Actualités :: Projet RECOSA : « Plus de 7 000 ménages burkinabè et nigériens ont vu leurs (...)

Réduire la pauvreté dans un contexte de crise sécuritaire et humanitaire, telle était le leitmotiv du consortium d’association et d’organisations non gouvernementales qui a œuvré à la mise en place du projet intitulé "Renforcement de la résilience et de la cohésion sociale des populations vulnérables des régions transfrontalières du Burkina Faso (région du Sahel) et du Niger (région de Tillabéry" (RECOSA), fiancé par l’Union européenne à travers le Fonds fiduciaire d’urgence (FFU). Démarré en 2019, c’est ce mercredi 6 décembre 2023, soit après quatre années d’exécution, que le projet s’est clos. Un atelier a été tenu à cet effet, pour faire le bilan des acquis, des difficultés rencontrées et évaluer les perspectives.

17 575 000 euros. Voilà le montant qu’il a fallu pour dérouler l’entièreté du projet RECOSA, qui a été exécuté durant ces quatre dernières années. L’objectif du projet était de renforcer la résilience et la cohésion sociale des populations à travers une approche multisectorielle. Les domaines d’intervention étaient entre autres la santé, la sécurité alimentaire, la réduction des risques de catastrophes, la promotion de l’inclusion et du genre, la gestion et la mise en valeur des ressources naturelles adaptées au contexte sahélien, des aménagements agro-pastoraux et pastoraux.

Une vue des acteurs présents à cette cérémonie de clôture du projet RECOSA

Au Burkina, ce sont neuf communes des provinces du Séno et du Yagha dans le Sahel qui ont été touchées par le projet. Au Niger, ce sont sept communes issues des départements de Téra, Tillabéry et Gothèye qui ont bénéficié des largesses du projet. Selon Fabrice Yonli, coordonnateur du consortium RECOSA, après 48 mois de vie, il y a de quoi se réjouir des acquis engrangés par le projet. "Nous avons travaillé avec plus de 7 000 ménages bénéficiaires directs au Burkina et au Niger. Nous les avons accompagnés dans l’obtention de moyens d’existence durable et un environnement propice à accroître leurs capacités de production pour se prendre en charge de manière durable. Pour ce qui est de l’accès aux services sociaux de base, nous avons travaillé avec les autorités sanitaires et les activités que nous avons menées ont favorisé l’accès aux services sociaux de base de plus de 700.000 personnes. Dans le domaine de la gouvernance, nous avons travaillé avec les collectivités territoriales et les organisations de la société civile, elles qui sont plus aptes à participer activement à la gouvernance locale et inclusive" a-t-il résumé.

« Les cibles du projet étaient les personnes les plus pauvres, les femmes, les enfants de moins de cinq ans, les jeunes, les personnes vivant avec un handicap » Fabrice Yonli

Dans sa mise en œuvre, le projet RECOSA s’est heurté à deux difficultés majeures. La première tient au changement de contexte d’intervention. La seconde était liée à la COVID 19, alors que les équipes du projet étaient prêtes à intervenir sur le terrain. Qu’à cela ne tienne, le projet a pu sortir plusieurs personnes de la pauvreté et leur permettre de s’autonomiser. "J’ai bénéficié d’un noyau de quatre chèvres. J’ai été formé et ai reçu des intrants. Grâce au projet RECOSA, j’ai aujourd’hui quatorze têtes de chèvres et un bœuf. J’ai considérablement améliorer mes conditions de vie et j’arrive à subvenir aux besoins de ma famille, sur le plan sanitaire, éducationnelle et alimentaire" s’est réjoui Hama Boly, bénéficiaire vivant dans la commune de Bani, province du Séno.

« Il est vrai que toute chose a une fin, mais il serait bien que le projet RECOSA soit reconduit » Hama Boly

Comme perspective, les acteurs ont formulé le vœu que s’enchaîne une phase 2 du projet, histoire de permettre à d’autres Burkinabè et Nigériens de sortir de la pauvreté, surtout dans ce contexte de crise sécuritaire et humanitaire. "Le projet a été une réussite pour la région du Sahel. Les bénéficiaires ont témoigné et les services techniques aussi. Si le projet venait à être reconduit, nous souhaitons que les acteurs reviennent encore vers les autorités locales pour identifier les besoins comme cela a été fait au départ, pour qu’ensemble nous identifions les besoins des populations" a souhaité le gouverneur de la région du Sahel, Fabien Sorgho.

« On ne peut pas parler de retour de la paix sans parler de développement. Les deux sont indissociables » Fabien Sorgho

Erwan Compaoré
Lefaso.net

Bam/Sabcé : Au moins six personnes interpellées à Ronghin (...)
Les journées du maraîcher du Sahel : L’UFC-Dori promeut la (...)
Burkina / Centre-est : Les élèves de l’école de formation (...)
Mise en œuvre du projet « SMART-HIPS » : L’ISSP partage (...)
Le métier de Marketeur avec Lionnel Olivier Sankara
Procès Adama Siguiré vs CGT-B : L’audience reprend ce (...)
Burkina : La Cour des comptes propose la relecture des (...)
Burkina Faso : Le parquet ouvre une enquête sur la mort (...)
Burkina / Santé : Le système de sécurité incendie de la (...)
Santé : Qu’est-ce que la dysphonie et comment la prévenir (...)
Burkina Faso : L’armée renforce les mesures de securité (...)
Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques : (...)
Burkina : La Brigade mobile des douanes de Bobo-Dioulasso
Journées nationales de la jeunesse catholique : (...)
Accident routier au Mali : Une délégation gouvernementale (...)
Burkina : Promopharm et Ajanta Pharma font un don de (...)
Entreprenariat agricole : Kani Bicaba, un génie agricole (...)
Burkina/Mise en demeure de Moussa Diallo : Les (...)
TECNO a dévoilé un système d’imagerie amélioré par IA à (...)
Burkina/Santé : Une évaluation des actions entreprises (...)
Burkina/Forum africain pour le renouveau économique : La (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 35931


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés