Actualités :: Burkina / Transport : Le train voyageur a officiellement repris (...)

Le train voyageur siffle de nouveau entre Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, plus de trois ans après son arrêt en raison de la maladie à coronavirus. Le départ effectif de ce train voyageur a été donné dans la matinée de ce vendredi 17 novembre 2023 par le ministre en charge des transports, Roland Somda. Pour le moment, le train fera la navette Ouagadougou - Bobo-Dioulasso, parce que les autorités ivoiriennes n’ont pas encore donné leur accord pour rallier Abidjan.

Après son arrêt en 2020 dû à la survenance de la pandémie mondiale du coronavirus, le train voyageur a repris service ce vendredi 17 novembre 2023. Cette reprise a été donnée par le ministre en charge des transports, Roland Somda, accompagné de ses collègues de la transition digitale, Dr Aminata Zerbo/Sabané, du commerce, Serge Poda et des mines, Simon Pierre Boussim.

Pour marquer cette reprise effective, les membres du gouvernement accompagnés d’autres personnalités dont le président de la délégation spéciale de la commune de Ouagadougou rallieront Koudougou par train.

Les membres du gouvernement ont visité le train avant le départ

Pour le ministre des transports, Roland Somda, cette reprise constitue un ouf de soulagement pour beaucoup de Burkinabè qui gagnaient leur vie grâce au train voyageur. « Chose promise, chose due. Il y a bientôt quatre ans de cela que le train voyageur qui faisait le bonheur de beaucoup de Burkinabè entre Ouagadougou et Abidjan s’est nettement stoppé dû à l’avènement de la pandémie à covid19 qui a entraîné la fermeture des frontières avec la Côte d’Ivoire. Depuis lors, l’espoir de beaucoup de Burkinabè s’est estompé, beaucoup de familles en difficultés qui n’arrivent plus à scolariser leurs enfants ou qui peinent même à trouver leur pitance quotidienne, qu’ils trouvaient jadis à travers l’exploitation du train voyageur », a-t-il déclaré.

Roland Somda, ministre des transports avant l’embarquement

Une reprise rendue possible grâce à la volonté et aux efforts des autorités de la transition du MPSR 2 afin donc de soulager ces populations. « A l’avènement du gouvernement du MPSR 2, les plus hautes autorités ont entendu ce cri de cœur de la population et instruction a été donnée de travailler à ce que le train voyageur reprenne entre Ouagadougou et la Côte d’Ivoire. Nous avons entrepris les travaux préparatoires avec plusieurs échéances manquées mais le rendez-vous d’aujourd’hui (17 novembre 2023) matérialise le début de la mise en route du train voyageur, dans un premier temps entre Ouagadougou et la frontière de la Côte d’Ivoire », soutient Roland Somda.

En rappel, selon un communiqué rendu public ce 16 novembre 2023 de SITARAIL, société en charge de l’exploitation du chemin de fer, « dans la mesure où le train voyageur ne peut pas circuler, pour l’instant, en Côte d’Ivoire, cette reprise se fera sur le parcours Bobo-Dioulasso - Ouagadougou avec la desserte des gares suivantes : Bobo Dioulasso, Siby, Koudougou et Ouagadougou (https://lefaso.net/spip.php?article125791) ».

Le train voyageur ralliera pour le moment Ouagadougou à Bobo-Dioulasso en passant entre autres par les gares de Koudougou et Siby

Pour cause, selon les explications du ministre des transports, Roland Somda, les autorités ivoiriennes auraient annoncé au concessionnaire qu’elles ne peuvent pas autoriser la reprise du train voyageur, vu la vétusté de l’infrastructure ferroviaire.

« Depuis les préparatifs, les voitures étaient à Abidjan. Nous avons envoyé des équipes pour constater l’état d’avancement des travaux et nous avons ensemble convenu du mois de novembre pour lancer la reprise du train voyageur. C’est ce à quoi nous assistons aujourd’hui. On s’arrête à la frontière parce qu’il nous est revenu que la partie ivoirienne dit ne pas être prête pour la reprise du train voyageur dans les conditions actuelles. Pour motif, ce serait l’infrastructure ferroviaire qui ne serait pas dans un état acceptable pour permettre l’activité voyageur. C’est ce que nous avons appris du concessionnaire à travers une correspondance que lui aurait adressée les autorités ivoiriennes. Jusqu’à l’heure actuelle, les autorités ivoiriennes ne nous ont pas officiellement saisis, quand bien même ils font partie intégrante de l’autorité concédante que constituent conjointement le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. Nous en prenons acte et nous travaillons à pouvoir lever ces goulots d’étranglements avec la partie ivoirienne pour permettre dans les semaines à venir au train voyageur de siffler de Ouagadougou jusqu’à Abidjan au grand bonheur des populations bénéficiaires », a-t-il indiqué.

L’embarquement des membres du gouvernement

À noter que le train marchandise, plus lourd que le train voyageur continue de rallier Ouagadougou à Abidjan. Et pour le premier responsable du département en charge des transports, la raison avancée est incompréhensible. « Le train marchandise qui, je ne sais pas combien de fois, est plus lourd que le train voyageur siffle sur la même infrastructure. C’est d’ailleurs ce que nous ne comprenons pas, si tant est que la vétusté de l’infrastructure ne permet pas au train voyageur de s’opérer, à combien plus forte raison, ce motif ne devrait pas prévaloir pour le transport marchandises. C’est l’information que nous avons reçu du concessionnaire. Nous prendrons attache avec la partie ivoirienne pour comprendre les véritables motifs et quel travail il faut faire pour lever ces goulots d’étranglements », insiste-t-il.

Dans ce train voyageur, il y a des catégories 1ère classe, standards et VIP

Sur la question des garanties sécuritaires surtout en cette période de crise sécuritaire que vit le Burkina Faso, le ministre des transports rassure que des dispositions sont prises à ce niveau. « La question sécuritaire n’est pas une question spécifique pour le Burkina Faso. Je puis vous rassurer que cet argument qui a été avancé au départ, nous avons apporté la justification et le Burkina Faso dispose d’une stratégie nationale de lutte contre l’insécurité dans sa globalité. Cet argument aujourd’hui ne peut pas être de mise pour ne pas lancer des activités. Les dispositions sont prises à ce niveau », a rassuré Roland Somda avant d’embarquer avec ses collègues et d’autres personnalités dans le train voyageur.

Mamadou ZONGO
Lefaso.net

Transport aérien : L’Alliance des États du Sahel se (...)
Burkina / Rémunération des agents du public : « Nous ne (...)
Conditions d’entrée et de sortie du Burkina : L’Assemblée (...)
Résilience agroalimentaire au Sahel : Les acteurs du (...)
Burkina : Bassirou Badjo, membre du Balai Citoyen, (...)
Reprise des travaux du tronçon Sakoinsé-Koudougou : Un (...)
Bobo-Dioulasso : Des riverains s’opposent à la fermeture (...)
Prothésistes ongulaires : Ces artistes sur ongles qui (...)
Ouagadougou : Le proviseur du lycée Marien N’gouabi (...)
Burkina / Etudes et entrepreneuriat : Lassina Traoré se (...)
Burkina Faso : La Fraternité Cana organise un week-end (...)
Droits de l’homme et sécurité : A la découverte des (...)
Burkina / Transports et logistique : Plus de 400 (...)
Burkina / Infrastructures : Le ministre Adama Luc (...)
Lutte contre le grand banditisme en milieu urbain : Fin (...)
Burkina : L’autorisation d’exportation de l’or et des (...)
Burkina : Le format de l’acte de naissance est toujours (...)
Burkina/ Fondation Jean Paul II pour le Sahel : Vers (...)
Burkina / Éducation inclusive : Des élèves aveugles et (...)
Irrigation au Sahel : Le comité technique régional en (...)
Université Nazi Boni : Des incubés du Centre d’excellence (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 35826


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés