Actualités :: Burkina/Sécurité routière : « Nous poursuivrons nos sorties pour que les motos (...)

Au Burkina Faso, réduire la gravité des accidents de la circulation par le port du casque, mais surtout amoindrir considérablement la fréquence des accidents, est tout le sens de la politique du ministère en charge des transports à travers les mesures prises ces dernières années. Ce mardi 5 décembre 2023, le premier responsable de ce département, a répondu à la question orale des parlementaires, liée à l’obligation du port du casque encore confrontée à la réticence d’une partie de la population. Pour le ministre des transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière, Roland Somda, « les contrôles sur le terrain vont se poursuivre pour faire intégrer systématiquement dans la vente des motos, la fourniture du casque ».

La sécurité routière est un véritable casse-tête chinois pour les autorités du pays des hommes intègres. En effet, depuis plusieurs années les Burkinabè observent une certaine réticence au port du casque et les conséquences lors des accidents sont souvent désastreuses. Pour montrer aux parlementaires qu’il est plus que temps de saisir le taureau par les cornes, le ministre en charge des transports, Roland Somda fait parler les chiffres.

11 717 accidents avec 7 335 blessés et 471 tués en 2023

« Les données statistiques, des accidents de la circulation, établies par la Police et la Gendarmerie nationale, révèlent qu’en 2022, 24 686 cas d’accidents ont été enregistrés avec 1 150 tués et 15 384 blessés. Au premier semestre de l’année 2023, il est enregistré 11 717 accidents avec 7 335 blessés et 471 tués », a-t-il présenté.
Le ministre Roland Somda note que la fréquence et la gravité des accidents de la circulation sont beaucoup plus en hausse pour les utilisateurs de cyclomoteurs, vélomoteurs et motocyclettes. Ce constat, dit-il, est la résultante de plusieurs facteurs dont les principaux sont la croissance exponentielle du parc de véhicules en général, et en particulier des engins à deux roues motorisés dans les villes. À cela s’ajoutent le non-respect, du code de la route, observé chez les usagers, soit par méconnaissance, soit par incivisme ; mais aussi, le non port du casque, la conduite en état d’ébriété et sous l’effet de stupéfiants.

« Nous entendons poursuivre la sensibilisation jusqu’en 2024, avant de passer à la répression » continue Roland Somda, ministre des transports

Le vendeur de cycles en infraction encourt une amende d’au plus 25 000 000 FCFA

La non application systématique des sanctions prévues en cas de contravention est également l’un des facteurs justifiant la croissance des accidents, selon Roland Somda. Ainsi, le ministre en charge des transports rappelle que le décret n°78/105/PRES/TPTU du 30 mars 1978 (révisé), a rendu obligatoire le port du casque pour tous les conducteurs de cyclomoteurs et vélomoteurs, ainsi que leurs passagers.

« En 2005, le gouvernement a pris le décret 2005-231/PRES/PM/MCPEA portant obligation d’intégrer le casque aux équipements d’accompagnement des véhicules motorisés à deux roues lors de la vente. En cas de refus, le vendeur s’expose à des sanctions allant de la peine d’amende de 1 000 000 à 25 000 000 de francs CFA, et une peine d’emprisonnement de deux mois à deux ans. Le contrevenant peut encourir l’une de ces deux peines », souligne Roland Somda.
Le port du casque est aussi obligatoire pour les tricycles et quadricycles en pleine croissance au Burkina Faso, et ce, depuis 2012, indique le ministre.

L’un des parlementaires a suggéré que l’État trouve les moyens d’importer suffisamment de casques et la qualité de ces objets a également été posée

Vers l’intégration du port du casque dans le règlement intérieur des écoles

En vue d’atteindre les résultats escomptés, Roland Somda relèvent que son département travaille d’arrache-pied. « À travers notamment l’Office national de la sécurité routière en collaboration avec les autres départements ministériels, nous menons de multiples actions de promotion de la sécurité routière sur le territoire national. Ces actions consistent principalement à informer et sensibiliser les populations sur le code de la route et les conséquences de son non-respect, mais aussi à mener des contrôles suivis de sanctions », explique-t-il. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Hamed Nanéma
Lefaso.net

Procès Adama Siguiré vs CGT-B : L’audience reprend ce (...)
Burkina : La Cour des comptes propose la relecture des (...)
Burkina Faso : Le parquet ouvre une enquête sur la mort (...)
Burkina / Santé : Le système de sécurité incendie de la (...)
Santé : Qu’est-ce que la dysphonie et comment la prévenir (...)
Burkina Faso : L’armée renforce les mesures de securité (...)
Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques : (...)
Burkina : La Brigade mobile des douanes de Bobo-Dioulasso
Journées nationales de la jeunesse catholique : (...)
Accident routier au Mali : Une délégation gouvernementale (...)
Burkina : Promopharm et Ajanta Pharma font un don de (...)
Entreprenariat agricole : Kani Bicaba, un génie agricole (...)
Burkina/Mise en demeure de Moussa Diallo : Les (...)
TECNO a dévoilé un système d’imagerie amélioré par IA à (...)
Burkina/Santé : Une évaluation des actions entreprises (...)
Burkina/Forum africain pour le renouveau économique : La (...)
Nuit de l’excellence de la SOFITEX : La première édition (...)
Burkina : Une femme tuée à coups de machette par son mari (...)
Burkina : De présumés maîtres chanteurs dans les filets de (...)
Burkina/Education : Les activités du projet FASST passés (...)
Burkina/ Rapport annuel 2022 de la Cour des comptes : (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 35931


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés