Actualités :: Journée internationale de l’éducation 2024 : Le développement de la petite (...)

Ce mercredi 24 janvier 2024 est célébrée la Journée internationale de l’éducation. Comme chaque année depuis 2020, à l’occasion de cette journée, l’ONG Children Believe convie les acteurs du secteur de l’éducation pour échanger sur les défis liés à l’éducation au Burkina Faso.

Cette année, c’est sous le thème « Contribution du développement de la petite enfance à la construction de la paix », que Children Believe et ses partenaires, en collaboration avec le Ministère en charge de l’Éducation nationale célèbrent la Journée internationale de l’éducation. Un thème inspiré du thème mondial « Apprendre pour une paix durable ».

Les participants vont réfléchir à la contribution de la petite enfance dans la consolidation de la paix

Abdoulaye Diallo, directeur-pays de Children Believe a relevé que le Burkina Faso, à l’instar d’autres pays dans le monde est confronté à une recrudescence de conflits violents avec des conséquences qui dépassent bien souvent les frontières géographiques, le genre, la religion, la race ou encore l’appartenance politique. Ces conflits privent des millions d’enfants de leur droit à l’éducation. Il faut donc plus que jamais un engagement véritable en faveur de la paix. Et de l’avis de M. Diallo, le développement de la petite enfance joue un rôle important dans cette recherche de la paix. Il affirme que la graine de la paix doit être semée dans le cœur des enfants dès le plus jeune âge, afin que plus tard, ils soient des adultes épris de paix.

Ibrahima Sanou, SG du ministère de l’Education salue la rencontre initiée par Children Believe.

« Nous devons saisir l’opportunité de cette tranche d’âge pour semer la bonne graine qu’il faut, pour espérer demain voir un adulte prêt à contribuer au bien-être de sa société. Si nous voulons la paix, nous devons semer la paix très tôt. Si nous voulons des enfants qui vont promouvoir la cohésion sociale, nous devons semer cette graine de cohésion sociale afin que plus tard, les enfants puissent être des acteurs de changement dans leurs communautés », a indiqué le directeur-pays de Children Believe.

Un avis partagé par le secrétaire général du ministère de l’Education nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, Ibrahima Sanou. « L’importance du développement de la petite enfance n’est plus à démontrer. Les preuves scientifiques démontrant l’importance des premières années de vie sont au premier plan des initiatives en matière de droits de l’enfant et de protection de la petite enfance. Aussi, l’instauration d’une paix durable au sein des communautés et entre les nations s’appuie désormais sur les capacités des enfants à être des acteurs de paix (…) Convaincus que les programmes de développement de la petite enfance peuvent contribuer à la construction de la paix et à la cohésion sociale, nous saluons la tenue de cette journée de réflexion », a-t-il laissé entendre.

Abdoulaye Diallo directeur-pays de Children Believe appelle à semer la graine de la paix très tôt chez les enfants.

La rencontre initiée par Children Believe se veut donc un cadre de réflexion sur la contribution de l’éducation à la construction de la paix et est l’occasion de formuler des recommandations pour une meilleure prise en compte de la petite enfance dans l’édification d’un meilleur vivre-ensemble. Au menu, plusieurs communications et panels. Les échanges vont permettre entre autres, d’établir le lien entre le développement de la petite enfance et la consolidation de la paix, identifier les risques auxquels les communautés font face quand les services de développement de la petite enfance font défaut, identifier les différentes manières de construction de la paix par le biais de la petite enfance, faire un plaidoyer pour le développement de la petite enfance et l’éducation préscolaire de qualité accessible à tous les enfants, etc.

Photo de famille avec quelques enfants.

Pour rappel, en 35 ans d’existence au Burkina Faso, Children Believe a investi plus de 60 milliards de F CFA dans le domaine de l’éducation. Avec le soutien de ses partenaires techniques et financiers dont l’UNICEF, ChildFund Korea, l’ONG a pris en charge 36 968 enfants âgés de 0 à 8 ans dans les centres d’éducation parentale. Elle a aussi distribué 33 634 manuels pédagogiques d’éducation parentale, construit et équipé des centres d’éveil et d’éducation préscolaires modernes. L’ONG a aussi contribué à inscrire 3 600 enfants au préscolaire et sensibilisé 23 800 membres des communautés à l’importance de l’éducation parentale.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Burkina / Santé communautaire : La stratégie nationale (...)
Burkina : « Il serait bon que tous ceux qui sont (...)
Koudougou / Conduite de taxi-moto : Plusieurs jeunes en (...)
Burkina/ Gestion des risques agricoles : L’AP/SFD-BF (...)
Ouagadougou : La Coordination Nationale de Lutte contre (...)
Burkina : Le syndicat des inspecteurs de l’enseignement (...)
Burkina : Le tableau de bord du commerce et des marchés (...)
Ouagadougou : Des voleurs appréhendés au quartier (...)
Burkina : 1 295 structures éducatives ont rouvert à la (...)
Ouagadougou : Poko libérée d’une grosse tumeur du nez (...)
Burkina : Les limites d’âge pour l’admission à la retraite (...)
Burkina : Quatre personnes arrivent décédées en moyenne (...)
Ministère de la justice : Justice moderne et mécanismes (...)
Burkina : Une cour habitée par des déplacés internes (...)
Burkina/Maladie sexuellement transmissible : Les jeunes (...)
Diocèse de Dédougou : Une messe d’action de grâce referme (...)
TECNO dévoile la série Camon 30 qui change la donne : (...)
Burkina/Mise en place d’un système alimentaire durable à (...)
Burkina : Le président de la délégation spéciale de la (...)
Burkina : Un projet de construction d’une centrale (...)
Burkina : Trois membres du Conseil constitutionnel en (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 36435



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés