Actualités :: Burkina / Gestion des risques climatiques : La GIZ et ses partenaires (...)

La Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) a procédé au lancement officiel de son nouveau projet intitulé « Systèmes agricoles durables et politiques agricoles » (AgSys). C’est un projet qui prend en compte la période 2024 et 2027 avec un coût global de 327 millions. Il vise à implémenter des réformes politiques de transformation des systèmes agricoles avec une implication étroite des acteurs non étatiques qui sont les premiers bénéficiaires de l’action publique. C’est le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, des ressources animales et halieutiques, Gaoussou Sanou, qui a présidé la cérémonie officielle de lancement.

327 millions pour une durée de trois ans dans le but de mettre en place des produits assurantiels basés sur les indices climatiques de sorte à amener les producteurs à adhérer au mécanisme de gestion des risques, voici succinctement présenté le projet AgSys de GIZ. Avec plus de 50 ans d’expérience dans une grande variété de domaines d’intervention à travers le monde dont le développement économique et l’emploi, l’énergie et l’environnement, la paix et la sécurité, GIZ a procédé au lancement officiel de son projet AgSys au Burkina Faso. Un projet dont l’objectif est d’implémenter des réformes politiques de transformation des systèmes agricoles avec l’implication étroite des acteurs non étatiques, premiers bénéficiaires de l’intervention de l’action publique.

Le coordonnateur du Cluster Transformation des systèmes agroalimentaires de la GIZ, Ousmane Djibo

D’entrée de jeu, il s’est agi pour le coordonnateur du Cluster Transformation des systèmes agroalimentaires de la GIZ, Ousmane Djibo, de préciser que l’objectif est d’accompagner l’État burkinabè dans l’opérationnalisation d’un certain nombre de réformes identifiées à travers les acteurs étatiques et non étatiques. « Je vous invite à identifier les prochaines étapes en termes d’actions à entreprendre afin d’avoir des propositions de réformes qui puisse permettre d’améliorer l’environnement réglementaire pour la mise en œuvre de la transition agroécologique et avoir des produits qui facilitent la gestion des risques agricoles », a souhaité, Ousmane Djibo.

A entendre le SO/CPSA, Yasia Kindo, le projet AgSys s’inscrit dans deux domaines d’intervention majeurs. Pour lui, il s’agit des gestions de risques et de l’agroécologie. « Nous allons à travers le projet AgSys mettre en place des produits assurantiels basés sur les indices climatiques de sorte à amener les producteurs à adhérer au mécanisme de gestion des risques. Nous réunirons les conditions nécessaires pour faciliter l’accès aux équipements aux acteurs dans le cadre de l’agroécologie », a confié le SP/CPSA, Yasia Kindo.

Des participants au lancement du projet

Pour le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, des ressources animales et halieutiques, Gaoussou Sanou, c’est un projet conçu pour faire face aux défis liés aux aléas climatiques en intégrant les questions de durabilité dans les systèmes agroalimentaires et les politiques agricoles. « Le projet a été élaboré de concert avec le Secrétariat permanent de la Coordination des politiques sectorielles agricoles. Il a été conçu avec l’appui financier du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du développement », a affirmé Le SG, Gaoussou Sanou.

Selon le représentant des acteurs non étatiques, Eric Zougmoré, ce projet se présente comme un ouf de soulagement surtout dans un contexte où le changement climatique est une réalité. Il souligne que les acteurs du secteur rural souffrent énormément des risques climatiques qui s’accentuent ces dernières années. « Ce projet permettra de trouver des solutions appropriées à ces aléas climatiques pour accompagner les acteurs à mieux produire afin de rentabiliser leurs explications », explique le représentant des acteurs non étatiques, Eric Zougmoré. Du reste, il convient de noter que la GIZ aide le Burkina Faso à lutter contre la faim et la pauvreté et crée à cet effet des incitations à investir dans l’agriculture et les zones rurales.

Correspondance particulière

Crédit photo : DCRP\MAAH

Burkina/Santé : La guérison pranique, une alternative (...)
Burkina/Entrepreneuriat féminin : De la communication (...)
Burkina / Médicaments : « ePresc » ou la solution d’une (...)
Burkina / Prise de parole en public : « Le contenu (...)
Burkina : Le Japon célèbre le 64è anniversaire de Sa (...)
Burkina Elevage : Le Projet de résilience et de la (...)
Âge moyen dans le monde : La population du Niger se (...)
Usine de transformation de tomate de Bobo-Dioulasso : (...)
Burkina : La Police nationale rassure qu’il n’ y a pas eu (...)
Centre-est : L’OCADES Caritas présente la phase II du (...)
Orange Burkina Faso : Une « Journée du consommateur » (...)
Burkina : Le DG de la Police nationale met fin aux (...)
Bobo-Dioulasso : Le PReCA et la Banque mondiale sur les (...)
Crise sécuritaire au Burkina : La population de (...)
Burkina/Lutte contre la drogue : La 17e édition de la (...)
Conditions d’entrée et de sortie du Burkina : L’Assemblée (...)
Burkina / Rémunération des agents du public : « Nous ne (...)
Soutien aux personnes vulnérables : Le Fonds catholique (...)
Transport aérien : L’Alliance des États du Sahel se (...)
Burkina/Santé : Le Grand Ouest a désormais son Imagerie (...)
Burkina/Offensive agro-sylvo-pastorale : La FAO engagée (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 35847


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés