Actualités :: Burkina/santé : Le plan de communication du CHU Yalgado en cours de (...)

Ce lundi 5 juin 2023 se tient à Ouagadougou, l’atelier de validation du plan de communication du CHU Yalgado Ouédraogo couplé à une formation sur l’utilisation des réseaux sociaux. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le directeur général de l’hôpital, Ousmane Néré.

La communication est un pilier important dans le fonctionnement de l’hôpital, c’est du moins la conviction du directeur général du CHU Yalgado Ouédraogo, Ousmane Néré. De son point de vue, il est important que l’hôpital affine sa communication à l’endroit des patients, des accompagnants, de la population, de ses partenaires et que les agents améliorent également la communication entre eux pour un meilleur fonctionnement de cet établissement sanitaire de dernier échelon.

Et c’est ce à quoi doit répondre le plan de communication soumis à validation ce 5 juin 2023. Comme le souligne en effet, Pr Blandine Bonané/Thiéba, présidente de la Commission médicale d’établissement (PCME) du CHU Yalgado Ouédraogo, dans les services de l’hôpital, les agents de santé sont souvent victimes de menaces et d’agressions. Une situation qui s’explique par le manque de communication et d’information. C’est pourquoi elle salue la tenue de cet atelier et espère que ce plan de communication va permettre d’améliorer les choses. « En tant que PCME, nous fondons beaucoup d’espoir que la communication entre nous, entre nous et les usagers, entre nous et notre communauté va permettre de faire baisser un peu la tension », souligne-t-elle.

Les participants bénéficieront également d’une formation sur l’utilisation des réseaux sociaux

« Le plus important, c’est de mettre en œuvre le plan », Dr Cyriaque Paré

Dr Cyriaque Paré, fondateur de Lefaso.net et consultant dans le cadre de cet atelier, a rappelé que s’il est nécessaire pour l’hôpital d’avoir un plan de communication, le plus important c’est de le mettre en œuvre. Tout en saluant donc l’initiative du CHU Yalgado Ouédraogo, il exhorte les premiers responsables de l’hôpital à mettre en œuvre le plan.

Dr Cyriaque Paré exhorte les responsables du CHU/YO à effectivement mettre en œuvre le plan de communication, une fois qu’il sera validé.

Sur ce point, le directeur général du CHU Yalgado s’est voulu rassurant. « Actuellement nous sommes en phase d’élaboration de notre projet d’établissement qui fixe la vision de l’hôpital pour les cinq prochaines années. Nous allons saisir l’occasion avec ce plan de communication validé pour que ça se tienne avec notre projet d’établissement. Tout ce qui va être comme acquis à l’issue de la validation de ce plan de communication sera intégré dans notre projet d’établissement. C’est un engagement qui est pris au niveau de la direction générale, au niveau des travailleurs et qui sera suivi dans sa mise en œuvre par notre conseil d’administration », déclare-t-il.

Ousmane Néré, directeur général du CHU/YO souligne qu’environ 5000 personnes franchissent les portes de l’hôpital par jour. Il est important donc de bien communiquer à l’endroit de ces personnes.

Outre la validation du plan de communication, les participants à l’atelier bénéficieront d’une formation sur l’utilisation des réseaux sociaux. A en croire Dr Cyriaque Paré qui dispensera cette formation, les médias sociaux sont un complément indispensable à une bonne exécution d’un plan de communication. « L’essentiel de la communication aujourd’hui s’est déportée sur les plateformes numériques où on a vu arriver tous les citoyens qui produisent et diffusent de l’information qui peuvent brouiller toute stratégie de communication, si bien soit-elle. Donc il faut forcément que tous les acteurs maîtrisent les enjeux, les techniques. C’est en cela qu’en plus de la validation du plan de communication, il y aura une petite formation sur l’utilisation des réseaux sociaux qui permettra aux acteurs impliqués dans la communication de l’hôpital Yalgado, de savoir quelle peut être leur contribution, leur rôle dans la réussite du plan de communication qu’ils vont mettre en place », a laissé entendre Dr Paré.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Balé : Les populations invitées à ne pas consommer les (...)
BEPC session 2024 au Nayala : 412 admis au premier (...)
Burkina : Deux réseaux de cyber-délinquants démantelés (...)
Burkina/Education : Le calvaire des élèves atteints (...)
Ouagadougou / Commerce ambulant : De plus en plus (...)
Burkina Faso : Environ 63,9% des enfants travaillent (...)
Employabilité et entrepreneuriat au Burkina : L’OIM lance (...)
Ouagadougou : Le siège de la télévision nationale victime (...)
Rémunération des prestations spécifiques : Le gouvernement (...)
Kémi Séba à Ouagadougou : « Je suis venu aussi dire que le (...)
Burkina : Sahadatou Maïga, une étudiante aux multiples (...)
Burkina/Contre les pires formes du travail d’enfants : (...)
Projet PPACI-BF : Deux produits pour accompagner les (...)
Burkina/Santé : Le gouvernement lance officiellement la (...)
Burkina/Décentralisation : Des acteurs des collectivités (...)
Gestion de la flambée des cas de dengue en 2023 : Les (...)
Lutte contre la torture et autres peines : Le Burkina (...)
Utilisation de la peinture au plomb : « Environ 9 (...)
Rasmata Konfo : Vaincre le handicap pour se rendre (...)
BEPC/Résultats du 1er tour : 94 admis sur 351 candidats (...)
Fête de l’Aid-el-kebir 2024 : La journée du lundi 17 juin (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 36897



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés