassi pour d’autres personnes que je pouvais le valoriser dans les emballages » a indiqué Sandya Paré.

Selon Imelda Traoré une cliente de Sandya Paré, le travail est impeccable et elle est satisfaite à chaque fois qu’elle paye le fonio précuit.

« Le fonio précuit que madame Paré vend est très bon. C’est bien lavé ce n’est pas le genre de fonio précuit que tu payes il y a beaucoup de cailloux dedans. Quand tu payes le fonio précuit c’est très facile à préparer par rapport au fonio brut », a laissé entendre Imelda Traoré cliente.

Comme dans tout métier Sandya Paré avoue avoir fait face à plusieurs difficultés parmi lesquelles la lenteur du marché.

« Souvent on a des difficultés à trouver certains produits avec l’insécurité parce que qu’il y a certaines zones qui sont inaccessibles surtout là où on pouvait avoir le fonio brut en quantité.

Il y a le manque de financement souvent on veut prendre un grand stock de fonio de zamnè mais on n’a pas les fonds nécessaires, vu que je suis étudiante je fais avec les moyens de bord », a fait savoir Sandya Paré.

Pour celles qui veulent se lancer dans l’entrepreneuriat Sandya Paré les invite à toujours se faire confiance.

Il ne faut pas attendre que l’on vous donne des financements pour se lancer dans un projet. Il faut toujours avoir confiance en ce que l’on fait et ne pas se laisser distraire par son entourage ni ses amis », a exprimé Sandya Paré.

Carine Daramkoum
Lefaso.net

Burkina/Recherche scientifique : « On travaille sur le (...)
Burkina/Insecurité : Après le ravitaillement de Djibo, un (...)
Burkina/Justice : 36 mois de prison dont 18 ferme pour (...)
Burkina : Les avocats persistent pour la libération de (...)
Burkina/Justice : Le Mouvement SENS ravi de l’avis du (...)
Salubrité au quartier Silmiyiri de Ouagadougou : Les (...)
Burkina / Insécurité : La commune de Kantchari a été (...)
Koudougou : Le ministère des Infrastructures outille les (...)
Fête du Ramadan 2024 : Des prières recommandées à Dédougou (...)
Burkina : Vaccination de routine contre quatorze (...)
Burkina/Politique nationale de développement : Les (...)
Bobo-Dioulasso : Lancement des activités additionnelles (...)
Infrastructures : Des journalistes sur la rocade de (...)
Burkina : La ville de Djibo ravitaillée
Vaccination de routine : : 14 vaccinations (Dioula)
Burkina : La plateforme ePhyto pour une délivrance (...)
Burkina : L’Association burkinabè des consommateurs de (...)
Burkina/Système de santé : Les directeurs régionaux en (...)
Burkina : 215 767 ménages pauvres et personnes (...)
Burkina/Travail des enfants : 31,9% des enfants (...)
Santé/Alimentation : Ces aliments qui boostent la (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 36393



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés