Actualités :: Burkina/Santé : Le projet AIRE met en évidence l’importance de l’utilisation (…)

Ce vendredi 19 mai 2023 se tient à Ouagadougou, l’atelier de clôture du projet AIRE (Améliorer l’identification des détresses respiratoires chez l’enfant en Afrique de l’Ouest). La cérémonie de clôture a été présidée par la conseillère technique du ministre de la santé et de l’hygiène publique, Dr Liliane Gounabou qui a représenté le ministre.

Le projet AIRE qui a été mis en œuvre par un consortium d’organisations sous le lead de Terre des hommes Lausanne, est un projet qui intervient dans quatre pays que sont le Burkina Faso, le Mali, la Guinée et le Niger. Il avait pour objectif de remédier au manque d’outils de détection de l’hypoxémie (faible taux d’oxygène dans le sang) adaptés aux centres de santé primaires dans les pays à ressources limitées et intermédiaires et à l’insuffisance des connaissances disponibles sur l’acceptabilité, la fidélité, le parcours de soins, les coûts des soins, et la meilleure façon d’opérationnaliser les oxymètres de pouls dans la PCIME (Prise en charge intégrée des maladies de l’enfant).

Selon Adama Héma, chef du projet AIRE, depuis 2014, l’OMS recommande l’utilisation de l’oxymètre de pouls dans la PCIME (Prise en charge intégrée des maladies de l’enfant) au niveau décentralisé pour les enfants atteints de maladies respiratoires et recommande l’oxygénothérapie pour les enfants avec une hypoxémie sévère (saturation en oxygène inférieure à 90%). « Cette recommandation n’avait pas eu d’écho, parce que les pays n’avaient pas assez d’informations sur comment cela peut se faire, si l’oxymètre de pouls serait accepté et si cet outil pourrait avoir une plus-value », confie M. Héma.

Les participants vont analyser les résultats engrangés par le projet

Le projet AIRE a donc été initié afin de répondre à ces interrogations. Au Burkina Faso, il a été mis en œuvre dans 87 CSPS, deux hôpitaux de référence des districts de Boromo et Dédougou de 2019 à 2023 et a permis d’introduire, mais aussi d’évaluer l’utilisation de l’oxymètre de pouls dans la consultation PCIME.

Et au terme du projet, il ressort que l’hypoxémie est courante parmi les enfants reçus en consultation dans les CSPS et qu’elle représente un risque important de décès. Les résultats de la recherche menée dans le cadre du projet ont aussi révélé que l’utilisation en routine de l’oxymètre de pouls facilite le référencement des enfants avec hypoxémie vers un hôpital offrant l’oxygénothérapie. Par ailleurs, l’oxymètre de pouls est bien accepté par les agents de santé et les accompagnants. Au regard donc des résultats engrangés, les initiateurs du projet ont formulé des recommandations. Entre autres recommandations, ils suggèrent l’introduction de l’oxymètre de pouls dans les directives PCIME et de systématiser son utilisation dans les CSPS. Ils plaident également pour la disponibilité et la bonne utilisation de l’oxygène au niveau de l’hôpital, mais aussi de garantir une bonne utilisation de la PCIME à l’échelle nationale, etc.

Dr Liliane Gounabou a indiqué que le Burkina Faso s’est engagé à rendre disponible les oxymètres de pouls dans les formations sanitaires

« Notre souhait ultime est que les résultats du projet contribuent fortement à l’amélioration des conditions de prise en charge des enfants à travers un renforcement de la stratégie PCIME comprenant l’oxymètre de pouls, permettant ainsi, la détection précoce des cas graves dès les centres de santé primaires et un meilleur accès à l’oxygène médical afin d’espérer réduire la mortalité liée aux hypoxémies dans notre pays », a laissé entendre Paolo Pennati, chef de délégation Terre des hommes Lausanne au Burkina Faso.

Dr Liliane Gounabou, qui a représenté le ministre de la santé et de l’hygiène publique à l’atelier de clôture, a souligné que les résultats et recommandations du projet viennent à point nommé, car le Burkina Faso vient de s’engager solennellement au cours du 2e forum mondial sur la pneumonie infantile tenu à Madrid en avril dernier, à accélérer la mise à l’échelle de l’utilisation des oxymètres de pouls dans tous les centres de santé et l’accès à une oxygénothérapie efficace, fiable et équitable. Pour donc un passage à l’échelle réussi de l’utilisation de l’oxymètre de pouls, le ministère de la Santé, en plus d’équiper les formations sanitaires, va s’atteler à sensibiliser et former les agents de santé à son utilisation, a assuré Dr Gounabou.

Paolo Pennati, chef de délégation Terre des hommes Lausanne souhaite que les résultats du projet contribuent à l’amélioration des conditions de prise en charge des enfants

Après cinq ans de mise en œuvre, le projet AIRE est arrivé à son terme et ce 19 mai 2023 se tient l’atelier de clôture dudit projet. Ce sera l’occasion pour les participants de prendre connaissance des résultats engrangés et des défis à relever pour un passage à l’échelle réussi de l’utilisation de l’oxymètre de pouls dans les formations sanitaires.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Burkina/Médias : « Actuellement, les journalistes sont à (…)
Journée internationale du yoga : Une célébration placée (…)
Dédougou : Des enfants plaident pour la protection de (…)
Fada N’Gourma : La 34e édition de la journée de l’enfant (…)
Burkina : Le journaliste d’investigation Atiana Serges (…)
Affaire journal L’Événement contre Adama Siguiré : « Le (…)
Idrissa Ouédraogo, président du CSC : « Pour que la (…)
Dossier dit « appel à incendier le Palais du Mogho Naaba (…)
Campagne nationale des Journées vitamine A+ : Plus de 3 (…)
Burkina : « Unique & One School » forme et éduque (…)
Sofitex Dédougou : Les producteurs de coton passent à la (…)
Burkina/Géo-technologie : ACIT Géotechnique certifié ISO (…)
Association burkinabè pour le bien-être familial : Le (…)
Aménagement de voieries à Kaya : Un deuxième atelier (…)
Burkina/Recherche : La clôture de la 3e édition des (…)
Burkina/Journée de l’enfant africain : Les enfants mis à (…)
Burkina/Violences conjugales : Des jeunes femmes leaders (…)
Burkina/Média : Le journal en ligne Lefaso.net mis en (…)
Burkina/Entrepreneuriat agricole : Aminata Ouattara (…)
Burkina/Nutrition : La campagne "Assez" officiellement (…)
Prévention des risques et rupture des contrats : Les (…)

Pages :



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés