Actualités :: Centre national de transfusion sanguine : Un nouveau plan stratégique pour (...)

Ce mardi 6 février 2024 se tient à Ouagadougou, un atelier de validation du plan stratégique de transfusion sanguine 2024-2028. Ce plan servira de boussole au Centre national de transfusion sanguine (CNTS) au cours des cinq ans, dans la mise en œuvre de ses activités.

L’un des résultats fixés par le Plan national de développement sanitaire (PNDS) 2021-2025, c’est que « les produits de santé de qualité y compris les produits sanguins labiles et les produits de la pharmacopée traditionnelle soient disponibles ». Afin de contribuer à l’atteinte des résultats du PNDS, le Centre national de transfusion sanguine, seul opérateur du sang au Burkina Faso, élabore périodiquement des plans stratégiques. Le dernier en date est arrivé à échéance en 2020. Il couvrait la période 2017-2020 avec pour objectif de renforcer la couverture des besoins en produits sanguins de qualité sur toute l’étendue du territoire national ». Suite à l’évaluation de ce dernier plan, le Centre national de transfusion sanguine a entrepris l’élaboration d’un nouveau plan stratégique qui doit couvrir la période 2024-2028.

Les participants vont analyser le document et faire des recommandations pour améliorer le plan stratégique.

Ce nouveau plan a été élaboré par un consultant sous la supervision de l’équipe du CNTS et en collaboration avec l’ensemble des parties prenantes. C’est ce document qui est soumis à validation ce 6 février 2024 au cours de cet atelier. Cette rencontre sera ainsi le lieu de présenter l’analyse situationnelle du système transfusionnel, de présenter les grands axes stratégiques, ainsi que les activités à mettre en œuvre au cours des trois premières années et de requérir les apports et recommandations pour améliorer le document.

Dr Alice Kiba/ Koumaré, directrice générale du CNTS souligne que le nouveau plan stratégique intègre des innovations.

Selon la directrice générale du CNTS, Dr Alice Kiba/ Koumaré, le nouveau plan stratégique qui a un coût global d’environ 42 milliards de F CFA, comprend quatre axes stratégiques dont le premier concerne l’amélioration de la production des produits sanguins labiles. Les autres axes concernent le renforcement en ressource humaine, la gouvernance et le leadership et la mobilisation des ressources. « Ces différents axes vont nous permettre d’aboutir à une amélioration de la disponibilité des produits sanguins in fine dans les hôpitaux », a déclaré Dr Kiba. Elle souligne également que le nouveau plan stratégique intègre des innovations, dont la mobilisation communautaire. « Dans ce plan stratégique, nous envisageons de responsabiliser les infirmiers chefs de poste. Nous ne voulons pas rester seulement dans les grandes villes, mais aller dans les villages à travers l’intervention des infirmiers chefs de poste pour nous aider dans la mobilisation des donneurs de sang », a laissé entendre la directrice générale du CNTS. Le Centre national de transfusion sanguine travaillera également à couvrir l’ensemble du pays, parce que jusqu’à présent, trois régions ne disposent pas de centre régional de transfusion sanguine. Il s’agit de Ziniaré, Banfora et Manga.

Aminata Nana, représentant le secrétaire général du ministère de la Santé, salue la prise en compte de la situation sécuritaire dans le nouveau plan stratégique.

Pour les zones à fort défis sécuritaires, la directrice générale assure qu’avec l’accompagnement des forces de défense et de sécurité, ses équipes se déplacent en hélicoptère, font la collecte et le traitement des produits sanguins pour les mettre à la disposition des populations. A travers toutes ces innovations, le CNTS espère augmenter le taux de couverture en produits sanguins, qui oscille actuellement entre 85 à 87%.

Photo de famille.

Rose Diasso, qui a représenté l’OMS à l’atelier, a souligné que l’organisation se tiendra toujours aux côtés du CNTS pour l’atteinte de ses objectifs. « L’OMS est toujours aux côtés du CNTS pour l’accompagner, mobiliser les ressources et fournir l’appui technique indispensable pour la mise en œuvre de ce plan », a-t-elle déclaré.
Aminata Nana, chargée de mission, représentant le secrétaire général du ministère de la Santé et de l’hygiène publique a rappelé que les produits sanguins labiles ne sont pas toujours disponibles, surtout dans les zones à forts défis sécuritaires. C’est pourquoi elle salue la prise en compte de cette donne dans le nouveau plan stratégique du CNTS 2024-2028.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Burkina / Santé communautaire : La stratégie nationale (...)
Burkina : « Il serait bon que tous ceux qui sont (...)
Koudougou / Conduite de taxi-moto : Plusieurs jeunes en (...)
Burkina/ Gestion des risques agricoles : L’AP/SFD-BF (...)
Ouagadougou : La Coordination Nationale de Lutte contre (...)
Burkina : Le syndicat des inspecteurs de l’enseignement (...)
Burkina : Le tableau de bord du commerce et des marchés (...)
Ouagadougou : Des voleurs appréhendés au quartier (...)
Burkina : 1 295 structures éducatives ont rouvert à la (...)
Ouagadougou : Poko libérée d’une grosse tumeur du nez (...)
Burkina : Les limites d’âge pour l’admission à la retraite (...)
Burkina : Quatre personnes arrivent décédées en moyenne (...)
Ministère de la justice : Justice moderne et mécanismes (...)
Burkina : Une cour habitée par des déplacés internes (...)
Burkina/Maladie sexuellement transmissible : Les jeunes (...)
Diocèse de Dédougou : Une messe d’action de grâce referme (...)
TECNO dévoile la série Camon 30 qui change la donne : (...)
Burkina/Mise en place d’un système alimentaire durable à (...)
Burkina : Le président de la délégation spéciale de la (...)
Burkina : Un projet de construction d’une centrale (...)
Burkina : Trois membres du Conseil constitutionnel en (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 36435



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés