Actualités :: Sanlam Assurance : Des élèves proposent des solutions pour une meilleure (...)

Le groupe scolaire « Les Lauréats » a remporté, ce samedi 18 novembre 2023, la première édition de la compétition du « Hackathon From Scratch ». Cette initiative des élèves de l’Ecole internationale de Ouagadougou avait pour thème « La gestion des sinistres automobiles de Sanlam Assurance ». Les participants devaient donc proposer des solutions numériques pour une meilleure gestion des sinistres. Et c’est le groupe scolaire « Les Lauréats » qui s’est distingué avec une note de 86/100.

Au total, 80 participants repartis en seize groupes et issus de sept établissements scolaires de la ville de Ouagadougou ont pris part à cette première édition du « Hackathon From Scratch ». La compétition s’est déroulée ce samedi 18 novembre 2023 à l’École internationale de Ouagadougou. Les différentes équipes devaient travailler à proposer des solutions dans la gestion des sinistres automobiles de Sanlam Assurance. Et elles ont usé d’ingéniosité pour proposer différentes solutions, notamment des applications et des sites web. Ces solutions ont été notées par un jury mis en place pour la circonstance.

Les membres du jury de cette première édition du Hackathon From Scratch.

Au finish, c’est Le groupe scolaire « Les Lauréats » qui monte sur la plus haute marche du podium grâce à une note de 86/100 décernée par le jury. Le vainqueur est reparti avec un trophée et des gadgets. Avec une note de 84/100, le collège Horizon international est classé deuxième et repart avec des médailles et des gadgets. L’école international de l’Amitié s’offre la troisième place avec une note de 78/100, et repart également avec des médailles et des gadgets.

L’équipe du groupe scolaire « Les Lauréats », vainqueur de cette compétition.

Amira Soura, élève en classe de Terminale au groupe scolaire « Les Lauréats », a confié que leur succès est le résultat d’un travail d’équipe. « C’est vrai qu’on est venu ici dans l’optique de gagner ; mais remporter le trophée, c’est une grande joie parce qu’on a beaucoup travaillé sur ça. Tout le long de la semaine, on a fait des recherches, on s’est donné à fond ; ça a payé et on est vraiment heureux. On a travaillé en groupe, tout le long de la semaine, on a partagé nos recherches, on a trouvé sur internet quelques solutions », explique-t-elle.

L’équipe du collège Horizon international, classée deuxième.

Puis de présenter la solution qui leur a valu le trophée : « La solution qu’on a trouvée pour le problème de Sanlam, ça a été de créer une application. Mais on a vu que les 5 heures allaient être très courtes pour faire une application totalement avec du code, même si on sait bien coder dans l’équipe. Donc, on s’est tourné vers les applications de développement non-code, c’est-à-dire des pages web qui proposent des alternatives afin de créer des applications sans avoir à coder. Grâce à ça, nous avons créé une application qui permet au client de parler, d’échanger avec un conseiller, de pouvoir l’appeler et aussi de trouver des agences près de chez lui pour pouvoir mieux expliquer son problème ».

L’Ecole internationale de l’Amitié a terminé troisième.

Malam Maman Drabo Austrille, promoteur de l’initiative « From Scratch », se réjouit de constater que les élèves peuvent trouver des solutions aux problèmes professionnels. « C’est une initiative d’élèves de l’École internationale de Ouagadougou qui a vu le jour après deux constats. Le premier étant que les élèves ont la capacité de résoudre des problèmes professionnels, de faire un travail professionnel (…). Le second constat a été le fait que nous avons beaucoup de problèmes au Burkina Faso comme dans tous les pays, mais que ces élèves pouvaient contribuer à changer le Burkina Faso et le changer à leur image. A partir de ces deux constats, nous nous sommes posé la question pourquoi il n’y avait pas de plateforme pour promouvoir cela ; et nous avons décidé de la faire », justifie-t-il.

Malam Maman Drabo Austrille, promoteur du Hackathon From Scratch.

Cette première édition du Hackathon From Scratch a tenu toutes ses promesses, selon le promoteur. Il se réjouit également de l’accompagnement de Sanlam Assurance. « Nous avons choisi de faire un partenariat avec Sanlam parce que nous estimons que Sanlam est un sponsor qui, à travers toutes ses activités, veut promouvoir la jeunesse. C’est un sponsor sérieux qui a voulu nous accompagner et tous les critères étaient réunis pour qu’on le choisisse », a apprécié Malam Maman Drabo Austrille.

De son côté, Sanlam Burkina Faso se réjouit de s’être associé à cette première édition du Hackathon From Scratch. Pour Abel Ouédraogo, directeur santé et courtage de Sanlam Burkina Faso, il s’agit d’accompagner et d’encourager des jeunes vers des initiatives qui peuvent contribuer au développement du Burkina Faso.

Les participants en plein travail.

« Nous avons accompagné cette initiative, déjà parce que c’est une initiative de jeunes ; et à Sanlam, nous croyons en la jeunesse. Nous savons que la jeunesse a beaucoup de possibilités. Dans la jeunesse se trouve beaucoup de choses ; et la jeunesse, c’est l’avenir. Donc comment ne pas accompagner l’avenir ? C’est pour ça justement que Sanlam Assurance a accepté d’accompagner cette initiative de jeunes, d’autant plus que c’est une initiative qui invite à la réflexion, à la recherche et à proposer des solutions pour notre société et au-delà de ça, pour le Burkina Faso tout entier. C’est une sorte d’encouragement, d’émulation de la jeunesse à aller vers des choses essentielles, vers des choses qui vont nous aider à avoir un Burkina Faso meilleur », soutient Abel Ouédraogo.

Abel Ouédraogo, directeur santé et courtage de Sanlam Burkina Faso.

Il a ensuite indiqué que Sanlam Burkina Faso travaillera avec ces jeunes afin de tirer profit de ces solutions. « Nous avons assisté à des projets de très belle facture, je suis content d’ailleurs de ne pas faire partie du jury parce que j’imagine toute la difficulté que ce jury a eu pour départager ces jeunes qui ont rivalisé de génie. Maintenant, en ce qui concerne Sanlam, c’est de travailler avec ces jeunes et voir dans quelle mesure, nous pouvons tirer profit au maximum des solutions qu’ils ont proposées, parce que ce sont des problèmes concrets que nous vivons. Nous pensons que la solution qu’ils ont donnée pourra nous aider », a-t-il confié.

Mamadou ZONGO
Lefaso.net

Soutien aux personnes vulnérables : Le Fonds catholique (...)
Burkina/Offensive agro-sylvo-pastorale : La FAO engagée (...)
Transport aérien : L’Alliance des États du Sahel se (...)
Burkina / Rémunération des agents du public : « Nous ne (...)
Conditions d’entrée et de sortie du Burkina : L’Assemblée (...)
Résilience agroalimentaire au Sahel : Les acteurs du (...)
Burkina : Bassirou Badjo, membre du Balai Citoyen, (...)
Reprise des travaux du tronçon Sakoinsé-Koudougou : Un (...)
Bobo-Dioulasso : Des riverains s’opposent à la fermeture (...)
Prothésistes ongulaires : Ces artistes sur ongles qui (...)
Ouagadougou : Le proviseur du lycée Marien N’gouabi (...)
Burkina / Etudes et entrepreneuriat : Lassina Traoré se (...)
Burkina Faso : La Fraternité Cana organise un week-end (...)
Droits de l’homme et sécurité : A la découverte des (...)
Burkina / Transports et logistique : Plus de 400 (...)
Burkina / Infrastructures : Le ministre Adama Luc (...)
Lutte contre le grand banditisme en milieu urbain : Fin (...)
Burkina : L’autorisation d’exportation de l’or et des (...)
Burkina : Le format de l’acte de naissance est toujours (...)
Burkina/ Fondation Jean Paul II pour le Sahel : Vers (...)
Burkina / Éducation inclusive : Des élèves aveugles et (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 35826


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés