Actualités :: Burkina/ Chemin de fer : Des commerçants bloquent la voie ferrée à (...)

La reprise du train de voyageurs au Burkina Faso a été effective le 17 novembre 2023. Cependant, le trajet du train, comme annoncé, sera Ouagadougou-Bobo-Dioulasso. Ce qui n’est pas du goût de certains commerçants. Ce mercredi 22 novembre, ils ont bloqué la voie ferrée au quartier Larlé avec un gros tronc d’arbre et des pneus pour empêcher le train marchandises de passer.

Des hommes et des femmes se sont rendus sur la voie ferrée à Larlé pour manifester leur mécontentement suite à la non reprise du train voyageurs à destination d’Abidjan le 17 novembre 2023. Pour eux, il n’est plus question que les trains de marchandises fassent le trajet jusqu’à Abidjan alors que les trains voyageurs se limitent à Bobo-Dioulasso.

« La Sitarail nous avait promis la reprise effective du train de voyageurs de Ouagadougou à Abidjan à partir du 17 novembre 2023. A la veille du voyage, on nous appelle pour une réunion pour nous informer que le train se fera entre Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. Nous leur avons dit que nous ne sommes pas d’accord avec cette décision. Nous avons lutté depuis le temps du coronavirus (2020) pour que le train de voyageurs reprenne le trajet Ouagadougou-Abidjan. C’est la veille, le 16 novembre, qu’on dit que le train voyageur ne pourra pas arriver en Côte d’Ivoire. Ils nous disent qu’il y a une note qui est venue d’Abidjan disant que les rails de la Côte d’Ivoire ne sont pas en bon état. Nous leur avons dit que si c’est ainsi, qu’ils suspendent les trains de marchandises également parce que c’est sur les mêmes rails qu’ils passent », a expliqué le coordinateur des commerçants de la gare de Sitarail Ouagadougou-Niangoloko, Moumouni Sana.

Selon lui, le 21 novembre 2023, ils ont eu une rencontre avec le responsable de Sitarail, Malheureusement, ils n’ont pas eu gain de cause. Par conséquent, ils ont décidé de bloquer la voie ferrée au niveau du quartier Larlé pour empêcher le train marchandises de passer. « Nous avons adressé une lettre à la direction générale de Sitarail basée à Abidjan. Nous n’avons plus affaire au représentant puisque nous nous sommes parlés mais il n’y a pas eu de solution. S’ils veulent le train marchandises, il n’y a pas de problème. Mais nous voulons la reprise du train voyageurs Ouagadougou-Abidjan. Nous ne pouvons pas accepter que le train marchandise arrive à Abidjan et dire que le train de voyageurs ne peut pas arriver à Abidjan. Le fait que le train de voyageurs n’arrive pas à Abidjan n’arrange personne. Que ce soit les voyageurs simples ou les commerçants, cela n’arrange personne », a indiqué monsieur Sana.

Moumouni Sana, le coordinateur des commerçants de la gare de Sitarail Ouagadougou-Niangoloko

Il invite les autorités à se pencher sur la question pour trouver une solution pour le bonheur des commerçants. Car dit-il, l’arrêt du train de voyageurs a un impact négatif sur les activités des commerçants. Parce que plusieurs commerçants n’arrivent plus à s’en sortir.

La version de SITARAIL

Contactée en ligne, la Sitarail dit avoir appris, à travers une lettre de l’Association des commerçants du chemin de fer en date du 20 novembre 2023, la volonté de ladite association de bloquer les passages de tous les trains le long du chemin de fer de Ouagadougou à Niangoloko, dans les jours à venir. Au motif que si le train de voyageurs ne peut pas rallier Ouagadougou à Abidjan, aucun train ne le fera. « A la réception de ladite lettre, Sitarail a reçu les responsables de l’association pour leur expliquer, une fois de plus, puisque Sitarail l’avait déjà fait auparavant, les raisons pour lesquelles la desserte du train voyageurs ne peut pas se faire, pour le moment, jusqu’à Abidjan. Malgré ces explications, ces commerçants ont décidé de couper une des principales sources d’approvisionnement du Burkina Faso, en bloquant la circulation ferroviaire. Conséquences, des trains chargés de denrées alimentaires et de produits pharmaceutiques à destination de Ouagadougou, sont bloqués à Koudougou. D’autres trains, qui devraient partir de Ouagadougou, n’ont pas pu bouger », a expliqué la Sitarail.

Selon la compagnie ferroviaire, si ce blocage perdure, il y aura un impact négatif sur les coûts de certains produits de grande consommation dont un million de tonnes sont acheminés annuellement par rail. Outre l’impact négatif sur l’approvisionnement du pays, il y a des milliers d’emplois directs et indirects de burkinabè qui sont menacés.

A en croire la compagnie, dès que Sitarail a été informée que le train de voyageurs ne pouvait circuler en Côte d’Ivoire, ses responsables ont rencontré les représentants de l’Association des commerçants pour leur porter l’information que le train de voyageurs circulerait, pour l’instant, jusqu’à Bobo Dioulasso. « Un communiqué de Sitarail a également été publié via les médias et les réseaux sociaux pour une large information du public que le premier train partirait de Ouagadougou le vendredi 17 novembre 2023, à destination de Bobo Dioulasso. Ce communiqué, qui indique également les gares intermédiaires desservies, a été largement relayé par la presse nationale et internationale. En témoigne le nombre de médias présents ce 17 novembre 2023 au départ du train à Ouagadougou », a dit Sitarail.

« Sitarail ne peut, pour l’instant, exploiter le trafic voyageurs sur le territoire ivoirien car, comme l’ont fait savoir les autorités du Burkina Faso, des discussions sont en cours entre les deux composantes de l’autorité concédante à ce sujet. Nous sommes donc obligés d’attendre l’issue de ces échanges et de l’autorisation des autorités compétentes ivoiriennes pour le faire », signale Sitarail.

Et d’ajouter que « toutefois, Sitarail est disposée à étudier des solutions transitoires compatibles avec ses impératifs d’exploitation. C’est d’ailleurs dans cette dynamique qu’elle a initié des rencontres avec les associations de commerçants du chemin de fer et que celles-ci vont se poursuivre avec les parties prenantes concernées. Sitarail leur a déjà proposé la mise en place d’un service fret spécial. De façon concrète, il s’agira de mettre à leur disposition des wagons collecteurs à Ouagadougou, Koudougou et Bobo Dioulasso pour l’acheminement de leurs marchandises à destination de la Côte d’Ivoire. Ces wagons collecteurs seront incorporés aux trains de marchandises à destination de la Côte d’Ivoire. Une proposition rejetée par l’Association des commerçants contestataire ».

Rama Diallo
Lefaso.net

Bam/Sabcé : Au moins six personnes interpellées à Ronghin (...)
Les journées du maraîcher du Sahel : L’UFC-Dori promeut la (...)
Burkina / Centre-est : Les élèves de l’école de formation (...)
Mise en œuvre du projet « SMART-HIPS » : L’ISSP partage (...)
Le métier de Marketeur avec Lionnel Olivier Sankara
Procès Adama Siguiré vs CGT-B : L’audience reprend ce (...)
Burkina : La Cour des comptes propose la relecture des (...)
Burkina Faso : Le parquet ouvre une enquête sur la mort (...)
Burkina / Santé : Le système de sécurité incendie de la (...)
Santé : Qu’est-ce que la dysphonie et comment la prévenir (...)
Burkina Faso : L’armée renforce les mesures de securité (...)
Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques : (...)
Burkina : La Brigade mobile des douanes de Bobo-Dioulasso
Journées nationales de la jeunesse catholique : (...)
Accident routier au Mali : Une délégation gouvernementale (...)
Burkina : Promopharm et Ajanta Pharma font un don de (...)
Entreprenariat agricole : Kani Bicaba, un génie agricole (...)
Burkina/Mise en demeure de Moussa Diallo : Les (...)
TECNO a dévoilé un système d’imagerie amélioré par IA à (...)
Burkina/Santé : Une évaluation des actions entreprises (...)
Burkina/Forum africain pour le renouveau économique : La (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 35931


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés